La production de la terre cuite architecturale durant le haut Moyen Âge à Saran (Loiret)

par Sébastien Jesset, Service Archéologique Municipal d’Orléans
avec la collaboration de Jérôme Bouillon, Sébastien Millet, Inrap

 

Introduction

L’origine de l’intérêt porté à la terre cuite architecturale du haut Moyen Âge en région Centre et plus particulièrement à l’échelle de l’Orléanais, se trouve dans la récurrence des découvertes de ces matériaux en plus ou moins grand nombre dans un large éventail de contextes alti médiévaux (rural, urbain, habitat, sépulture, construction, édifice religieux, …), combinée à l’existence à Saran, à quelques kilomètres de la ville d’Orléans, d’un important centre de production céramique approvisionnant en poteries et terres cuites architecturales tous les sites dans un rayon de 50 à 70 km depuis la fin du Ve siècle et jusqu’au XIe siècle.

Afin d’aller au-delà de ce simple constat, trois directions de recherches sont suivies depuis quelques années avec en premier lieu un travail spécifique sur le matériel abondant et peu fragmenté issu des ateliers de Saran, destiné à mieux apprécier le répertoire des formes produites ; mettre en évidence les techniques de façonnage, de mise en forme ; de repérer les signes distinctifs, les tours de mains. L’ensemble permet l’identification de caractères discrets reconnaissable ensuite sur les matériaux généralement fragmentés découverts dans les contextes de consommation (JESSET 2014).

Dans un deuxième temps, le regard s’est porté sur les lots issus des sites de consommation : tout d’abord ceux d’Orléans et de sa périphérie immédiate, puis en élargissant le champ de cette recherche aux découvertes anciennes déposées dans les réserves et les musées de la région Centre. L’objectif était alors d’apprécier la commercialisation, entendue comme étant à la fois la définition de l’aire de diffusion ; l’intensité, la fréquence et la durée des flux commerciaux ; la caractérisation des produits commercés eux-mêmes (types et quantité principalement). Cet angle d’approche a également été l’occasion de tester dans un certain nombre de cas l’adéquation généralement admise entre la construction en matériaux de terre cuite et les contextes de découvertes parfois révélateurs du statut privilégié des consommateurs.

Enfin, le troisième temps, concomitant du précédent, a consisté à élargir encore l’aire d’étude en procédant à une recherche bibliographique à l’échelle métropolitaine des découvertes de terre cuite architecturale alti médiévales afin de replacer Saran dans un contexte plus large et tenter de mettre en évidence d’éventuelles influences, voire de déterminer des aires culturelles.

De ces deux derniers temps de la recherche, s’inscrivant de par leurs dimensions sur le long terme, sont ici présentés les premiers grands axes qui semblent d’ores et déjà se dégager.

1- Le répertoire des formes des ateliers saranais

Le corpus ayant servi à bâtir le répertoire provient de la fouille programmée conduite entre 2009 et 2012 sur la rive sud du lac de la Médecinerie à Saran. Il comprend 30285 fragments stockés dans 313 caisses et représentant un poids total de 3,5 tonnes. Ce lot important a été prélevé pour partie dans le comblement des structures mais également et principalement lors du démontage des maçonneries de 4 fours des VIe et VIIe siècles 1

8390 fragments (28% du nombre de restes) se rapportent à 9 grands types morphologiques (Fig.1). Les 21895 autres fragments regroupent également tous les éléments de petite taille ne présentant aucun caractère spécifique.

8218 fragments sont rattachés à un type fonctionnel précis. Ils se répartissent entre les éléments pour la toiture (antéfixes, imbrices et tegulategula) et ceux pour les maçonneries (modillons, briques diverses, tegulae mamatae et tubulures). Le corpus, une fois retiré les fragments indéterminés, est principalement constitué de tegulae et d’imbrices, avec une proportion entre ces deux types de 3 tegulae pour 1 imbrex. Ces deux catégories représentent 85% des éléments identifiés, attestant sans aucun doute d’une production principalement tournée vers ces éléments de toitures, en dépit du biais introduit par la position secondaire de ces éléments recyclés.

Jesset Fig.1

Fig.1 : Répartition morphologique et fonctionnelle des terres cuites architecturales du site de la Médecinerie à Saran (Loiret).

172 fragments se rapportent à deux types dont les fonctions restent hypothétiques, tels les « canalisations ou chéneau » et les « plaques découpés » sur lesquels nous reviendrons.

Les tegulae présentent systématiquement une forme légèrement trapézoïdale, dont la perception est accentuée par l’épaississement progressif des rebords vers la partie basse (Fig.2). Les deux encoches d’encastrement basses sont obtenues par des cales ou des réserves dans le cadre. Après démoulage et séchage partiel, elles sont retaillées en biseau en partie inférieure et l’encoche haute est découpée au couteau. La forme générale du rebord est plutôt quadrangulaire avec toutefois de grandes variations qui relativisent la pertinence de ce critère. Les traces de façonnage observées au revers du pureau lissé permettent de restituer une mise en forme réalisée sur un plancher sablé. Disposées à même le sol durant une partie de l’opération de séchage, les animaux qui ont accès à ces espaces laissent parfois la marque de leur déambulation (principalement moutons et/ou chèvres). Lors du façonnage, l’artisan marque aux doigts certaines tegulae (croix ou arc de cercle). Quelques cas présentent des marques incisées à la pointe du couteau.

Les imbrices de même longueur que les tegulae, portent sur le sommet deux lignes parallèles longitudinales imprimées aux doigts (Fig.2). Dans certains cas, vers la partie basse, les deux lignes s’écartent vers la partie inférieure, formant des « J » symétriques. Ce système de drainage des gouttes est quasi systématique.

Les tuiles antéfixes sont dans tous les cas composées d’une figure humaine surmontée d’un symbole (Fig.2). Ce dernier peut être un upsilon majuscule pour les plus anciennes (deux modèles VIe-VIIe siècle) ou une croix pour les exemplaires plus tardifs (deux modèles VIIIe-IXe siècle). La forme du visage diffère aussi avec le recours à une symbolique plus affirmée sur les tuiles antéfixes carolingiennes (le visage émacié pour la Passion et la bouche creusée pour le Verbe). Les éléments architecturaux entourant le visage (colonnettes, arc, frise en dents de scies) et les crosses encadrant la croix sont autant de rappels des signes de l’Église.

Les deux types de modillons attestés sur le site (à redent unique ou à deux redents) sont taillés au couteau à partir d’une barre d’argile moulée de section plus ou moins épaisse (Fig.2). Jusqu’à il y a peu, ces éléments étaient considérés comme la transposition en argile des modillons gallo-romains en pierre. La découverte à Boiscommun (Loiret) de modillons gallo-romains en terre cuite montre finalement une continuité avec l’Antiquité, même si les éléments du haut Moyen Âge sont nettement plus graciles 2.

Jesset Fig.2Fig.2 : Typologie des éléments de couverture (tegula, imbrex et tuile antéfixe) et de corniche (modillon) – Saran (Loiret), Lac de la Médecinerie

Les briques témoignent d’une diversité de modules probablement en rapport avec une diversité des emplois et des emplacements dans la maçonnerie (Fig.3). La forme la plus courante présente une largeur de 180-185 mm avec des longueurs variables attestant a minima de l’existence de 3 modèles distincts. Les traces de mise en forme sont les mêmes que pour les tegulae indiquant un moulage dans un cadre à même un plancher sablé. On notera, sans en comprendre le sens, que les marques de tacherons sont beaucoup plus rares et différentes de celles observées sur les tegulae. Certaines briques ont été entaillées d’une poignée de préhension. Cette pratique trouve son origine à la période gallo-romaine : prégnance d’une tradition séculaire.

Les tubulures ou tuyaux sont constitués d’une plaque rectangulaire recourbée et assemblée pour former un tuyau de section quadrangulaire (Fig.3). On relèvera que la face sablée d’origine se retrouve à l’intérieur du tuyau ainsi constitué suggérant un retournement de la plaque avant assemblage. L’absence de découpe latérale de la paroi sur tous les exemplaires rencontrés, contrairement aux exemplaires gallo-romains rend incertain l’identification première, pourtant la plus probante au regard de la forme générale.

Tout aussi hypothétiques, les canalisations ou chéneaux dont le module pourrait être le même que les tegulae (Fig.3). Elles s’en distinguent par une forme rectangulaire et non trapézoïdale, un rebord beaucoup plus haut et l’absence d’encoches d’encastrement. La mise en évidence d’une découpe médiane du rebord sur certain exemplaire, en l’absence de module complet, ne permet pas de savoir si l’on a à faire à un seul et même type doté d’un côté d’un rebord continu et de l’autre d’un rebord découpé, ou à de deux modèles différents, voire de l’existence d’une forme équipée d’un seul et unique rebord continu ou avec découpe, suivant les cas. De même, il n’est pas possible en l’état de connaître la longueur de la découpe : sur la moitié du rebord ou sur une petite portion médiane de celui-ci.

Jesset Fig.3Fig.3 : Typologie des éléments de maçonnerie (brique, tubulure ou tuyau) et indéterminés (canalisation ou chéneau) et plaque découpée – Saran (Loiret), Lac de la Médecinerie.

Les plaques découpées ont une place un peu particulière dans la production s’agissant plus probablement de matériel spécifique à l’atelier, destiné à l’architecture du four (sole ?) (Fig.3). Elles sont de 2 types et dans tous les cas l’adaptation d’une forme présentée plus avant. La plus petite avec 2 découpes latérales et 1 voire 2 perforations centrales est une transformation de la brique modèle 2. Quant à la plus grande, il s’agit d’une tegula débarrassée de ses rebords et entaillée à minima de 3 encoches et d’une perforation centrale.

Un dernier type, actuellement unique, est identifié comme un possible symbole ou applique (Fig.3). Dans le premier cas il s’agirait d’un upsilon majuscule déjà évoqué pour les tuiles antéfixes, dans l’autre d’un fragment de frise modulaire.

Cette première typologie composée de 9 grandes familles dans lesquelles se distribuent une vingtaine de formes distinctes demande à être enrichie par une meilleure connaissance de leur mise en œuvre afin d’assurer les fonctions pour l’instant suggérées pour certains éléments.

2- L’aire de commercialisation

L’aire de commercialisation des poteries de Saran est connue au travers de l’étude récurrente, depuis une vingtaine d’années, suivant un même protocole et par la même équipe, des tessons provenant des habitats du haut Moyen Âge répartis sur le Loiret et ses franges (environ une cinquantaine). Ce travail permet depuis quelques temps de proposer plusieurs cartes traduisant l’évolution de la diffusion depuis le VIe-VIIe siècle jusqu’au XIe-XIIe siècle (JESSET 2013).

Il aurait été possible d’arriver au même résultat avec les terres cuites architecturales, mais la prise en compte relativement récente de ces éléments ne permet pas une corrélation systématique pour tous les sites occupés au haut Moyen Âge. Toutefois, lorsqu’il a été ramassé, un retour au mobilier permet de suppléer à cette carence, tout comme le recours au mobilier des musées, notamment pour les pièces les plus prestigieuses généralement conservées (tuiles antéfixes et modillons 3).

Aussi, la carte à laquelle nous parvenons aujourd’hui, quoique lacunaire, indique une superposition entre diffusion de la terre cuite architecturale et de la poterie (Fig.4). Cette commercialisation dans un rayon de 50 à 70 km autour de Saran suit par conséquent les mêmes axes, à savoir les voies antiques pour toute la moitié nord et peut-être la Loire pour les sites de bord de fleuve au sud.

Concernant les produits commercialisés, il s’agit principalement de couvertures (tegulae, imbrices et dans une moindre mesure tuiles antéfixes) voire de corniches (modillons). La consommation de briques n’est actuellement pas renseignée, ni celle d’ailleurs des tubulures/tuyaux ou encore des canalisations/chéneaux.

Jesset Fig.4Fig.4 : Distribution des matériaux de construction en terre cuite saranais dans l’aire de diffusion des poteries saranaises (VIe-IXe siècle).

Les sites de consommations, lorsque le contexte de découverte est renseigné, sont parfois des habitats ruraux (Ingré, La Chapelle Saint Mesmin, Allonnes), mais plus généralement des sites urbains. En effet, toutes les occupations du haut Moyen Âge reconnues sur la ville d’Orléans ont livré des TCA du haut Moyen Âge, ce qui est loin d’être le cas des sites ruraux où la couverture en terre cuite à la romaine reste rare à l’exception des édifices religieux (Saint-Benoît sur Loire, Huisseau sur Mauve, Germigny des Prés, Chécy ( ?)). Cette fréquence des découvertes dans l’intra-muros d’Orléans, pourrait être liée à l’existence d’un règlement d’urbanisme limitant l’emploi des matériaux à risque, et notamment du bois, dans la construction pour combattre les incendies, comme cela a existé par la suite au Moyen Âge et à l’époque Moderne.

3- Les aires culturelles

L’étude et la restitution des aires culturelles à l’échelle métropolitaine ne peuvent porter actuellement que sur les pièces décorées, les tegulae, imbrices, briques et autres terres cuites architecturales « lisses » étant rarement mentionnées et/ou rattachées à l’Antiquité.

Deux grandes aires culturelles ressortent de la répartition des découvertes des tuiles antéfixes, plaques historiées à fronton, modillon, briques historiées quadrangulaires ou barlongues, briques claveau, briques corniches moulurées et chapiteaux (Fig.5 et 6). L’une au nord centrée sur le Bassin parisien et incluant la partie haute de la Vallée de la Loire, caractérisée par le groupe homogène des antéfixes à fronton semi-circulaire marqué d’une croix et un corpus complémentaire réduit ; l’autre autour du Val de Loire et de la vallée du Cher représentée par une diversité du corpus constitué de briques historiées de modules et d’emplois divers.

L’une et l’autre se décomposent en plusieurs zones de productions cohérentes, couvrant des surfaces à peu près équivalentes et au sein desquelles se retrouvent parfois des modèles identiques, attestant d’un même approvisionnement.

Jesset Fig.5Fig.5 : Carte de répartition des matériaux de construction en terre cuite décorées (VIe-IXe siècle)

Ainsi, l’aire de diffusion de Saran constitue une première zone avec les antéfixes et les modillons à 1 ou 2 redents. La deuxième zone de production suspectée regroupe les sites de la région parisienne avec les antéfixes à la croix, les modillons à nervures et les briques corniches moulurées qui ne font pas partie du catalogue des ateliers de Saran.

L’aire sud regroupe trois zones. La plus à l’est (Touraine et Berry) autour de Bourges, Vierzon et Tours se distingue par l’usage de plaques historiées à fronton qui ont souvent été confondues avec des antéfixes. On trouve également des briques historiées barlongues, des modillons à nervure du même type que ceux de la région parisienne et des briques corniches moulurées, l’ensemble étant également en partie commun aux autres zones de la même aire. Concernant les modillons, le site du château de Tours a livré également des modillons à redents d’un modèle proche de l’Orléanais, témoignant d’une zone de contact. Au centre, autour d’Angers se trouve une zone avec antéfixes à fronton triangulaire complétés par la triade précédemment évoquée. Enfin, la zone la plus à l’ouest autour de Nantes présente les mêmes assemblages que la zone d’Angers mais sans les antéfixes et avec également des briques claveaux historiées.

D’autres découvertes isolées indiquent des extensions possibles, comme à Bordeaux avec la mise au jour des modillons à nervures et briques corniches moulurées, qui ne sont pas sans rappeler les exemplaires rencontrés ailleurs autour de Nantes, Angers, Tours ou la région parisienne. Saint Samson sur la Roque (Eure), Périgueux, ou le groupe des antéfixes au fronton décoré d’un calice entouré de colombes découvert à Tibiran, Clarac et Saint Bertrand de Comminges (Haute Garonne), témoignent de secteurs potentiels sur lesquels la recherche reste à développer.

Jesset Fig.6Fig.6 : Tableau synoptique des types de terres cuites architecturales décorées par zone de production.

La typologie des terres cuites architecturales saranaises décorées, avec deux formes différentes seulement, apparait particulièrement pauvre au regard des autres zones de production définies et notamment du Pays Nantais qui en compte au moins 6. Il est à ce propos troublant de constater une diminution progressive du corpus décoré depuis la façade atlantique vers l’intérieur des terres. Ces variations dont l’explication ne semble pouvoir résider seulement dans le jeu de substitution généralement invoqué d’une ressource en pierre tendre qui ferait défaut, sont peut-être aussi à relier aux traditions culturelles régionales.

Saran apparaît également à part avec les modillons à redents taillés, traduisant une technique de mise en forme et un savoir-faire différents des autres régions où sont employées les modillons à nervure moulés. Ce constat est d’autant plus vrai qu’aucun changement n’est observé sur le long terme, semblant témoigner d’un savoir-faire durable, imperméable aux influences extérieures. Le constat est un peu différent avec les antéfixes et vient moduler cette première impression. Ainsi, s’il convient de souligner l’originalité des tuiles antéfixes au motif à l’upsilon majuscule, actuellement sans équivalent, le modèle à la croix qui lui succède est loin d’être isolé. Ce symbole semble s’être imposé progressivement, peut-être depuis l’ouest, notamment à la faveur du développement du culte à la sainte Croix au VIIIe siècle.

Conclusion

La production de la terre cuite architecturale à Saran s’inscrit dans le contexte plus large d’une architecture de tradition antique (opus mixtum, couverture de tuiles, …), qui au regard de la répartition des éléments décoratifs découverts, se restreint principalement au quart nord-ouest de la France. Deux grandes aires culturelles paraissent pouvoir être scindées en 5 zones de productions cohérentes, présentant chacune des originalités, au sein d’un corpus plus ou moins inspiré des régions voisines.

Passé ce premier contexte général, qui reste probablement à affiner dans l’avenir, de nombreuses questions demeurent concernant la fonction et la place de certaines pièces dans cette architecture vernaculaire. Si nous avons parfois proposé plusieurs destinations pour un même type, d’autres, en apparence moins problématiques, auraient également mérité d’être discutés, comme les antéfixes par exemple, ou les modillons dont la fonction est loin de faire consensus parmi les auteurs.

L’enrichissement du corpus par une prise en compte systématique de ces matériaux dans les contextes de consommation du haut Moyen Âge apparaît aujourd’hui incontournable pour sortir des a priori de «récupérations sur les maçonneries antiques» généralement avancés pour expliquer la présence de matériaux de terre cuite sur ces sites. C’est également la seule alternative pour faire rapidement évoluer ces questions de fonction dans une architecture aujourd’hui pour l’essentielle disparue.

• Notes :

1 Il convient de préciser que sur le site le ramassage des matériaux de construction s’est fait de manière exhaustive.

2 Information Alain Ferdière.

3 L’intérêt pour les exceptionnelles tuiles antéfixes ressort très nettement sur la carte avec une sur-représentation des occurrences dans le cadre de découvertes isolées conservées dans les musées. Or, ces découvertes, devraient en toute logique être accompagnées de tegulae et d’imbrices. On notera que l’inverse n’est pas forcément vrai au regard des sites de consommation fouillées récemment sur la ville d’Orléans qui n’ont pas livré d’antéfixes en dépit d’un ramassage exhaustif des terres cuites architecturales. Par ailleurs, on se gardera de conclure à l’effet de proximité à l’atelier des sites de consommation, les habitats haut Moyen Âge de Saran étant pour la plupart dépourvus de couverture en terre cuite.

• Bibilographie :

JESSET 2013 : Jesset (S.) – Saran et Orléans : chrono-typologie de la céramique du haut Moyen Âge de l’Orléanais, in : Husi (P.) dir. – La céramique du haut Moyen Âge dans le Centre-Ouest de la France : de la typo-chronologie aux aires culturelles, Revue archéologique du Centre supplément n°49, Tours, 2013.

JESSET 2014 : Jesset (S.), et coll. Bouillon (J.), Gredat (G.) et Millet (S.) – La production de terre cuite architecturale durant le haut Moyen Âge à Saran (Loiret) : entre tradition et modernité, SFECAG, Actes du Congrès de Chartres, 2014.