Identification des éléments des tuiles corinthiennes

Patricia RIFA, CEAlex, UAR 3134

Le dépôt archéologique du Centre d’Etudes Alexandrines (Alexandrie, Egypte) comprend une  collection d’un demi-millier de TCA, pour lesquelles aucune étude systématique n’avait jusqu’alors été engagée. Des recherches croisées sur plusieurs sites hellénistiques du pourtour méditerranéen (Delos, Thasos, Alexandrie, Bahig) nous amène à reconsidérer ce type de mobilier et lui porter toute l’attention nécessaire. A ce stade de l’étude, nous mettons en place des outils méthodologiques (descriptions et analyses) et  établissons une bibliographie.

Ce billet concerne une série de tuiles plates, rectangulaires, à rebords latéraux de type corinthien. Les encoches ne sont pas systématiques, ni le rebord à l’égout sur la face inférieure. Un certain nombre d’exemplaires comportent sur la face supérieure un bourrelet transversal, perpendiculaire aux rebords situé à quelques centimètres (de 1 à 5cm)  du bord à l’amont de la tuile.

Cette caractéristique propre aux tuiles corinthiennes aurait selon Ginouvès pour fonction de caler la tuile supérieure et  “d’éviter le reflux de l’eau en sous face à l’endroit où les deux tuiles se superposent.” (Ginouvès 6.23, p.186).

Françoise Billot (Billot 2014), dans son étude des TCA de Delos, décrit “le rebord transversal amont en forme de bourrelet modelé et collé, évitant le reflux de l’eau par grand vent…” Cependant elle observe : “en aval du lit de pose, un recouvrement généralement concave assorti, à chacun des deux angles, d’une découpe permettant au recouvrement de chevaucher les rebords longitudinaux et transversal de la tuile immédiatement inférieure.”

Effectivement, sur les tuiles alexandrines, le bourrelet comprend systématiquement un versant plus marqué, lissé au doigt de façon à creuser une petite rigole à l’aval. Cependant nous n’observons sur les exemplaires existants pas d’aménagement spécifique de la face inférieure.

Nous n’avons pas encore consulté de travaux mettant en évidence cette caractéristique en Europe. Nous faisons donc appel à vous pour engager le dialogue et profiter de vos expertises.

Références

Ginouvès René. Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. II. Eléments constructifs : supports, couvertures, aménagements intérieurs. Préface de Roland Martin. Rome : École Française de Rome, 1992. 460 p. (Publications de l’École française de Rome, 84-2)

Billot Marie-Françoise. Terres cuites architecturales. In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 138, livraison 2, 2014. pp. 760-766; doi : https://doi.org/10.3406/bch.2014.8062

Hamari, Pirjo. (2019). Roman-period roof tiles in the eastern Mediterranean: towards regional typologies. En particulier figures 12 et 13

Parution de l’ouvrage “L’Art du briquetier (XVIe-XIXe siècle)”

Cyril Lachèze a le plaisir de nous annoncer la parution aux Classiques Garnier de l’ouvrage issu de sa thèse sur “L’art du briquetier”, dont il a eu plusieurs fois l’occasion de présenter des points d’intérêts au cours des Journées d’actualité du Réseau.

Malgré le sous-titre qui commence au XVIe siècle principalement pour des raisons éditoriales, un bon nombre de dynamiques décrites et d’exemples peuvent remonter jusqu’au XIIIe siècle.

Vous pourrez trouver en pièce jointe la table des matières détaillée, et la page de l’ouvrage sur le site de l’éditeur :
https://classiques-garnier.com/l-art-du-briquetier-xvie-xixe-siecle-du-regime-de-la-pratique-aux-regimes-de-la-technique.html

Tuiles engobées

Adeline Barbe : dans le cadre d’une opération de fouille préventive située à Belvezet (Gard, 30) dont j’ai la responsabilité, nous avons découvert un petit lot de TCA, très fragmentées, particulières. En effet, chaque fragment est engobé (engobe rouge) tant sur sa face extérieure que sur sa face intérieure. Ces tuiles ont été découvertes dans un contexte d’édifice religieux (église paroissiale), dans des niveaux de remblais. D’après le contexte et les dimensions des éléments, ces tuiles sont potentiellement tardo-antiques.

Quelques exemplaires ont été observés par des collègues (notamment dans le Gard, avec Yves Manniez), cependant, je souhaiterais savoir si des membres du réseau en avaient déjà découverts et dans quel contexte ?

Alain Ferdière : oui, c’est connu notamment en Bourgogne : vous trouverez des références dans mon article de la RACF de 2012 (en  ligne). Il me semble que B. Clément en parle aussi dans son bouquin. Il apparaît que, quand la terre utilisée (argile ± kaolinitique, avec peu ou pas d’oxyde de fer) donne des tuiles très claires, voire blanches, les tuiliers les enduisent d’un engobe rouge, pour faire “plus romain” ! (surtout pour un édifice public comme ici).

Benoit Favennec : dans le cadre de ma thèse j’en ai recensé à divers endroits : ” quelques cas d’engobage de tuiles tardo-antiques, surtout des tegulae et quelques imbrices, sont également à signaler. Ces occurrences ne sont pour l’instant connues que dans des sanctuaires bourguignons du IVe siècle, ainsi que sur l’emplacement supposé de la cathédrale à Marseille, sur des basiliques chrétiennes en Afrique (Bonifay 2004, 85-86 et 439) et sur les tuiles de certains évêques de la fin du VIe siècle et du VIIe siècle du Vaucluse, provenant de contextes funéraires. Néanmoins, nous devons rester prudents sur ce constat car les toitures des habitats tardifs et du VIIe siècle sont très peu documentées. Des cas de réutilisation de tuiles engobées sont d’autre part signalés comme par exemple sur le site de Magny-Cours à Seneuil (79) lors des VIe/VIIe siècles (Clément 2013, 65). Si leur absence est avérée, elle traduirait une évolution dans les couvertures des bâtiments. En effet, B. Clément (2013, 64-65 et Pl.I) signale de nombreuses tegulae et imbrices à l’engobe rouge en Gaule du Centre-Est pour des contextes datés entre 150/120 av. J.-C. et le IIIe siècle ap. J.-C. Elles seraient d’ailleurs présentes « sur la quasi-totalité des sites étudiés » d’après cet auteur entre l’époque augustéenne et le IIIe siècle. Il suppose également que les revêtements de surface « auraient servi de protection contre la pluie et le froid mais également à uniformiser les toitures. En effet, le mode de cuisson n’étant pas forcément bien contrôlé, et la composition de l’argile utilisée pouvant varier, les tuiles peuvent prendre plusieurs teintes de couleur, du beige au brun en passant par l’orange, à l’instar des céramiques communes ». Cette uniformisation apparaît notamment avec les tuiles bourguignonnes, à pâte blanche et engobe orange / brun, qui sont associées à des tuiles non engobées, mais à pâte rouge brique (Nouvel et Charlier 2000, 5). Signalons enfin que des tuiles engobées non datées sont attestées dans l’atelier des Quatre Bornes sur la commune de Rues-des-Vignes (59 ; Thuillier 2003, 99, note 112 ; notice site 1364-A) et à Amiens (80 ; Le Ny 1988, 28-29 ; Clément 2013, 65).”

Enfin, pour info, j’en ai aussi trouvé des imbrices et tuiles engobées de blanc pour une tombe en batière du VIe s. dans le secteur de Toulouse.

Alain Ferdière : une question incidente à Benoît : l’engobe blanc des tuiles autour de Marseille a-t-il été analysé et ne pourrait-il s’agir de lait de chaux, qui serait peut-être plus attendus dans ce contexte funéraire ?

Benoit Favennec : Alain, les tuiles à engobe blanc proviennent d’un contexte de Toulouse. Le revêtement sur les tuiles n’a pas été analysée malheureusement…

Alain Ferdière : ce serait intéressant de le faire. La distinction entre argile kaolinitique (pour l’engobe blanc) et le lait de chaux (calcium) est assez aisée, sans grand frais.

Freddy Thuillier  : à propos des tuiles romaines engobées, j’ai été cité par Benoît Favennec. En effet, j’ai trouvé des fragments de tuiles engobées de rouge sur le site de potiers des Rues-des-Vignes dans le département du Nord. Pour rappel, cet atelier campagnard, partiellement fouillé, a produit des céramiques fines de type terra nigra et dorée au 1er siècle, puis de type VRP en grande quantité aux 2e-3e siècles voire un peu au-delà : c’était un atelier spécialisé. Je me suis rendu compte que l’engobe des tuiles était manifestement semblable à celui servant à l’engobage des céramiques VRP. Ces tuiles ne semblent pas avoir été produites dans cet atelier (mais il n’a pas été fouillé intégralement…).

Par ailleurs, un collègue a trouvé en prospection des fragments de tegulae de la période romaine (au sens large) avec engobe rouge dans le département du Gard.

Enfin, un autre collègue a trouvé en prospection dans le Gard un atelier de tuilier de l’Antiquité tardive avec présence de rebuts de cuisson de tuiles engobées en rouge (que j’ai pu identifier).

Ivan Lafarge : en lisant la question et les commentaires il me revient un point que j’ai évoqué dans ma thèse : il existe en Ile-de-France des productions de tuiles en plâtre, vraisemblablement utilisant les mêmes moules que les tuiles en terre cuite, a priori compatible donc (Paris, pardon, Lutèce, Meaux, Drancy, Tremblay, Fontenay en Parisis, Saint-Denis, Changis sur Marne…). Ces tuiles ont servi à faire du plaquage ou des aménagements intérieurs de second œuvre dans beaucoup de cas, on pensait même qu’elles n’étaient utilisées qu’à ça jusqu’à ce que dans les années 1990 il en soit trouvé (à Tremblay en France) avec des traces d’usure du pureau significatives de leur usage en couverture. Je me suis donc demandé si il n’y avait pas occasionnellement la recherche de polychromie dans les toits gallo-romains, voire même la recherche d’imitations de tuiles de marbres comme il en existe dans le monde méditerranéen. Je n’ai cependant pas creusé cette question plus avant parce que les exemplaires disponibles (en bibliographie ou dans les rapports de fouilles) sont numériquement insuffisants et que ma connaissance de la typologie des tegulae en Ile de France est insuffisante également (outre que je suis médiéviste, à ma connaissance cette typologie n’est pas formalisée). J’ajoute que ces tuiles de plâtre ne portent pas de traces de peinture ni de teinture dans la masse et que le plâtre utilisé pour leur fabrication est très bien maîtrisé contrairement à ce qui a pu être parfois écrit.

Jean-Michel Morin : à vérifier mais il me semble qu’il y a eu aussi des tegulae en plâtre à Chelles.

Ivan Lafarge :  oui je n’ai pas fait ici l’inventaire exhaustif, il serait de toutes façons à reprendre et à compléter. Le faire serait intéressant au regard d’une mise à jour de la typologie des tegulae dans le contexte régional plus ou moins étendu, afin de pouvoir comparer effectivement les moules de manière précise, ce que de fait je n’ai pas pu faire.

Inhumations avec tuiles creuses

Jean-François Nauleau : un cimetière médiéval a été dégagé au pied de l’église d’Asnières-sur-Vègres en Sarthe au cours d’un diagnostic. Parmi les sépultures, de très jeunes sujets inhumés à l’aide de tuiles creuses. Nous sommes à la recherche d’autres inhumations du même type dans des contextes chronologiques identiques, nos recherches étant presque vaines pour le moment.

Datation : fin XIIe – fin XIIIe/début XIVe

Responsable d’opération : Alain Valais (Inrap) et  anthropologue : Auxane de Lépinau (Inrap)

Amandine Charles : lors de la XIe Rencontre du Gaaf autour des avancées de la recherche sur les typo-chronologies des inhumations de la Préhistoire à nos jours (Tours, 2019)., une communication à porté sur la persistance des architectures funéraires sous tegulae, dont le résumé est à lire ici.

Des briques échancrées espagnoles

Laurent Paez-Rezende : des briques atypiques ont été découvertes à l’occasion des fouilles d’un contexte thermal antique du 3e s. dans la province d’Aragon, près de Saragosse (Espagne).

En voici la description : ” Estos ladrillos, de tamaño variable (largos máximos y mínimos de 30 y 23 cm, anchos de 24 y 15 cm y grosores de 8 cm, aunque ninguno de ellos está completo, por lo que las medidas no son precisas) presentan como característica común escotaduras cuadradas, aunque existen ejemplos con formas diferentes, como extremos en vértices triangulares con ángulo o remates interiores en cuarto de círculo ” (l’article complet ici, voir page 8).

 

 

L’archéologue Pedro Rodriguez Simon propose une restitution fonctionnelle des briques mais continue de s’interroger sur l’utilisation de ce type de TCA dont il n’a pas trouvé d’exemple comparable ailleurs dans l’empire romain.

Sébastien Jesset : On a l’impression de voir des empreintes de rebords latéraux de tegulae en négatif sur certains fragments et des traces d’encoches basses (?). Ne s’agirait-il pas dans ce cas du liant d’assemblage d’une suspensura construite (comme pour certaines soles) à partir d’éléments de couverture de ce type ? Ca pourrait expliquer la forme assez variable de chaque élément ?

Etienne Jaffrot : des productions à rapprocher des briques échancrées gallo-romaines présentées dans l’article à lire sur ce carnet ?

Alain Ferdière : Pour une suspensura, à quoi correspondrait l’ouverture carrée qu’ils restituent en assemblant quatre de ces TCA ?

9e journée d’actualité du Réseau – 7 et 8 décembre 2023 – Programme définitif

La prochaine journée d’actualité du Réseau Terres Cuites Architecturales aura lieu à la Direction régionale des affaires culturelles des Hauts-de-France, hôtel Scrive à Lille (Nord), dans le Grand Salon, le vendredi 8 décembre 2023. Elle sera l’occasion de présenter le travail d’étude et de restauration effectué sur les pavements médiévaux de Saint-Martin-d’Hardinghem (Pas-de-Calais) découverts en 2016 lors d’une fouille préventive (Inrap/département du Pas-de-Calais).

 

Vous trouverez le programme ici.

 

La veille de cette journée (jeudi 7 décembre 2023), deux visites sont prévues en lien avec l’étude et la restauration des pavements exceptionnels de Saint-Martin-d’Hardinghem. Ce sera l’occasion de découvrir deux équipements neufs et fonctionnels dans la région : le Centre de conservation et d’étude archéologique du Pas-de-Calais (à Dainville, près d’Arras) et le Centre de conservation du Louvre (à Liévin, près de Lens).

Coordination : Laetitia Maggio, Conservatrice du patrimoine (SRA, DRAC Hauts-de-France) et
Laetitia Dalmau, Archéologue et documentaliste (Direction de l’archéologie du Pas-de-Calais)

Connaissez-vous des antéfixes de ce type ?

Les fragments d’au moins une douzaine d’antéfixes, dont l’exemplaire quasi complet présenté ici ont été découverts sur un site beauceron. Elles sont toutes décorées à partir sans doute d’un moule unique, avec un masque de face joufflu et grimaçant encadré de chaque côté de deux colonnettes et surmonté d’une grande palme. Un décor somme toute classique dans sa composition comme dans sa thématique.

Elles ont toutes été découvertes sur une aire restreinte qui s’est avérée être l’emplacement d’un petit fanum rural, non loin d’une villa, en Beauce Dunoise, à Saint-Cloud-en-Dunois. Le site également fourni deux oscilla en marbre, des éléments de décor architectural bien plus rares encore dans les campagnes des Gaules, en cours de publication.

Sans doute de production plus ou moins locale, par leur pâte, ces antéfixes, également indice d’acculturation « à la romaine » du propriétaire des lieux, pourraient-elles être issues d’un moule importé ?

L’identification ailleurs d’autres exemplaires de facture et iconographie identique permettrait d’éclairer cette question.

[Fig. jointe, ph. A. Lelong, échelle de 20 cm]

ph. A. Lelong, échelle de 20 cm

Alain Ferdière, ferdiere@club-internet.fr

Recherche sur les antéfixes gallo-romaines

Bonjour à tous,

Actuellement doctorante à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de M. Olivier de Cazanove, j’étudie dans le cadre de ma thèse le décor des toits en Gaule romaine et plus particulièrement, les antéfixes de terre cuite.

Pour ces recherches, je réalise un inventaire sur toutes les antéfixes ayant été retrouvées sur le territoire et qui sont attribuées entre le IIème s. av. J.-C. et le Vème s. ap. J.-C. environ. Toutes les antéfixes que je rencontre – à travers soit des publications (C.A.G., ouvrages, articles, rapports de fouilles…), soit des musées et dépôts archéologiques – sont enregistrées dans une base de données que j’ai créée il y a plus d’un an maintenant. Cette base de données me permet, en outre, d’établir une typologie de ces objets.

Si parmi vous, certains auraient des découvertes d’antéfixe(s) à partager (conservée dans des musées, dans des réserves particulières, issues de fouilles en cours ou passées), des ouvrages à conseiller ou des personnes à contacter, vous pouvez m’écrire à cette adresse mail : vbreloux25@gmail.com.

Au plaisir d’échanger avec vous,

Valentine Breloux.

8e journée d’actualité du Réseau – 9 et 10 septembre 2022 – Moulins (03)

Après une halte à Chassenon en 2021, la 8e journée d’actualité du réseau TCA se tiendra cette année les vendredi 9 et samedi 10 septembre 2022 à Moulins (dans l’Allier), au musée Anne-de-Beaujeu.

Vous trouverez ci-dessous le bulletin d’inscription à renvoyer à l’adresse mail indiquée, ainsi que le programme des journées :

 

Au plaisir de vous retrouver nombreux,

Bien cordialement,

Franck CHALEAT
Service d’Archéologie Préventive (SAPDA)

Mickaël BANDIERA
Arkemine

 

7e journée d’actualité du Réseau – 19 novembre 2021 – Cassinomagus / Chassenon (16)

Site archéologique de Cassinomagus/Chassenon (Charente)

Le réseau de recherches sur les terres cuites architecturales antiques, médiévales et modernes (Réseau TCA, https://reseautca.hypotheses.org/) organise sa prochaine journée annuelle sur le site de Cassinomagus/Chassenon (Charente), à proximité des thermes les plus monumentaux de France, le vendredi 19 novembre 2021. Les chercheurs travaillant sur les terres cuites architecturales de toutes périodes auront une fois de plus l’occasion de présenter leurs travaux récents, qu’ils concernent le Centre-Ouest de la France ou d’autres régions.

Les participants bénéficieront d’une entrée gratuite sur le site et d’une visite guidée par Sandra Sicard, archéologue départementale et responsable de fouilles à Chassenon, accompagnée d’Arnaud Coutelas, chargé d’études et consultant en pétroarchéologie (DTalents).

Pour ceux qui le souhaitent, le déjeuner pourra être pris sur place, soit tiré du sac, soit sous la forme d’un panier repas (cf. fiche d’inscription). 

Coordination : Arnaud Coutelas, Laure Laüt et Sandra Sicard

Retrouvez le programme et la fiche d’inscription.

____________________________________

Afin que cette journée puisse avoir lieu dans le contexte actuel, un protocole sera mis en place afin de veiller au respect des consignes sanitaires en vigueur. Un espace suffisant sera ménagé entre les sièges des auditeurs afin de maintenir une distanciation physique. Les auditeurs devront prévoir d’apporter et de porter un masque pendant les communications et leurs déplacements au sein de l’établissement. Du gel hydro-alcoolique sera mis à disposition. Ces mesures sont susceptibles d’évoluer en fonction des consignes en vigueur à la date de la manifestation. Elles vous seront détaillées au début de la journée, ou par courriel le cas échéant.

Mises à jour des listes publiées par Alain Ferdière en 2012 dans la RACF

Vous retrouverez dans l’onglet “Bibliographie, Catalogue et Inventaire” les mises à jour en février 2021 des listes publiées par Alain Ferdière en 2012 dans la RACF (Tome 51 | 2012 (openedition.org)), pour la Lyonnaise et les cités nord et est de l’Aquitaine :

– la bibliographie des TCA des périodes romaine et alto­médiévale

– le catalogue des estampilles et des graffiti

– la liste des ateliers de tuiliers

Bonne lecture !

Protocole de traitement des TCA en Corse

Un protocole pour le traitement des TCA, élaboré originellement à l’attention des archéologues du centre Inrap de Vescovato en Corse, est accompagné d’une fiche d’enregistrement de terrain établie pour les tuiles de couverture. Ce protocole, comme l’étude de ces matériaux en Corse, est en cours d’évolution.

Cette initiative, diffusée en janvier 2021, témoigne de l’intérêt grandissant porté aux  terres cuites architecturales et souligne l’utilité de créer des outils méthodologiques à l’attention des archéologues, dès la phase terrain, pour gérer ces matériaux souvent abondants et, en conséquence, décourageants.

Les documents sont en consultation ici :

protocole de traitement des TCA par Jean-Jacques Grizeaud

 

6e Journées d’actualités du Réseau – 2 et 3 octobre 2020 – Reims (51)

Le réseau TCA organisera ses prochaines journées d’actualités annuelles à l’Hôtel de Ville de Reims, au Grand salon de Mars, les 2 et 3 octobre 2020.

Elles seront comme chaque année l’occasion de présenter l’actualité de la recherche dans le domaine des terres cuites architecturales, toutes périodes confondues. Toutes les propositions de communications sont les bienvenues.

Voici le Programme définitif des journées

Au plaisir de vous accueillir nombreux.

Coordination : Hélène Tilmant, Régis Bontrond.

5e Journée d’actualités du Réseau – 15 mars 2019 – Caen (14)

La 5e journée d’actualité du réseau TCA se déroulera le vendredi 15 mars 2019 à Caen (Calvados). Elle est organisée par le Centre Michel de Boüard – Craham à l’université de Caen Normandie.

Appel à communication

Comme lors des précédentes éditions, une partie de la journée devrait être consacrée à l’actualité de la région d’accueil, la Normandie, où plusieurs structures de production de TCA ont été mises au jour ces dernières années, tandis que l’autre partie devrait concerner l’actualité extra-régionale et étrangère.

Les propositions de communications (± 20 min., en fonction du nombre de participants), comme les années précédentes, peuvent concerner aussi bien des monographies de site que des synthèses régionales, la méthodologie, la typo-chronologie, etc.

Afin d’organiser au mieux la journée, merci d’envoyer un court résumé avec le nom des intervenants, organismes de rattachement et adresses mails. Des résumés plus développés seront mis en ligne sur le blog du réseau, mais aucune publication n’est prévue à l’issue de cette journée. Il y aura aussi la possibilité d’exposer quelques posters pour ceux qui le souhaiteraient.

N’hésitez pas à apporter des échantillons.

Visite du service d’archéométrie – céramologie du Centre Michel de Bouärd

Dans le cadre de la fouille d’un site de productions médiévales et modernes près de Caen, ce service a mis en place un protocole d’étude des pâtes de TCA. Nous vous proposons une visite du service avec la présentation du protocole et des premiers résultats qui permettent de mieux cerner les connaissances des tuiliers, les propriétés des matériaux et l’aire de diffusion des productions.

Dans le cadre de la fouille d’un site de productions médiévales et modernes près de Caen, ce service a mis en place un protocole d’étude des pâtes de TCA. Nous vous proposons une visite du service avec la présentation du protocole et des premiers résultats qui permettent de mieux cerner les connaissances des tuiliers, les propriétés des matériaux et l’aire de diffusion des productions.

La visite sera programmée le samedi matin 16 mars 2019. Nous vous proposerons ultérieurement de nous indiquer votre intention d’y participer ou non.

En attendant, vous pouvez envoyer vos propositions de communication, avant le 15 janvier 2019, à Jean-Baptiste Vincent : jbarcheo@yahoo.fr