Watrin Benoit – Des briques à échancrures semi-circulaires à Jublains (Mayenne)

Depuis quelques années, l’étude des briques à échancrures semi-circulaires découvertes sur des sites antiques des régions Pays de la Loire et Nouvelle Aquitaine, principalement en contexte thermal, a permis de renouveler largement nos connaissances à propos de ce type particulier de terres cuites architecturales (Nauleau 2013 ; Jaffrot, Nauleau 2015 ; voir Fig. 1).

Fig. 1 : Exemples de briques à échancrures semi-circulaires découvertes à Piriac-sur-Mer et à Haute-Goulaine (d’après Nauleau 2013, fig. 23).

La relecture des publications des fouilles effectuées au XIXe siècle à Jublains (Mayenne), permet de signaler également leur présence dans le chef-lieu de la cité des Aulerques Diablintes (Verger 1837 ; Verger 1838 ; Pesche 1836-1837). Les fouilles réalisées par F.-J. Verger en mars 1836 dans le secteur du Clos aux Poulains, au sud-est du grand sanctuaire périurbain, (à proximité de l’endroit où fut découverte en 1776 une importante mosaïque) ont notamment révélé un bâtiment de 14 m de longueur pour 8,35 m de largeur constitué de 5 pièces. C’est dans les décombres de ces pièces que des briques à échancrures semi-circulaires ont été découvertes. En voici les descriptions données par F.-J. Verger :

« Au-dessous de ce plan nous commençâmes à rencontrer de grandes briques de 44 à 45 centimètres de long, échancrées dans le milieu de l’un des bords, par un demi-cercle dont le grand diamètre est de 25 centimètres. » F.-J. Verger 1837, p. 31.

« J’ai retiré, des décombres, beaucoup de grandes briques évidées en demi-cercle dans leur partie centrale et qui, rapprochées, forment un cercle entier, ayant dû servir au passage de tuyaux en métal, traversant des planchers, ou bien à poser des bouilloires et des chaudières » Description de F.-J. Verger publiée par J.-R. Pesche Jeune en 1837, p. 95.

« Vinrent ensuite des briques d’une forme particulière et que je n’ai trouvées que là ; elles ont de 44 à 45 cent. de longueur, échancrées dans les deux bouts par un demi-cercle dont l’axe a 25 cent. En rapprochant deux de ces briques on a un cercle entier. » F.-J. Verger 1838, p. 123.

L’état de conservation de ces briques devait être plutôt bon, puisque F.-J. Verger les a décrites assez précisément pour l’époque. Il a noté leur forme et leurs dimensions générales (44/45 cm de long) ainsi que le diamètre des échancrures (25 cm). Toutefois, le contexte de leur mise en œuvre n’est pas précisé. On sait seulement que de nombreux restes de tubuli, ainsi que des vestiges de pavement en pierre et des morceaux de béton de tuileau, furent découverts au même moment.

Passé inaperçu, le plan du bâtiment où ont été découvertes les briques à échancrures semi-circulaires a été publié par F.-J. Verger en 1838 (voir Fig. 2). On y reconnaît un probable établissement thermal au plan particulier ou incomplètement dégagé en 1836. En effet, les salles froides (frigidarium, apodyterium) sont absentes, si l’on suppose raisonnablement que les galeries (A et H) ne sont que des espaces de circulation et de service destinés à l’entretien des foyers des praefurnia (C et D). Le parcours du baigneur ne peut être restitué que pour les différentes pièces chaudes (caldarium en E et tepidarium en F ?, voir laconicum en B ?). On ignore malheureusement la localisation précise et l’environnement de ce bâtiment thermal, comme sa datation (Haut-Empire ?).

 

Fig. 2 : Plan de l’établissement thermal fouillé au Clos aux Poulains en mars 1836 par J.-F. Verger (d’après Verger 1838, pl. IV).

F.-J. Verger proposait de voir dans les briques à échancrures semi-circulaires des éléments de maçonnerie ménageant un espace à l’intérieur des murs ou des sols pour le passage de tuyaux. Cette conjecture doit aujourd’hui être abandonnée au vu des récentes recherches sur le sujet. Peut-on supposer pour autant la même fonction que pour les briques à échancrures semi-hexagonales découvertes dans les thermes de Sainte-Gemmes-sur-Loire et à Poitiers (Jaffrot, Nauleau 2015), à savoir « des petits massifs de maçonnerie situés dans l’hypocauste le long des murs et destinés d’une part à supporter la suspensura et de l’autre à connecter l’hypocauste aux files de tubulures » selon l’hypothèse développée  ?

Bibliographie :

Jaffrot É, Nauleau J.-F, « Notched Bricks: types, use and function. Case studies from Pays de la Loire and Poitou-Charentes », Poster présenté lors du colloque International Conference on Roman Brick and Tile. Past, present and future of the study of Roman ceramic building materials (4-6 décembre 2015), Université de Gand, Belgique.

Nauleau J.-F, « Les matériaux de construction en terre cuite d’époque romaine dans l’ouest des Pays de la Loire – Premier bilan », Revue Archéologique de l’Ouest, 30, 2013, p. 223-259.

Pesche J.-R. Jeune, « Encore quelques mots sur Jublains, lus à la Société des Sciences et Arts du Mans », Bulletin de la Société Royale d’Agriculture, Sciences et Arts du Mans, 2, 1836-1837, p. 93-95.

Verger F.-J., « Fouilles faites à Jublains (Mayenne), en mars 1836 », Archives curieuses de la ville de Nantes et des départements de l’Ouest, 1, 1837, p. 29-32.

Verger F.-J., « Fouilles faites à Jublains en 1835 et 1836 », Mémoires et dissertations de la Société royale des Antiquaires de France, 14, 1838, p. 111-130.