Modillons

Bonjour,

De probables modillons en terre cuite, de grandes dimensions, ont été découverts en surface sur le site du sanctuaire gallo-romain (Haut-Empire) de Boiscommun-Chemault au « Champ Carré ».

Deux types se distinguent (cf. photos, J.-M. Morin ; deux exemplaires sont attestés pour chaque type), avec une mouluration différente de l’extrémité (celle sans doute visible), l’un avec 3 tores (photo de gauche), l’autre avec un cavet unique (photo de droite).

Ferdiere_Boiscommun-2Ferdiere_Boiscommun-1

 

 

 

 

Au total, il en existe au moins 6 exemplaires dont 2 quasi complets, où les dimensions peuvent être mesurées (cf. croquis avec échelle, AF).

Ferdiere_Boiscommun-3L’utilisation comme modillons décoratifs sous le rampant de la couverture du sanctuaire semble probable.

De tels éléments sont ils connus ailleurs ?

Alain Ferdière, Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 7324 CITERES

Bonjour,

Ces éléments sont bien connus pour le haut Moyen Âge (voir récemment l’article dans les actes de la Sfecag 2014 : S. Jesset avec J. Bouillon, G. Gredat, S. Millet (coll.) – La production de terre cuite architecturale durant le haut Moyen Âge à Saran (Loiret) : entre tradition et modernité, 177-196 mais étaient jusqu’à maintenant absents à l’époque romaine, ce qui faisait dire qu’il s’agissait d’une innovation médiévale, copiée des modèles antiques en pierre (dont une synthèse très intéressante a été publiée en 2014 par Erik Follain dans les journées archéologiques de Haute Normandie de 2013 : « Corniche modillonaires par assemblage : une spécificité gallo-romaine dans la bassin de la Seine ? », 95-108). Visiblement il n’en est rien.

Peut-être que, à la lumière de cette découverte, il conviendrait de reconsidérer les exemplaires de modillons découverts à Angers ou ceux du château de Tours qui apparaissaient pour certains trop volumineux et avec un profil inapproprié pour le haut Moyen Âge (cf. article de Barbara Watkinson notamment dans Recherches sur Tours 1, 115-129).

Sébastien Jesset, Service archéologique municipal d’Orléans

Les modillons dont nous ne connaissons en Normandie que des exemplaires en pierre assemblés à des plaques moulurées pour former une corniche modillonnaire montrent un profil canonique bien différent de vos éléments. Ces moulures en terre cuite s’écartent un peu des profils canoniques connus pour la période concernée ce qui suscitent quelques interrogations.

Ne pourrait-on pas associer ces éléments aux décors de niches ou de baies (fenêtres) : chambranles, linteau, tablette d’appui… dont les compositions moulurées sont plus diversifiées ? Nombreux sont les exemples de baies dont l’architecture est maçonnée, ce qui permet ensuite l’ajout de peintures ou de stucs pour insister sur la qualité de l’ornementation. Il ne s’agit pas d’écarter complètement votre hypothèse de départ, mais de proposer d’autres possibilités de mise en œuvre de vos artefacts.

Sébastien Cormier, Mission archéologique départementale de l’Eure, UMR 8546 – AOROC École Normale Supérieure

Oui, pour ces exemplaires de Boiscommun, Jean-Michel Morin me proposait en effet une interprétation plutôt comme encadrement de baies.

Ne voyant pas trop cela (en continu tout autour d’une baie) en terre cuite dans nos contrées à cette époque, je n’avais pas retenu cette hypothèse alternative. Sans doute donc à tort ! Mais il faudrait trouver au moins un autre cas d’éléments comparables en terre cuite…

Alain Ferdière


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.