Terres cuites antiques en H

Voici des éléments de terre cuite en H, dont les photos sont mises à disposition par Gentiane Davigo, qui mène un Master 2 Archéologie à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand sous la direction de Blaise Pichon.

Ils proviendraient de la partie thermale de la villa de Châtain située dans le sud de la Creuse (23), sur la commune de Faux-la-Montagne. Le site n’a jamais été fouillé et a été découvert fortuitement en 1994 lors de travaux d’assainissement de la parcelle.
Les éléments sont ainsi attribués au Haut-Empire, sans précision.

villa Chatain_2Elles ont une forme de H et mesurent environ 20×24 cm pour une épaisseur de 7 cm. Les « pattes » du H mesurent 6,5 cm de large et l’interstice entre les deux « pattes » mesure 10-11 cm.

villa Chatain_1Benjamin Clément, Université Lumière Lyon 2, Archeodunum

Ces TCA évoquent un exemplaire conservé et exposé à la Maison archéologique des Combrailles à  Voingt (63), bien que de dimensions légèrement inférieures (L. 23 cm ; l. 15 cm ; ép. 6,5 cm d’après l’inventaire).

TC en H_P. GanneL’exemplaire a été déposé au musée en 1998 (inv. D1998.1.003), mais sa découverte remonte à 1966, lors du dégagement d’un four de tuilier antique situé dans la commune de Giat (63), à  la limite de l’Auvergne et du Limousin. Situé en pleine forêt, il est aujourd’hui détruit, suite au reboisement consécutif à  la tempête de 1999. Des observations ont pu être faites lors de sa destruction et plusieurs exemplaires de ces briques en H ont été recueillies dans le four. Elles semblent appartenir à  la sole proprement dite, formant des carneaux de forme carrée quand elle sont jointives. Ces  données sont toujours inédites, je compte bien m’en occuper un jour.

D’autre part, une plaque à  encoches qui me paraît proche, mais de bien moindre épaisseur, a été publiée récemment par Sébastien Jesset dans les derniers actes de la SFECAG (Congrès de Chartres, 2014, p. 192, fig. 22).

Pierre M. Ganne, Maison archéologique des Combrailles

Ces éléments sont comparables aux briques échancrées découvertes par exemple à Poitiers (86), sur le site de l’Hôpital Pasteur (Jaffrot in Zélie 2010), à Marigny-Brizay (86) aux « Champs de la Grenouille » (Jaffrot in Nadeau 2013) ou à Sanxay (86) (Bouet 1999 : voir le groupe 1a des briques claveaux quadrangulaires à tenons). De même, ils sont mentionnés pour les Pays de la Loire dans l’article de synthèse de J.-F. Nauleau dans la RAO (Nauleau 2013).

Poitiers_1

Deux cas de découverte en œuvre de ces éléments, à Sainte-Gemmes-sur-Loire (d’après gravure, voir l’article de J.-F. Nauleau) et à Poitiers-Pasteur, attestent leur utilisation comme tubulure dans des salles chauffées par hypocauste.

Poitiers_2À l’instar de la villa de Châtain, ces découvertes ont toutes lieu en contexte thermal, dans des ensembles datés du Haut-Empire.
Toutefois, le module des exemplaires mentionnés est plus grand (de 30*30 à 30*40 cm) et leur épaisseur moindre (3,5 cm).
La comparaison n’est donc pas stricte.

Ceci propose une autre hypothèse, à côté de celle énoncée par Pierre M. Ganne concernant l’architecture de fours.

Etienne Jaffrot, Bureau d’études Éveha Tours, Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR 7324 CITERES

Comme l’a souligné Étienne, on a effectivement dans la région des Pays de la Loire des briques de même famille. On précise que dans la région, les découpes latérales ne sont pas rectangulaires, mais tronconiques ou semi-circulaires.

On recense deux types de contexte de découverte :

– sur un atelier de production, mais impossible de savoir s’il s’agit de ratés de cuisson remployés dans les maçonneries du four ou d’éléments spécifiques employés dans la sole.
– sur des villae, toujours en contexte thermal.

Dans le cas du contexte thermal, difficile de comprendre leur mise en œuvre. Plusieurs hypothèses, en voici deux :

– constitution de véritables parois creuses (mais rendement calorifique sans doute nettement moins bon que tous les autres procédés)

– petit massif de maçonnerie situé dans l’hypocauste le long des murs et destiné d’une part à  supporter la suspensura et de l’autre à  connecter l’hypocauste aux files de tubulures.

Je penche plutôt pour une utilisation en éléments de transition entre parties basse et haute au niveau de la suspensura, mais ça reste une impression.

Donc encore beaucoup de questions concernant ces éléments…

Jean-François Nauleau, Inrap

Une récente lettre d’information des amis de Chassenon/Cassinomagus (16) évoque des TCA : Cassinomag_27_hiver2014

Page 2, la photo de droite montre des briques incomplètes mais similaires à celles de Faux et de Giat, la découpe est aussi rectangulaire. L’auteur les associe encore à  une sole de four. La reconstitution sous-entendue par la photo me parait hypothétique et discutable.

Dominique Tardy a étudié les TCA de la villa du Liégaud (87) et signale encore des briques similaires dans le DAF 31 de 1991. Selon elle, ces briques « semblent, par un système d’empilement alterné, jouer un rôle comparable à  celui des tubuli » (p. 90). Elles appartiennent au premier état de la villa (avant 150), elles n’apparaissent plus dans les états suivants (p. 90 et tabl. XVI). Dominique Tardy propose une hypothèse de restitution, suggérée par Guy Lintz d’après les fouilles de Marius Vazeilles en Corrèze.

DAF31_fig69DAF31_fig70 Dominique Tardy souligne l’absence de références pour ce type de brique hors du cadre gallo-romain, notamment en Italie. Concernant enfin l’architecture des fours, elle fait souvent appel à des matériaux exogènes, autrement dit en remploi.

Il n’est donc pas exclu que ces briques aient été détournées de leur usage habituel.

Pierre M. Ganne


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.