Lebrun Guillaume – Méthodologie et pistes de réflexion pour l’étude des terres cuites architecturales gallo-romaines en Picardie : le cas du site de Remigny, « La Voyette des Pauvres » (Aisne).

De mai à début juillet 2015, une équipe du Pôle archéologique du département de l’Aisne (responsable d’opération : A. Lefebvre) a menée, une fouille préventive sur une emprise de 1,5 ha sur la commune de Remigny dans la région Hauts-de-France (Fig. 1).

Fig. 1 : localisation du site de Remigny

L’ensemble, daté entre les IIIe et le début IVe siècles de notre ère, est constitué d’un bâtiment principal de 250 m² au sol, d’un bassin avec un accès empierré, d’un établissement rural à l’ouest de l’emprise, et d’un possible chemin au nord. Le site est situé le long de la RD1 qui se trouve sur le tracé de la voie romaine reliant Soissons (Augusta Suessionum) à Saint-Quentin (Augusta Viromanduorum) et sur un point haut offrant une implantation géographique privilégiée. Un important bâtiment construit sur semelles de pierre où l’on peut distinguer plusieurs pièces constitue le point névralgique du site. Une cave de 15 m² y a été découverte. Conservée sur 1,80m de haut, les soupiraux sont encore visibles. Un bassin empierré de 4 m de diamètre jouxte ce bâtiment principal. Cet ensemble de construction constitue un probable relais routier. Ces derniers sont des infrastructures de services qui participent à l’équipement du réseau routier dans l’Empire romain. À l’ouest, un enclos constitué vraisemblablement d’au moins deux phases d’occupations semble se développer. La première phase correspond à un enclos ceinturé par des fossés. Ces derniers semblent remplacés par une palissade comme le suggère l’alignement de trous de poteaux. À proximité, plusieurs bâtiments ont pu être identifiés par leurs caves et celliers associés. L’occupation est délimitée au nord par un axe interprété, pour le moment, comme un chemin perpendiculaire à la voie romaine et se prolongeant vers l’ouest. Large d’une douzaine de mètres, il semble s’être légèrement déplacé dans le temps.

Si le site a livré un mobilier céramique en quantité modeste, il a néanmoins donné un grand nombre de monnaies, du verre et des objets en alliage cuivreux. Surtout, il se singularise par un grand nombre de cornes de bœufs. Ce dernier élément incite à envisager une exploitation liée à l’artisanat (atelier de fabrication de colle, tannerie…). Si l’interprétation des vestiges se confirme, le site serait l’un des deux relais routiers documentés, dans le département de l’Aisne, après celui d’Epaux-Bézu fouillé en 1996 1.

Problématiques

Pourquoi étudier la terre cuite architecturale à Remigny ? L’objectif principal était de mettre en place un protocole de prélèvement et d’analyse de ce type de matériel pour le site, sur un territoire (Picardie), où ce genre d’étude fait défaut. Cette étude vise à la compréhension du site par l’identification des différentes catégories de terres cuites architecturales présentes, par la reconnaissance des différences morphologiques des tuiles, par l’analyse des techniques de construction (toiture, récupération, architecture) et à l’ébauche d’une analyse des ressources argileuses (observations macroscopiques des groupes de pâtes).

Méthodologie

Sur le terrain

L’étude de la terre cuite architecturale n’était pas prévue à l’origine du projet dans le cahier des charges. C’est donc, en début de fouille, avec l’accord du responsable d’opération, du chef de service et du Service régional de l’Archéologie que cette analyse a pu voir le jour. En effet, c’est la découverte de plusieurs amas de tuiles qui amène à la réalisation de cette étude.

À la vue du grand nombre de terres cuites architecturales, des natures différentes des structures mises au jour et des moyens donnés, une même méthodologie de collecte n’a pu, malheureusement, être appliquée sur l’ensemble du site. Il a donc fallut adapter. Lorsqu’il s’agissait de structures présentant peu de tuiles, un ramassage complet a été effectué. Pour les autres structures présentant un grand nombre de terres cuites architecturales ou les sondages réalisés à la pelle mécanique, un tri a dû être réalisé. Ce dernier s’est fait de deux manières différentes. Le premier a consisté en un ramassage des éléments potentiellement les plus riches d’informations pour l’analyse en post-fouille. Par exemple, pour les sondages mécaniques, il n’a pas été possible de pouvoir systématiquement fouiller les godets de la pelle. Ce n’est donc qu’un échantillon du mobilier total qui est visible. Le second tri a consisté en un ramassage des éléments, là aussi potentiellement les plus intéressants, mais en ayant l’aperçu complet des tuiles mises au jour. Pour ces structures, le comptage des éléments et leurs poids ont pu être intégralement enregistrés. Ce qui n’est pas le cas avec le premier tri réalisé.

Hormis les structures où la terre cuite architecturale a pu être prélevée intégralement, il n’a donc pas été possible de prendre des données métriques sur l’ensemble du mobilier mis au jour dans les structures. Ce qui amène, malheureusement, à une variabilité méthodologique pour l’analyse en post-fouille. Il a donc du fallu adapter une certaine marge de manœuvre en fonction des contextes et des moyens donnés en essayant de respecter les préconisations du « réseau TCA ».

En post-fouille

L’étude de la terre cuite architecturale a été réalisée dans la foulée de la fouille et avec très peu d’éléments d’analyse du site (notamment l’étude céramique pour les questions de typo-chronologie). Tout le matériel collecté a été lavé et comptabilisé. Ce qui représente au total (avec les éléments pris en compte sur le terrain) un peu plus de 3600 restes et un poids de 1240 kg. Une fois le mobilier lavé, inventorié et trié pour ne garder que les tuiles devant être observées, cela représentait quarante deux caisses à étudier. Les éléments gardés en vue de l’étude sont ceux définis par le réseau : les données métriques complètes (longueur, largeur) et les angles pour les tegulae et les imbrices, et tous les autres fragments pour les quelques briques ou dalles collectées.

La question qui se posait ensuite était de savoir que mesurer sur ces tuiles ? Les recherches bibliographiques sur d’autres exemples régionaux ont permis d’identifier les critères méthodologiques à prendre en compte 2. En ce qui concerne les tegulae, des données ont été recueillies sur les longueurs, les largeurs, les épaisseurs, les poids, quand les tuiles étaient complètes, les rebords, les encoches avant et arrière et sur les gorges internes. Pour ce qui concerne les imbrices, les longueurs, les largeurs, l’épaisseur, le poids, les hauteurs d’arc et le profil de l’arc ont été enregistrés (Fig. 2). Pour les quelques briques et dalles collectées, seule l’épaisseur a pu être enregistrée.

Enfin, l’analyse des groupes de pâtes des tuiles a été faite via l’observation de cent échantillons, prélevés de façon aléatoire pour essayer d’avoir un aperçu global de l’ensemble du mobilier. Les matrices argileuses ont été décrites par l’intermédiaire de plusieurs critères (couleur et texture de la pâte et description des inclusions) 3. Les descriptions des pâtes sont classées par deux lettres (RE) et un chiffre (de 1 à X).

Fig. 2 : mesures sur les tuiles.

Résultats

Les données métriques : les tegulae

L’enregistrement de toutes ces données a donné lieu à la conception de graphiques et d’études statistiques. Le but étant d’identifier des critères métriques qui pourraient mettre en avant des différences typologiques. Les résultats sont assez mitigés dans le sens où des variations s’observent mais sans pouvoir affirmer qu’il s’agisse de réel changement morphologique. Quelques points de l’étude sont présentés ici.

Par exemple, les graphiques de corrélation entre longueur et largeur semblent indiquer potentiellement deux morphologies de tegulae 4 (Fig. 3A). Le premier regroupant les tuiles entre 35 et 37 cm de longueur et entre 26 et 27,5 cm pour la largeur supérieure et aux alentours de 25/25,5 cm pour la largeur inférieure (épaisseur 2 à 2,4 cm). Le second entre 38 et 41 cm de longueur et entre 28 et 29,5 pour la largeur supérieure et entre 26,5 et 29 cm pour celle inférieure (épaisseur 2,3 à 2,9 cm). La forme trapézoïdale des tegulae est relativement bien marquée. Il y a également des largeurs inférieures supérieures à 30 cm qui peuvent laisser supposer l’existence d’un potentiel troisième type (sur les fragments avec une largeur seule). Pour ce qui concerne les rebords, le graphique de distribution semble être relativement homogène. Bien que la présence de pics pose la question d’une variation de forme. Il a également été possible de classer les rebords par type (Fig. 3B). Cinq grandes familles ont été identifiées. La forme, le profil et le sommet ont été les critères retenus pour les différencier. Au sein de ces cinq types, il existe de nombreuses variantes comme par exemple des sommets pouvant avoir un ou deux sillons ou des sommets avec un léger déversement vers l’intérieur ou l’extérieur. Les types les plus représentés sont ceux rectangulaires (type A) et arrondi ou en quart de rond (type E). La confrontation des hauteurs de rebord avec les types définis n’a pas permis d’observer de réelles fourchettes de mesure pour les catégories (toutes entre 3 et 5 cm en moyenne). La seule nuance aperçue est que les rebords du type E montrent plus d’individus au-delà de 5 cm que les autres rebords. En ce qui concerne les encoches avant, leur longueur varie entre 3 et 8 cm (Fig. 3C). Le type d’encoche le plus présent est celui des encoches droite/coupée. Il apparaît également que sur une même largeur, la longueur peut varier de 0,2 à 0,9 cm voire que le type d’encoche peut être différent. Ceci s’est présenté sur deux tuiles où l’une des encoches est droite/coupé et l’autre triangulaire.

Fig. 3 : tegulae

Les données métriques : les imbrices

Au sujet des imbrices, ce sont des éléments plus fragiles que les tegulae et qui parviennent plus fragmentés. L’apport de critères de mesure est donc plus limité si ce n’est sur les éléments complets (longueur/largeur). Il n’a pas été véritablement possible de différencier des groupes distincts. Si ce n’est une tuile ayant la longueur (29,1 cm) la plus petite, il n’est pas possible de former d’autres groupes avec les autres tuiles complètes. La distribution des largeurs semble indiquer de potentiels groupes différents mais le faible nombre d’individu n’est malheureusement pas assez révélateur. Les éléments complets se localisent donc entre 30 et 34,5 cm de long, la largeur supérieure entre 10,5 et 17,6 cm et celle inférieure entre 12,4 et 18,6 cm. L’épaisseur varie entre 1,5 et 2,3 cm.

En conclusion sur l’analyse des données métriques, la mise en place de critères morphologiques s’est faite à tâtons pour essayer de déterminer quels seraient les critères les plus aptes à permettre la différenciation de modules. Malheureusement, la lecture des statistiques ne permet pas d’affirmer avec certitude la présence de morphologies distinctes même si les grandes variations obtenues doivent en être révélatrices. De plus, l’étude céramique indique une occupation datée du IIIe siècle avec un abandon à la fin de celui-ci ou au début du IVe siècle sans que plusieurs horizons aient pu être différenciés. Il n’a donc pas été possible de voir si les nuances observées pouvaient correspondre à des périodes chronologiques distinctes. Il y a sans doute eu différents apports de tuiles sur une occupation qui a duré au moins un siècle, ce qui fait trois voire quatre générations qui ont sans doute fait des réparations ou des modifications architecturales.

Estimation de la toiture

L’estimation du nombre de tuiles qui a pu composer la toiture du bâtiment du relais routier fait partie des problématiques du site. En partant des tuiles complètes mises au jour sur le bâtiment et deux hypothèses pour le toit 5, des estimations ont été réalisées. Pour les tuiles, trois tegulae avec des longueurs/largeurs différentes ainsi que deux imbrices dont les hauteurs d’arc pouvait correspondre avec la hauteur des rebords des tegulae, ont été sélectionnées 6.

Pour une toiture à double pan et à 15 % d’inclinaison, la surface à couvrir est de 216 m². Il faudrait pour cela 6048 à 6480 tuiles, selon les modules retenus, ce qui représente une masse totale de 14 à 19 tonnes (28 à 30 tuiles/m² et 69 à 90 kg/m²). Pour une toiture à double pan et à 30 % d’inclinaison, la surface à couvrir est de 240 m². Il faudrait pour cela 6720 à 7200 tuiles, selon les modules retenus, ce qui représente une masse totale de 16 à 21 tonnes (28 à 30 tuiles/m² et 69 à 90 kg/m²).

Il est bien entendu que ces calculs ne sont que des estimations car l’architecture exacte du bâtiment n’est pas connue. Mais elles donnent un indice sur le nombre total de tuiles. De plus, en comparant au nombre minimum d’individus (NMI), les chiffres sont bien loin de ces estimations. En effet, en comptabilisant les encoches des tegulae, le NMI est de 200 et en faisant le calcul par le poids, le nombre est de 243. Le bâtiment aurait donc livré entre 3 et 5 % du nombre total de tuiles qui l’aurait recouvert. Bien que ce chiffre soit à prendre avec précaution, il donne un indice sur l’état de conservation du site. Les autres études amènent également à la conclusion que le site semble fortement arasé.

Les groupes de pâtes

La seconde partie de l’étude des terres cuites architecturales de Remigny concerne l’observation des matrices argileuses. L’objectif étant de voir s’il existe différents groupes homogènes, quel est leur répartition au sein du site et si des groupes de pâtes peuvent se rattacher à des données métriques particulières. Concernant les matrices argileuses, cent échantillons ont été observés à la loupe binoculaire. Cinq groupes homogènes ont pu être identifiés (Fig. 4). Il faut noter que pour les groupes RE 2 et RE 3, deux variantes existent. Cela peut être du à la matière première utilisée ou à un façonnage différent.

Fig .4 : groupes de pâtes.

En regardant la répartition spatiale des groupes définis, une prépondérance des groupes RE 1 et RE 4 sur le secteur du bâtiment (pâte calcaire et l’autre sableuse) s’observe. Il en est de même pour le groupe RE 2 pour le secteur nord (pâte très sableuse). Le secteur agro-pastoral est plus contrasté. Malheureusement, il n’est pas possible de dire si ces dominances de matrices sont synonymes d’un phasage chronologique ou si elles peuvent correspondre à différents ateliers. Il n’y a pas de lieux de production connus à ce jour à proximité du site. La difficulté étant de connaître la composition des matières premières brutes et quelle est la part d’ajout réalisé par les artisans. Il faudrait pour cela réaliser des lames minces sur les échantillons pour les définir plus précisément et pouvoir faire des prélèvements dans les formations géologiques à proximité qui ont potentiellement pu servir au façonnage des tuiles (bancs d’argile, de sable ou de marne).

L’interrogation suivante était de voir si les groupes de pâtes définis pouvaient être spécifiques à une catégorie de terre cuite architecturale ou à des donnés métriques particulières. Il ne semble pas que les tegulae ou les imbrices aient besoin d’une matrice spécifique. Ces deux catégories se retrouvent dans chaque type de pâtes. La corrélation entre groupes de pâtes et données métriques indique la même chose. Il n’y a pas de spécificité constatée. La difficulté ici a été de trouver des critères avec un minimum d’individus pour pouvoir réaliser des graphiques de corrélation et avoir un nombre de données relativement parlant statistiquement. Le rapport n’a pu être constaté qu’avec le rebord des tegulae et l’épaisseur des tegulae et imbrices car seuls cent échantillons ont été observés. Ces comparaisons mériteraient d’intégrer les autres critères morphologiques.

En résumé, les observations macroscopiques des échantillons de Remigny ont permis de mettre en avant la présence de cinq groupes homogènes. Ceci montre peut être un approvisionnement multiple en matière première. Il n’est malheureusement pas possible de savoir quel banc d’argile, de limon ou de sable a été utilisé bien que ceux-ci soient présents à proximité du site. Il est donc nécessaire de poursuivre ce type d’investigation et d’essayer d’étudier directement des prélèvements au sein des gisements disponibles. La confrontation des données métriques et pétrographiques ne permet pas de constater une utilisation exclusive d’un groupe de pâte à des données métriques précises. Peut-être faut-il y voir un apport indifférent dans le choix des ressources ?

Conclusion

L’analyse de la terre cuite architecturale du site de Remigny a permis de mettre en place un protocole de prélèvement sur le terrain, en suivant les préconisations du « réseau TCA », tout en l’adaptant aux problèmes inhérents à l’archéologie préventive. Le travail de post-fouille a permis de réfléchir sur les critères à étudier pour définir les morphologies des tuiles et repérer les potentiels modules présents. Critères qui sont à approfondir pour mieux les cerner car les statistiques n’ont pas permis d’affirmer la présence effective de plusieurs modules et de donner les prémices d’une typo-chronologie. Les variations morphologiques aperçues peuvent correspondre à différents toits ou pans de toits présents sur le bâtiment ou à de potentielles réparations (et donc d’approvisionnements différents au cours du temps). Au vu du nombre important de tuiles mises au jour, il ne fait aucun doute que ce bâtiment devait être couverts d’une toiture en dur.

Les observations des échantillons ont permis de mettre en avant la présence de cinq groupes homogènes. Il est possible d’envisager un approvisionnement multiple en matière première et un apport indifférent dans le choix des ressources ? Il n’est pas possible de dire si un ou plusieurs ateliers ont pu fournir ces tuiles. La simple répartition des tuiles sur le site a montré des zones livrant des lots importants et une zone centrale quasiment sans fragments. Cette dernière peut correspondre à une aire ouverte, sans architecture en dur, identifiée comme l’espace « cour » du relais routier.

Sans répondre de façon définitive aux interrogations posées lors de cette étude, les résultats sont néanmoins intéressants et ouvrent plusieurs pistes de réflexion sur les aspects de la terre cuite architecturale antique dans le Nord de la Gaule : la définition des critères morphologiques, les interrogations autour des aspects architecturaux, les problématiques autour des observations sur les groupes de pâtes et la réflexion pour une typo-chronologie.

1 Querel 2008.
2 Par exemple Bontrond 2013 ; Clément 2013 ; Warry 2006
3 Pour la caractérisation des minéraux voir Adams 1994.
4 Ces graphiques ne concernent que les tuiles complètes.
5 Toit à double pan avec une inclinaison à 15 % et un toit à double pan avec une inclinaison de 30 %.
6 Le calcul d’estimation utilisé est celui donné par J.-F. Nauleau dans son étude sur la terre cuite architecturale en Pays de la Loire (Nauleau 2013).

Bibliographie

Adams A. E., MacKenzie W. S., Guilford C., Atlas des roches sédimentaires, Paris, 1994, 104p.

Bontrond R., « Etude typo-chronologique des terres cuites architecturales antique de Châteaubleau (Seine-et-Marne) et de ses environs », Revue Archéologique du Centre de la France, 52, 2013, p. 263-331.

Charlier F., « Le système d’inventaire des matériaux de construction en terre cuite du Mont Beuvray », in Société Française d’étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du congrès de Libourne, Marseille, 2000, p. 485-492.

Clément B., Les couvertures de tuiles en terre cuite en gaule du centre-Est (IIe s. av – IIIe s. ap. J.-C),2013, Montagnac, 350p. [Monographies Instrumentum 46].

Coutelas A., « Les méthodes de travail pour l’étude des terres cuites architecturales retrouvées à Cassinomanus (Chassenon, Charentes) », in Société Française d’étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du congrès de Chartres, Marseille, 2012, p. 711-717.

Ducat K., Adam S., Le quartier Sainte-Anne, 10 rue Bellon à Senlis : une occupation urbaine depuis le Ier siècle, Eveha, rapport final d’opération, 3 vol.

Jaffrot E., Sarreste F., « Un protocole d’étude des terres cuites architecturales de la villa de Roullée/La Selle (Mont-Saint-Jean, Sarthe) », in Société Française d’étude de la Céramique Antique en Gaule, Actes du congrès de Chartres, Marseille, 2012, p. 791-794.

Lefebvre A., Troublard A., Betheny « Les Ecavés », Tranche 1, secteur 1, CG Aisnes, Reims Metropole, rapport final d’opération, vol.1, 329p.

Le Ny F., La production des matériaux de construction en terre cuite en Gaule romaine, Rennes, 1992, 4 vol., 623 p. (Thèse de doctorat, Université de Rennes I).

Nauleau J.-F., «Les matériaux de construction en terre cuite d’époque romaine dans l’ouest des Pays de la Loire – Premier bilan », Revue Archéologique de l’Ouest, 30, 2013, p. 223-259.

Querel P. et alii, « Chemins, gués et établissements routiers dans l’ouest de la Gaule Belgique », Revue Archéologique de Picardie, 3/4, 2008, p. 85-122.

Warry P., Tegulae : manufacture, typology and use in Roman Britain, Oxford, 2006, 167p. (Bar British Series, 417).