Lacheze Cyril – La production de terre cuite architecturale : une affaire systémique

Cette communication s’inscrit dans la suite de celle proposée à la journée d’étude du réseau TCA tenue à Auxerre en 2016, que le lecteur pourra également trouver sur ce site. Nous nous proposons ici d’élargir notre approche à des éléments plus éloignés du domaine traditionnel de l’archéologie, à savoir l’écriture des traités techniques des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que les phénomènes d’innovation du XIXe siècle ayant mené à la mécanisation et à l’industrialisation partielle de la production de TCA dans le dernier quart du XIXe siècle.

Les traités techniques : réseaux de penseurs, réseaux de pensées

Certains auteurs de réductions en art du XVIe siècle [Biringuccio 1540 ; Agricola 1556 ; Piccolpasso 1557 ; Palissy 1580] ont mentionné la brique, mais il fallut attendre le traité d’architecture de Félibien [Félibien 1676] pour voir apparaître un réel début de discours technique sur la TCA. Ses données furent reprises dans les dictionnaires du tournant des XVIIe et XVIIIe siècles [Furetière 1690 ; Savary 1723]. On peut y ajouter des indications liées à l’ingénierie militaire avec Bélidor [Bélidor 1729]. La première publication de longueur appréciable en France fut finalement l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, avec les articles « Argile », « Brique » et « Carreau » publiés en 1751 (volumes 1 et 2) et ceux sur la « Tuile », la « Tuilerie » et le « Tuyau » en 1765 (volume 16) [Diderot & d’Alembert 1751-1765]. Tous correspondent à des rééditions plus ou moins à l’identique de textes plus anciens. Ceux sur la brique, la tuile et la tuilerie sont directement traduits de la Cyclopædia de Chambers [Chambers 1728]. Celui sur les tuyaux était recopié sur le Dictionnaire de Savary de 1723. L’article « carreau » était la reproduction du « Mémoire sur les combinaisons » de Truchet paru dans les Mémoires de l’Académie des Sciences en 1704 [Truchet 1704] 1. Enfin, Daubenton a reproduit pour l’article « argile » ce qu’il avait déjà rédigé pour l’Histoire naturelle copubliée deux ans plus tôt avec Buffon [Buffon & Daubenton 1749]. Les planches sont elles originales mais montrent une tuilerie hors-norme [Diderot & d’Alembert 1762-1772] : la halle est maçonnée avec des produits mis à sécher en « tours » à l’intérieur, un bâtiment séparé en matériaux pérennes est destiné au marchage et au moulage, et le four est inhabituellement imposant. Elle a probablement bien existé 2, mais il s’agissait dans ce cas d’un unicum particulièrement bien aménagé.

En 1763, la Description des Arts et Métiers concernant la terre cuite architecturale regroupait les mémoires de deux ingénieurs militaires [Duhamel du Monceau, Fourcroy de Ramecourt & Gallon 1763] : Gallon, au Havre, pour la cuisson au bois en four maçonné, et Fourcroy de Ramecourt, en Flandres et Artois, pour la cuisson au charbon en four en meule. L’éditeur, Duhamel du Monceau, y avait ajouté quelques observations effectuées par ses soins en région parisienne, ainsi que des données d’une série d’articles de de Vigny parus dans le Journal Œconomique entre 1752 et 1759 [De Vigny 1752], pour traiter également les installations plus habituelles. S’y ajouta lors de la réédition de Neuchâtel en 1776 un mémoire sur des fours à tourbe spécifiquement hollandais envoyé par Gabriel Jars en 1767 [Duhamel du Monceau, Fourcroy de Ramecourt & Gallon 1776]. Cette édition augmentée fut recopiée, à quelques modifications orthographiques près, dans le nouvel article « Brique » du Supplément à l’Encyclopédie en 1776-1777 [Robinet 1776-1777], puis dans l’Encyclopédie Panckoucke en 1782 [Panckoucke 1782-1832]. Cette dernière a ensuite servi de support pour tous les principaux traités techniques de la première moitié du XIXe siècle : manuels Roret [Boyer 1827 ; Boyer 1846], traités d’ingénieurs [Clere 1828 ; Pelouze 1828], et jusqu’au Traité des arts céramiques de Brongniart en 1844 [Brongniart 1844], recopièrent ainsi des passages entiers des mémoires de Gallon et Fourcroy de Ramecourt. Ces écrits tardifs étaient augmentés d’observations supplémentaires de diverses natures (de terrain pour les ingénieurs, essais chimiques en laboratoire pour Brongniart, entre autres), et surtout des nouveautés en matière de machines : celles-ci étaient elles-mêmes recopiées d’après des articles publiés dans les périodiques techniques.

L’innovation au XIXe siècle : réseaux techniques, financiers et personnels

Or, cette littérature était elle-même fondamentalement liée aux dynamiques de l’innovation du XIXe siècle. Les dépôts de brevets donnent à voir une croissance extrêmement poussée du nombre d’inventions liées à la terre cuite architecturale (modèles de produits, procédés de fabrication ou machines) : très ponctuels jusque vers 1820 (souvent aucun, au mieux deux par an), ils se sont fait plus réguliers dans la décennie 1820, avant de s’accroître pour atteindre un maximum d’une trentaine pendant l’année 1847. Probablement en lien avec la crise de 1847-1848, ce nombre a brusquement chuté à moins d’une dizaine l’année suivante, puis réaugmenté jusqu’à un pic de 75 pendant la seule année 1855 (soit à peine un tous les cinq jours). Il s’est ensuite stabilisé entre 50 et 70 jusqu’en 1868. Toutefois, la plupart de ces « inventions » n’étaient pas de réelles nouveautés, ni n’ont connu un succès suffisant pour les transformer en « innovations » par une adoption généralisée. Deux problématiques principales ont sous-tendu les recherches pendant cette période : l’allègement des produits pour diminuer les coûts de transport, et l’économie du combustible dans les fours. Ceci a conduit à l’adoption de la « tuile mécanique » 3, de la « brique creuse », et du four continu.

Concernant la tuile, le modèle le plus reconnu est celui de la tuile Gilardoni, breveté en 1841 [INPI 1BA9055]. Or, son principe technique de fonctionnement est similaire à celui de la « panne flamande » déjà employée à l’époque moderne, décrite par De Vigny en 1758 [Anonyme 1758] 4, et brevetée quasiment telle quelle par Lorgnier en 1813 [INPI 1BA748]. Bien plus, on trouve des modèles de tuiles à imbrication avec les tuiles Courtois en 1825 [INPI 1BA2215], ou encore Klein en 1840 [INPI 1BA8586], la ressemblance avec les tuiles Gilardoni étant frappante pour cette dernière. De tels modèles ont ensuite continué à être brevetés très fréquemment, au point qu’environ la moitié des 75 brevets de 1855 concernaient des tuiles mécaniques. Pour les briques creuses, leurs inventeurs reconnus sont les frères Borie, en 1848 [INPI 1BB7632] ; l’idée en elle-même n’était pourtant pas neuve, puisqu’on la retrouve dans les briques creuses Fonrouge en 1838 [INPI 1BA6758], et surtout dans celles pour tuyaux de cheminée de Gourlier en 1825 [INPI 1BA2165], effectivement employées à Paris. L’élément réellement novateur était ici la mise au point de la « filière », principe de production toujours employé actuellement, permettant d’obtenir par pression un ruban d’argile creux, découpé ensuite aux dimensions d’une brique (alors que la plupart des machines à mouler imitaient mécaniquement les gestes d’un ouvrier, avec des moules). Toutefois, il ne s’agissait là encore que d’un élément d’une chaîne d’innovation : ce principe avait notoirement été proposé par Terrasson-Fougères en 1831 [INPI 1BA3822], mais sans le vide intérieur dans le ruban d’argile. Enfin, le four continu auquel est associé le nom d’Hoffmann (brevet allemand en 1858) [Hoffmann & Licht 1865], fonctionnait sur le principe de récupération de la chaleur d’un four pour préchauffer le chargement du four adjacent, permettant ainsi de n’employer que la puissance maximale du feu dans chaque four uniquement au moment de la cuisson elle-même, et économisant donc tout le combustible et le temps liés aux phases de changement de température. Là encore, il s’agissait d’une filière technique déjà amorcée à la fin des années 1830, avec Lamy par exemple [INPI 1BA7017] : Hoffmann n’a fait qu’arranger les fours juxtaposés de manière circulaire, et à y employer une cuisson au charbon déjà connue dans les fours en meule.

Qu’il s’agisse de ces cas extrêmement célèbres ou d’autres, dynamiques au XIXe siècle mais dont le nom nous est actuellement moins connu (Carville, briquetier prospère d’Issy-les-Moulineaux par exemple, pour lequel nous donnons ici une liste développée de références [INPI 1BA5685 ; INPI 1BA7439 ; Carville 1840 ; Poncelet, Gambey & Séguier 1840 ; Carville 1841a ; Carville 1841b ; Carville 1841c ; de Lambel 1841 ; Armengaud 1842 ; Le Blanc 1850]), les inventeurs ont donc du se démarquer de la concurrence avec des produits qui s’inséraient dans des lignées d’inventions, et qui offraient souvent des résultats proches. En conséquence, les inventions devenues des « innovations » ne sont en réalité pas forcément des réussites techniques particulièrement écrasantes, mais plutôt des inventions que leur auteur a su faire connaître via un réseau social adapté. Ceux-ci ont selon les cas participé à des Expositions de l’industrie voire Universelles, ou à des Concours (comme ceux de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale ou de l’Académie des Sciences), se sont attachés les services d’ingénieurs conseils (Armengaud et Perpigna reviennent le plus souvent), ont publié des articles (dans les revues des organismes dont ils avaient gagné les concours, ou dans celles de ces ingénieurs-conseils, formant les deux principaux volets de la presse technique de l’époque, et d’où proviennent les informations des traités techniques cités ci-dessus), mirent en place des programmes publicitaires, vendirent des licences de leurs brevets à bon escient, et allèrent jusqu’au procès pour tenter de gagner de l’influence sur les marchés. Ainsi, l’innovation apparaît au moins autant comme la résultante de la constitution et de la mobilisation d’un réseau social efficace (impliquant un certain capital financier, social et politique préexistant de l’inventeur) que comme une question purement technique.

1 Un essai de géométrie combinatoire sans rapport avec les carreaux en tant qu’objets concrets.

2 Certaines dimensions données sont trop précises pour avoir été inventées, et la configuration de la halle se retrouve dans des photographies des années 1930 prises dans des tuileries solognotes.

3 Ne nécessitant pas de recouvrement pour assurer l’étanchéité, et divisant donc par 2 ou 3 le nombre de tuiles à employer.

4 Cette publication, comme plusieurs autres, est attribuable à de Vigny car faisant partie d’une série continue d’articles dont certains donnent clairement le nom de l’auteur.

Sources manuscrites

INPI 1BA748 – Lorgnier Alexandre, tuiles et faîtières de formes et dimensions particulières, dites tuiles à coulisses, 1813.

INPI 1BA2165Gourlier Charles-Pierre, briques propres à la construction des tuyaux de cheminée, des ventouses et autres pratiquées dans l’épaisseur des murs, 1825.

INPI 1BA2215Courtois Jacques-Antoine, fabrication de briques et mîtres en terre cuite, qui s’enclavent les unes dans les autres, et propres à la construction des cheminées, 1825.

INPI 1BA3822Terrasson de Fougères François-Vital-Martin, machine à faire les tuiles, briques, etc., 1831.

INPI 1BA5685 – Carville Charles-Louis-Joseph, machine à fabriquer les briques, carreaux, tuiles, pannes, briques de chaux hydraulique formées de craie et de glaise, briques de marne et tous produits de terre cuite, briques de poussier, de coke, briquettes, mottes, briques de tourbe, 1841.

INPI 1BA6758Fonrouge Antoine-Catherine-Adolphe, nouveau système de construction de murs en terre cuite, 1838.

INPI 1BA7017Lamy Jean-Marie-Abel, nouveau four à briques ou nouvel appareil économique composé de plusieurs fours réunis, dépendant les uns des autres, et propres à cuire simultanément avec un seul feu toute espèce de briques, de tuiles, de carreaux, la poterie commune et la faïence, etc., 1838.

INPI 1BA7439 – Carville Charles-Louis-Joseph, machine propre à fabriquer des briques, 1838.

INPI 1BB7632Borie Henri-Jules, Borie Paul, Briques et poteries tubulaires, 1848.

INPI 1BA8586Klein Victor, procédé de fabrication de tuiles en terre, zinc, asphalte, etc., 1840.

INPI 1BA9055 – Gilardoni Joseph, Gilardoni Xavier, procédé de fabrication de tuiles plates imperméables avec système d’emboîtement et canaux d’écoulement intérieur, 1841.

Sources imprimées

Agricola, Georgius, De re Metallica Libri XII. Quibus officia, instrumenta, machinæ, ac omnia denique ad Mettalicam spectantia, non modo luculentissime describuntur : sed & per effigies, suis locis infertas, adjunctis Latinis, Germanicisque appellationibus, ita ob oculos ponuntur, ut clarius tradi non possint, Bâle, Froben, 1556, 590 p.

Anonyme, « Mémoire sur la tuile », Journal Œconomique ou Memoires, notes et avis sur l’Agriculture, les Arts, le Commerce, & tout ce qui peut y avoir rapport, ainsi qu’à la conservation & à l’augmentation des Biens des Familles, &c., septembre 1758, Paris, Antoine Boudet, pp.400-406.

Armengaud, Eugène, « Machines à faire les briques, tuiles et carreaux, par M. Carville aîné, à Issy, près de Paris, et par M. Capouillet, de Mons, en Belgique », in Armengaud, Eugène, Publication industrielle des machines outils et appareils les plus perfectionnés et les plus récents employés dans les différentes branches de l’industrie française et étrangère, t.2, Paris, chez l’Auteur, 1842 (3e éd.), pp.356-371.

Bélidor, Bernard, La science des ingénieurs dans la conduite des travaux de fortification et d’architecture civile, La Haye, Piere Gosse Junior, 1754 (1re éd. 1729), 6 livres.

Biringuccio, Vannoccio, De la pirotechnia : Libri X. doue ampiamente si tratta non solo di ogni sorte & diuersita di miniere, ma anchora quanto si ricerca intorno à la prattica di quelle cose di quel che si appartiene à l’arte de la fusione ouer gitto de metalli come d’ogni altra cosa simile à questa, Venise, C. Navò, 1540, 168 fol.

Boyer, M., Manuel du porcelainier, du faïencier et du potier de terre ; suivi de l’art de fabriquer les terres anglaises et de pipe, ainsi que les poêles, les pipes, les carreaux, les briques et les tuiles, Paris, Roret, 1827, 2 vol.

Boyer, M., Nouveau manuel complet du porcelainier, du faïencier, du potier de terre, du briquetier, du tuilier, contenant des notions pratiques sur la fabrication des porcelaines, faïences, pipes, poêles, briques, tuiles et carreaux, Paris, Roret, 1846, 2 vol.

Brongniart, Alexandre, Traité des arts céramiques ou des poteries considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, Paris, Béchet Jeune, 1844, 3 vol.

Buffon, Georges-Louis, Daubenton, Louis-Jean-Marie, Histoire naturelle générale et particulière, avec la description du Cabinet du Roy. Tome 1, Paris, Imprimerie royale, 1749, 612 p.

Carville, Charles-Louis-Joseph, « Note sur une machine pour la fabrication des briques à bâtir », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences, 10, janvier-juin 1840, p.465.

Carville, Charles-Louis-Joseph, Brevet de 10 ans. Machine à fabriquer les briques, les tuiles, les carreaux et tous les produits de terre cuite, Paris, Édouard Proux, 1841, 23 p.

Carville, Charles-Louis-Joseph, « Correspondance », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences, 12, janvier-juin 1841, p.1002.

Carville, Charles-Louis-Joseph, « Machine à faire les briques », Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, t.40439, janvier 1841, pp.29-30.

Chambers, Ephraïm, Cyclopædia, or An Universal Dictionary of Arts and Sciences, London, James and John Knapton…, 1728, 2 vol.

Clere, Jean-François, Essai pratique sur l’art du briquetier au charbon de terre d’après les procédés en usage dans le département du Nord et de la Belgique, Paris, Carilian-Goeury, 1828, 188 p.

De Lambel, « Rapport sur la briqueterie mécanique de M. Carville, établie à la ferme des Moulineaux, commune d’Issy, près Paris », Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, t.40443, mai 1841, pp.153-159.

De Vigny, Pierre, « Four à brique », Journal Œconomique ou Memoires, notes et avis sur l’Agriculture, les Arts, le Commerce, & tout ce qui peut y avoir rapport, ainsi qu’à la conservation & à l’augmentation des Biens des Familles, &c., septembre 1752, Paris, Antoine Boudet, pp.89-109.

Diderot, Denis, D‘Alembert, Jean (dir.), Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Le Breton, 1751-1765, 17 vol.

Diderot, Denis, D‘Alembert, Jean (dir.), Recueil de planches, sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques, avec leur explication, Paris, Le Breton, 1762-1772, 11 vol.

Duhamel Du Monceau, Henri-Louis, Fourcroy de Ramecourt, Charles-René, Gallon, Jean-Gaffin, Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvées par Messieurs de l’Académie royale des sciences. L’art du tuilier et du briquetier, Paris, Saillant & Nyon, 1763, 67 p.

Duhamel Du Monceau, Henri-Louis, Fourcroy de Ramecourt, Charles-René, Gallon, Jean-Gaffin & alii, Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvées par Messieurs de l’Académie royale des sciences de Paris. Tome IV. L’art du tuilier & du briquetier, l’art de tirer des carrières la pierre d’ardoise, de la fendre de la tailler, l’art du couvreur, l’art du chaufournier, l’art de faire le papier, l’art du cartonnier, et l’art du cartier, Neuchâtel, Imprimerie de la Société Typographique, 1776 (1re éd. 1763), 658 p.

Félibien, André, Des principes de l’architecture, de la scrulpture, de la peinture, et des autres arts qui en dépendent. Avec un dictionnaire des Termes propres à chacun de ces Arts, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1676, 795 p.

Furetière, Antoine, Dictionnaire universel, contenant generalement tous les mots françois tant vieux que modernes, & les Termes de toutes les sciences et des arts, La Haye, Arnoud et Reinier Leers, 1690, 3 vol.

Hoffmann, F., Licht, A., « Four à feu continu pour la cuisson des briques », Le Génie industriel. Revue des inventions françaises et étrangères, annales des progrès de l’industrie agricole et manufacturière, 30, 1865, pp.296-300.

Le Blanc, Félix, « Rapport sur un four à réverbère à sole tournante, construit par M. Carville, à Chantilly, près Alais (Gard) », Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, t.49551, mai 1850, pp.201-203.

Palissy, Bernard, Discours admirables de la nature des eaux et fontaines, tant naturelles qu’artificielles, des métaux, des sels et salines, des pierres, des terres, du feu et des émaux, Paris, Martin le Jeune, 1580, 361 p.

Panckoucke, Charles-Joseph (dir.), Encyclopédie méthodique, Paris, Panckoucke, 1782-1832, 157 vol.

Pelouze, Edmond, Art du briquetier, chaufournier et charbonnier, comprenant la fabrication du vinaigre de bois, Paris, Malher et compagnie, 1828, 421 p.

Piccolpasso, Cipriano, I tre libri dellarte del vasaio. Nei quali si tratta non solo la pratica, ma brevemente tutti gli secreti di essa cosa che per sino al di d’oggi e stata sempre tenuta ascosta, Rome, Stabilimento Tipografico, 1857 (original manuscrit v.1557), 52 p.

Poncelet, Jean-Victor, Gambey, Henri-Prudence, Séguier, Armand Pierre, « Rapport sur une machine à faire les briques, inventée par M. Carville », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 11, juillet-décembre 1840, pp.921-923.

Robinet, Jean-Baptiste (dir.), Supplément à l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Amsterdam, Rey, 1776-1777, 4 vol.

Savary Des Brûlons, Jacques, Dictionnaire universel de commerce, contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde…, Paris, Jacques Estienne, 1723, 2 vol.

Truchet, Sébastien, « Mémoire sur les combinaisons », Histoire de l’Académie royale des Sciences, 1704, pp.363-373.