Jesset Sébastien – Les modillons de terre cuite de la basilique de Saint-Martin de Tours versus ceux de l’église abbatiale Sainte-Marie de Saint-Benoît-sur-Loire : Le reflet de deux groupes ligériens.

Une visite récente dans les collections archéologiques des musées et réserves de Tours (Indre-et-Loire) et de Saint-Benoît-sur-Loire (Loiret) a permis de reconsidérer les modillons de terre cuite découverts lors des fouilles anciennes sur deux édifices majeurs de la chrétienté édifiés durant le haut Moyen Âge dans ces deux villes. Il s’agit respectivement de 9 exemplaires pour l’église abbatiale Sainte-Marie de Saint-Benoît-sur-Loire 1 et de 21 pour la basilique de Saint-Martin de Tours 2, auxquels s’ajoutent 3 autres modillons issus des réserves de la Société archéologique de Touraine 3, pour lesquels la provenance d’origine est plus hypothétique.

L’ensemble de ces petits éléments architecturaux, souvent mentionnés dans la littérature, parfois accompagnés de croquis et de photographies, n’avaient encore jamais fait l’objet de relevés précis ni de descriptions détaillées. En remédiant à cette absence, nous avons pu observer à loisir chaque élément et noter, d’une part la forte parenté entre tous les modillons de même provenance, soulignant l’existence de deux techniques de façonnage distinctes à Tours et Saint-Benoit-sur-Loire, mais également des particularités au sein de chacun de ces deux groupes permettant d’identifier plusieurs moules et donc sans doute plusieurs provenances et/ou chronologies.

1- Les modillons de la basilique de Saint-Martin de Tours (Indre-et-Loire)

1.1- Les travaux de Charles Lelong (1961 et 1964), May Vieillard-Troiekouroff (1963) et Barbara Watkinson (1981)

Charles Lelong est le premier à sortir de l’oubli les modillons de Saint-Martin de Tours, d’abord au cours d’une communication qu’il tient lors de la séance du 30 novembre 1961 à la Société archéologique de Touraine et qui fera l’objet d’une note dans le bulletin de la cette société (LELONG 1961), puis d’un article qui suivra quelques années plus tard dans la Revue archéologique du Centre (LELONG 1964). Ainsi, il se penche sur les 21 modillons du musée martinien provenant des fouilles réalisées par Casimir Chevalier en 1888 sur l’emplacement de la basilique Saint-Martin, dans l’objectif de retrouver le tombeau du saint fondateur. Il précise « malheureusement, celui-ci ne les mentionne même pas dans son compte rendu et il s’est borné à les grouper avec d’autres vestiges catalogués « mérovingiens ». » (LELONG 1964 : 244). Les 21 modillons ne peuvent dès lors pas être associés à un état de l’édifice ni être datés précisément. Il présente également les 3 modillons qui étaient alors conservés au musée de la Société archéologique de Touraine: « l’un fut découvert par le baron Auvray dans ses fouilles de la chapelle du musée des Beaux-Arts – sur l’emplacement présumé de l’église mérovingienne des SS. Gervais et Protais – ; un autre porte la mention « Poterne sud » ( ?) ; le troisième, le N° S.A. 3002 ( ?) » (LELONG 1961 : 58) (Fig. 1, 2 et 3).

Dans l’article de 1964 il revient sur leur origine problématique pour évoquer ses doutes sur la provenance initialement rapportée en 1961 du modillon découvert par le baron Auvray mais sans donner d’autres lieux 4 ; la mise à jour fortuite du modillon S.A. 3002 dans la tranchée d’un égout de la rue Boucassin, non loin du chevet de la basilique Saint-Martin ; et enfin le modillon noté « Poterne sud » probablement issu des fouilles de l’église Saint-Martin de la Basoche alias Notre-Dame de la Consolation construite dans le dernier quart du IXe siècle (LELONG 1964 : 244-247). Cette dernière attribution, assez périlleuse au demeurant, fondée uniquement sur le rapprochement entre le marquage figurant sur le modillon de la main du baron Auvray, également auteur de la fouille de Saint-Martin de la Bazoche située non loin de la poterne sud du rempart antique, lui permet de conclure de façon hardie « qu’il fixe ainsi la chronologie des 21 autres modillons similaires de Saint-Martin » (LELONG 1964 : 247). Charles Lelong donne la description suivante : « Tous ces modillons présentent une tablette mince (3,5 cm), étroite (7 cm), longue (20 cm) qui se termine par deux dés cubiques (2/2 cm) séparés par un rentrant de 3 cm ; la face antérieure est munie d’une billette de forme grossièrement demi-cylindrique d’un diamètre de 5,5 cm, fortement moulurée ; 3 tores et 2 gorges de près de 1 cm. Les joues, plates, en légère saillie (0,3 cm) s’ornent à la base d’un motif décoratif plus ou moins régulier : 3 « gouttes » virant aux dents de scie, parfois inversées. » (LELONG 1961 : 58) (Fig. 1, 2 et 3). Concernant la technique il précise « l’exécution révèle de nombreuses faiblesses. Le plan des nervures est parfois oblique par rapport à celui de la tablette ; leurs dimensions et leurs section, inégales ; la nervure médiane, ou trop saillante ou trop effacée. Le profil de la billette, parfois assez bien arrondi, évolue dans bien des cas vers le triangle. Les gouttes reposent tantôt sur leur base, tantôt sur leur pointe, et sur un même modillon. Enfin, la brique est généralement grossière, mêlée d’impuretés. De nombreuses bavures à la base, résultant d’un écrasement de la pâte attestent d’un travail de moulage rudimentaire » (LELONG 1964 : 248 et 252). Il s’attaque également aux origines du modillon du haut Moyen Âge pour lui trouver une filiation avec les canons de l’architecture gréco-romaine : « les moulures en tores [de la billette du modillon] évoquent les cannelures des chapiteaux ioniques classiques ou composites », et plus loin : « il n’est pas impossible qu’elles dérivent des nervures de la feuille d’acanthe stylisées ». Concernant les deux dés visibles sur la face antérieure du modillon, il avance plusieurs possibilités mais paraît se fixer sur « des denticules de la corniche soudées ici au modillon, ou d’un rappel de la frise de mutules » (LELONG 1961 : 58-59). Enfin, dans l’article de 1964 Charles Lelong revient sur la parenté entre les modillons de Tours et ceux de Saint-Similien de Nantes, Saint-Martin d’Angers et Saint-Marcel de Paris, lui permettant d’évoquer des productions provenant d’un même atelier de la période carolingienne 5 : « Il semble donc que l’on soit en droit de supposer l’existence dans le Val de Loire, d’un atelier de briquetiers, assez actif pour diffuser sa production sur de nombreux chantiers contemporains du centre de la France, au IXe siècle. Dans l’état actuel de nos connaissances, il est difficile de prétendre le localiser. Si l’on se réfère à la densité des vestiges, il faut penser à la Basse-Loire, mais la méthode est hasardeuse… » (LELONG 1964 : 257).

En 1963, entre les deux articles de Charles Lelong, May Vieillard-Troiekouroff publie quelques pages sur les sculptures et objets préromans retrouvés dans les fouilles de 1860 et de 1866 à Saint-Martin de Tours, dans lesquelles elle s’intéresse aux terres cuites et notamment aux 21 modillons « de date très incertaine » (VIEILLARD-TROIEKOUROFF 1963). Elle en fourni les principales mesures – à peu de chose près identiques à celles données par Charles Lelong -, mentionne également les 3 modillons du musée et rapporte les parentés de l’ensemble avec Nantes, Angers et Paris. Afin d’illustrer son article, elle présente pour la première fois une photo de l’ensemble des 24 modillons (Fig. 4).

C’est une vingtaine d’années plus tard, avec les découvertes de terres cuites architecturales du haut Moyen Âge faites lors des fouilles du château de Tours, et notamment le modillon 9 retrouvé dans une fosse à déchet de la fin du IXe ou du début du Xe siècle (Fig. 5), que Barbara Watkinson se penche sur les modillons anciennement mis au jour à Tours 6. Elle rapporte ainsi que le fragment de modillon « correspond exactement à une série de 24 autres découverts dans l’ancienne basilique de Saint-Martin de Tours. La billette arrondie du numéro 9 est la partie décorée d’un modillon dont la base se termine par deux projections. De part et d’autre trois dents de scie reposent sur une base, alors que la billette porte des côtes longitudinales ». L’examen attentif qu’elle semble avoir porté sur les modillons de Tours lui permet de les classer en trois sous-type : « A) à billette et deux côtes pleines, B) à billette et trois côtes, C) travaillés à la main avec trois côtes. Celui du château se classe parfaitement dans le groupe A. En général, les contours sont nets, mais le dessin est d’assez mauvaise facture et notre exemplaire ne manque pas à la règle. La pointe des dents de scie est tournée vers le haut ou vers le bas et les côtes sont fréquemment mal alignées sur la billette, ce que l’on peut regretter car la pâte employée aurait permis d’obtenir un modillon bien lisse si l’on avait utilisé un moule de bonne qualité » (WATKINSON 1981 : 124). Un peu plus loin, elle poursuit dans un chapitre consacré aux modillons à billette : « Le modillon 9 se rattache à d’autres objets découverts à Tours et surtout à la basilique Saint-Martin. Comme on l’a vu, il représente la partie décoré d’un modillon qui mesurait à l’origine 20 cm de longueur. Les 25 pièces connues à Tours n’offrent pas un décor uniforme ; nous avons vu que l’on pouvait distinguer 3 sous-groupes et c’est au groupe A qu’appartient l’exemplaire du site du château. Mais il est encore possible d’affiner l’analyse si l’on examine l’organisation des dents de scie qui, comme le montre le modillon 9 se différencient à la fois par leur forme et leur position. Notre exemplaire porte sur le côté droit trois dents de scie formées par des triangles inversés à la base d’un arc aplati, alors que sur le côté gauche on ne note pas la même régularité puisque ce sont deux dents de scie et à droite un large triangle la pointe tournée vers le haut. La même configuration de décor se retrouve sur sept autres modillons à billettes munis de deux côtés découverts à Saint-Martin. En fait ces huit exemplaires sont si semblables, tant par leur forme que par la pâte que, si l’on ne craignait de conclure un peu hâtivement, on serait tenté de dire qu’ils proviennent du même moule. » (WATKINSON 1981 : 125-126). Elle revient enfin sur la datation pour conclure : « Ce type de modillon est attribué à la fin du IXe siècle par Charles Lelong (1964, 244-247) au terme d’un raisonnement qui n’emporte pas l’adhésion. La découverte du modillon à billettes 9, redéposé dans une fosse de la deuxième moitié du IXe siècle conduit à reconsidérer cette datation et à proposer un terminus ante quem aux environs de 850. » (WATKINSON 1981 : 126).

1.2- La reprise des données en 2016

Comme indiqué précédemment nous avons retrouvé l’ensemble des pièces mentionnés par les auteurs. La seule distinction concerne la présence d’un modillon anciennement déposé au musée martinien aujourd’hui au sein du musée des Beaux-Arts (inv. SM 1990-2-23). Toutes les pièces ont été observées de près, à l’œil nu et à la lumière rasante, afin de détecter les traces de façonnage (reprises au couteau, digitations, marques de mise en forme ou de manipulation), traces d’usure ou de mise en œuvre dans la construction (principalement mortier et érosion). Elles ont fait l’objet de photographies systématiques, prises de mesures puis dessins des différentes faces et coupes. Cet examen attentif nous a permis de retrouver 4 moules différents que nous avons numéroté de 1-1 à 1-4. Chacun possède des caractéristiques qui permettent de le distinguer de son voisin (Fig. 6).

  • Moule 1-1 (Fig. 7, 8, 9, 10 et 11)

Il peut s’agir du type B ou C distingués par Barbara Watkinson et décrit respectivement comme « à billette et trois côtes » et « travaillés à la main avec trois côtes ». 11 fragments antérieurs se rapportent à ce moule tandis que 2 parties postérieures y sont raccordées hypothétiquement, en raison des traces de reprises au couteau observées au niveau des arêtes (SM1990-2-23, IP72, 141, 142, 143, 144, 145, 146, 147, 155, 158, HG898-15-1 et HG993-15-4). L’ensemble de ces modillons sont en assez mauvais état, aucun ne disposant de ses deux dés et la plupart ayant perdu les deux. La billette reçoit trois cotes longitudinales, séparées par des cannelures. La cote centrale est un peu plus importante que les deux autres situées de chaque côté conférant à la section transversale une forme globalement triangulaire. Les faces latérales possèdent des joues en léger relief avec une échancrure angulaire en partie arrière. Au sommet des joues s’accrochent depuis la tablette supérieure des dents de scies ou gouttes. La face de droite en possède 3, dont 2 bien marquées, la dernière, la plus avancée vers la face, étant située en limite du rebord de la joue. La face de gauche en possède 4, dont 3 bien marquées et la dernière, à l’instar de la face de droite, en limite du rebord. Les arêtes de la tablette sont presque systématiquement retaillées au couteau afin de les adoucir. A quatre reprises, c’est la partie proéminente de la cote centrale située entre les deux dés qui a fait d’objet d’une retouche transformant ainsi l’avant du modillon en pan coupé oblique (IP141, 147, HG898-151 et HG993-15-4). L’objectif poursuivi par cette transformation n’est pas clairement établi. Globalement, ces modillons ne sont pas d’une excellente réalisation et les nombreuses reprises au couteau témoignent d’un moule probablement usé ou d’un façonnage rapidement exécuté sans soin. Enfin, dans la majorité des cas, les cotes sont digitées à l’arrière de la billette, à leur jonction avec la tablette. Là non plus, l’objectif n’est pas évident, sauf à y voir une volonté d’accentuer l’angle postérieur de la billette et assurer un meilleur ancrage de la tablette dans la maçonnerie. Concernant les dimensions de ce type de modillon, à défaut d’élément complet, nous en sommes réduits à la restitution d’une longueur à partir de la tablette la mieux conservée d’une longueur de 17 cm (IP155) à laquelle on peut ajouter une billette de 8 cm en moyenne et un dés de 1,5 cm, soit une longueur totale minimale de 26,5 cm.

  • Moule 1-2 (Fig. 12)

Les 2 exemplaires de modillons correspondant à ce moule peuvent concorder également au type B ou C de Barbara Watkinson (IP139 et 140). En effet, à l’instar du moule précédent, la billette possède 3 cotes. Toutefois, celles-ci sont de même grandeur, donnant cette fois une section transversale de la billette de forme rectangulaire. Les parties latérales de la billette sont dépourvues de joues et sont laissées à l’état brut de démoulage. Le travail de retouche au couteau est important et porte sur plusieurs endroits. On le retrouve à l’avant du modillon, entre les deux dés.qui pourraient avoir été dégagés par l’ablation de la partie centrale (?). Une entaille au couteau arrête de façon nette la face arrière de la billette et les 3 cotes. Ce geste poursuit sans aucun doute les mêmes objectifs que les digitations identifiées pour le moule 1-1. Enfin, la partie supérieure du modillon formant un bandeau saillant a été retaillée au couteau.

  • Moule 1-3 (Fig. 13)

Un seul exemplaire illustre ce moule composé d’une billette de 3 cotes ou plutôt 3 nervures qui permettent de l’identifier au type B de Barbara Watkinson (IP138). Il s’agit d’un fragment d’un gabarit un peu plus important que les moules précédant et révélant des surfaces très usées. La billette est de forme triangulaire et dépourvue de joues. Il n’est pas possible vu l’état de dégradation de confirmer l’existence de dés. L’ensemble de ces éléments pourraient conduire à considérer cet élément comme antérieur (antique ?) et/ou largement redéposé dans le contexte de découverte.

  • Moule 1-4 (Fig. 14, 15, 16 et 17)

Les 8 fragments de modillons issus du moule 4 sont assurément ceux correspondant au type A de Barbara Watkinson et qu’elle nomme « à billette et deux côtes pleines » (IP148, 149, 150, 151, 156, 157, 159, HG993-15-1). Ce moule tranche avec les précédents, notamment en raison d’une finesse du tracé des côtes et de l’existence de plusieurs exemplaires dotés de leur dés. De même, les retouches au couteau sont quasi inexistantes et ne portent que dans quelques cas sur les arêtes de la tablette. La billette reçoit deux cotes longitudinales complètes légèrement convergentes vers leur sommet et une petite centrale, très courte, restreinte à la face avant du modillon. D’étroits filets de 1 mm environ, en léger relief, sont parfois visibles de part et d’autre de la cote centrale témoignant de la finesse de la gravure du moule. Comme pour le moule 1-1, cette disposition permet d’obtenir une section transversale de la billette globalement triangulaire. Les ressemblances avec le moule 1-1 ne s’arrêtent pas là, elle touchent également la présence de joues latérales de forme trapézoïdale et recevant chacune 3 gouttes ou dents de scies. Elles sont cette fois réparties régulièrement.

1.3- Influences et similitudes des modillons de Saint Martin de Tours

Comme évoqué par Charles Lelong, l’enroulement de la billette comme les cotes qui ornent sa surface ont sans doute à voir avec l’enroulement des chapiteaux ioniques ou corinthiens, et plus certainement encore avec les feuilles d’acanthe des modillons antiques. C’est particulièrement visible sur le moule 1-4 avec la petite cote centrale identique à la nervure centrale de la feuille d’acanthe qui orne la face inférieure de certains modillons 7. Concernant les deux dés qui se dégagent des moules 1-1, 1-2 et 1-4, ils évoquent sans aucun doute la moulure de couronnement des modillons de l’architecture classique gréco-romaine, généralement profilée en quart-de-rond et formée d’une suite de perles, d’oves ou de denticules. Quoiqu’il en soit, les influences de tous ces éléments s’orientent vers la corniche modillonnaire à moulure ornée telle que définit par Albéric Olivier (OLIVIER 1989 : 53-63). La composition végétale des modillons tourangeaux, à base de cotes et nervures de section semi-circulaire, ne peut-être obtenue autrement que par le biais du moulage dans le cadre du façonnage de ces éléments considérant l’emploi de l’argile comme matière première. La taille au couteau s’avère ici inopérante et réservée aux retouches ponctuelles et finitions. La référence à ces canons de l’Antiquité n’est pas isolée et on la trouve sous une forme approchante avec les modillons de Saint-Similien de Nantes (Fig. 18), Saint-Martin d’Angers (Fig. 19) et Saint-Marcel de Paris (Fig. 20) déjà cités par Charles Lelong et May Vieillard Troiekouroff. Quelques découvertes supplémentaires, étudiées depuis viennent compléter la liste, comme Notre-Dame de la Place à Bordeaux (Fig. 21) ou d’autres sites parisien : Saint-Pierre de Montmartre (Fig. 22-b), Saint-Germain des Prés (?) (Fig. 22-a), et ceux de provenance parisienne indéterminée, également déposés au musée Carnavalet (Fig. 22-c). Si la présence de cotes longitudinales est commune à tous ces modillons, Tours constitue néanmoins un groupe à part avec la décoration des joues (sans doute une projection du profil des métopes : moules 1-1 et 1-4), une différence d’épaisseur remarquable entre les parties antérieure et postérieure (particularité touchant tous les moules), enfin l’existence de dés sur la partie antérieure (moules 1-1, 1-2 et 1-4).

2- Les modillons de l’église abbatiale Sainte-Marie de Saint-Benoît-sur-Loire (Loiret)

2.1- Les travaux de Georges Chenesseau (1923), Jules Banchereau (1923), Marcel Aubert (1931), Robert-Henri Bautier (1969), Jean Marie Berland (1975) et Eliane Vergnolle (1984)

La découverte et la mention des premiers modillons à Saint-Benoit-sur-Loire revient à Georges Chenesseau. C’est en effet en réalisant des observations en février 1923, lors du creusement d’une tranchée à l’emplacement des futures fondations du retable qui sera installé le long du mur pignon du transept sud, qu’il met au jour divers débris dont 3 modillons (Fig. 23). Il en donne la description suivante : « Trois curieuses pièces de terre cuite rouge, dont deux sont intactes et ont la forme de parallélépipèdes droits, à base carrée, de 0,27 m de long sur 0,06 m de large. Ces sortent de briques allongées portent à l’un des bouts une échancrure ornée de reliefs : il paraît naturel d’y voir des corbeaux ou des modillons. Leur profil évoque assez bien l’aspect général d’un modillon souvent exécuté en pierre dès l’époque carolingienne, le modillon à copeaux, dont elles semblent représenter l’épannelage (CHENESSEAU 1923 : 45). Les quelques précisions stratigraphiques qu’il livre, associées à la vue schématique de l’excavation, permettent de situer les modillons dans le remblai de 1,10 m d’épaisseur recouvrant le terrain naturel dans lequel étaient creusés des tombes. Ces dernières sont recouvertes d’un sol de mortier de 5 cm d’épaisseur mis en évidence à 1,10 m sous le sol de l’église actuelle. On peut par conséquent présumer sans grand risque que les 2 modillons proviennent de la partie supérieure de la stratigraphie postérieure aux 5 sépultures de plan trapézoïdal qui paraissent devoir être rattachées à l’Antiquité tardive ou au début de l’époque mérovingienne : « les fonds composés de grandes tuiles à rebords, les parois de morceaux de tuiles ou de petites pierres, liés à l’argile ; toutes les surfaces enduites d’un mortier dur et lisse, de couleur rosée, sur une épaisseur de un à trois centimètres » (CHENESSEAU 1923 : 40).

Quelques mois plus tard, en novembre 1923, Jules Banchereau réalise une fouille dans le transept sud, un peu plus au nord que les observations de Georges Chenesseau (BANCHEREAU 1923). On retiendra la mise au jour de deux autres sépultures du même type que celles mentionnées précédemment et la découverte dans l’une d’elles de deux fragments de chancel : « vraisemblablement carolingiens et qui doivent appartenir à l’édifice détruit par les normands au IXe siècle » (BANCHEREAU 1923 : 152). Cette précision n’est pas anodine puisqu’elle fournit un terminus à la maçonnerie orientée est-ouest qui recoupe cette même sépulture, interprétée comme le mur pignon du transept de l’église antérieure au grand l’incendie de 1026. Les vestiges retrouvés permettent en outre de situer le remblai et donc les modillons collectés par Georges Chenesseau immédiatement à l’extérieur, au sud et au pied du transept tel qu’il devait exister au plus tard depuis la fin du IXe et Xe siècles.

Le congrès archéologique de 1930 qui se tient à Orléans, est l’occasion pour Marcel Aubert de revenir sur l’histoire architecturale de l’abbaye royale de Saint-Benoît sur Loire. Dans l’article publié dans le guide archéologique du congrès, il note : « Au cours des travaux nécessités par la mise en place du retable au fond du croisillon sud, on a découvert les restes d’un dallage et deux modillons de terre-cuite, d’un modèle plus avancé que ceux qui furent trouvés à Germigny, et qui peuvent appartenir à l’église du Xe siècle » (AUBERT 1931 : 624 note 1). Cette hypothèse qui se fonde sur des considérations stylistiques, dépourvue d’arguments, est loin d’être convaincante. Au contraire, les modillons de Germigny, aujourd’hui conservés dans les collections du musée archéologique d’Orléans présentent une matière première et un mode de cuisson (argile claire à dégraissant grossiers et cœur sombre) qui évoquent plutôt des pièces du Xe siècle.

Robert-Henri Bautier dans une étude remarquable du monastère et des églises de Fleury-sur-Loire revient sur la découverte des 3 modillons à propos du portail latéral sud : « ce portail latéral était de briques, on en a trouvé confirmation lors des travaux exécutés en 1923 au fond du croisillon sud, au delà du mur pignon du transept carolingien : on découvrit alors trois modillons de terre-cuite de petites dimensions, dont le chanoine Chenesseau a reproduit le dessin. Gauzlin fit refaire ce portail, nous dit-on de marbre » (BAUTIER 1969 : 102-103). Il ajoute dans une note : « indiquons que, dans ses fouilles de 1923, J. Banchereau à rencontré à environ 1,20 m environ au delà du mur du fond du croisillon méridional, un mur parallèle à celui-ci, long de 1,40 m et épais de seulement 0,25 m. Ne s’agirait-il pas du soubassement de l’ancienne porte latérale sud » (BAUTIER 1969 : 103 note 2 ). Bien qu’il soit délicat de suivre l’éminent historien sur l’extension d’une architecture de brique du portail à partir des seuls modillons, on relèvera la confiance qu’il accorde dans l’identification des maçonneries découvertes en 1923 avec le portail sud carolingien, antérieur à l’importante campagne de reconstruction qui voit le jour sous l’abbatiat de Gauzlin, entre 1026 et 1030.

Une partie des modillons déposés au musée de Saint-Benoît-sur-Loire provient des fouilles réalisées dans les travées orientales de la nef entre 1956 et 1961. La preuve nous en est donnée par Jean-Marie Berland dans son « catalogue des objets exposés dans l’abbaye au cours de la semaine d’études médiévales ». Il indique dans la rubrique des objets provenant des fouilles de 1958-1959 : « 2° Modillons de terre cuite rouge provenant des fouilles de 1923 et des fouilles de 1958. Ces modillons à copeaux (fig.1) appartenaient sans doute au portail méridional de l’église Notre-Dame de Fleury II » (BERLAND 1975 : 413). Toutefois, la photographie qui accompagne cette courte mention et sur laquelle apparaît 3 modillons est légendée : « modillons de terre cuite trouvés dans les fouilles de 1923 et 1958 » (Fig. 24). On y reconnaît aisément à gauche et au centre les deux modillons complets découverts par George Chenesseau, le dernier à droite sur la photographie étant, suivant cette logique, probablement découvert en 1958, dans les fouilles du chœur par Jean Marie Berland. Toutefois, les éléments de preuve font défaut et il peut être risqué de s’appuyer sur une légende pour une telle détermination.

Plus récemment, Eliane Vergnolle dans son « inventaire du dépôt lapidaire de Saint-Benoît-sur-Loire », mentionne au n°10 8 : « Neuf modillons et fragments de modillons. Terre cuite rouge. Epoque carolingienne. Trouvés dans les fouilles de 1923 et dans celles de 1958-1959. 27 cm de long, 6,5 cm de large et 7 cm de haut. Extrémité saillant hors du mur décorée de décrochements en biseau. Seuls deux modillons sont complets. » (VERGNOLLE 1984 : 55). En considérant les 3 modillons de 1923, il s’agirait suivant cette information de 6 modillons découverts en 1958 et 1959 (Fig. 25). Cette hypothèse demanderait à être confirmée.

2.2- La reprise des données en 2016

Si les 9 modillons de Saint-Benoît-sur-Loire ont bien été retrouvés dans les réserves du musée, aucun ne présente de marquage permettant une identification plus précise. Ainsi pour résumer les indications fournies plus haut, seuls les deux modillons complets (iso.1 et 2), facilement reconnaissables sont ceux découverts en 1923 dans le remblai au pied du mur sud du croisillon du transept. Parmi les 7 autres ont reste à l’état de conjecture avec une moitié antérieure d’un modillon issu probablement des fouilles du chœur de 1958-1959 d’après Jean-Marie Berland (iso.3 ?), les autres se rattachant sans doute pour un exemplaire à une découverte de 1923 et les autres aux fouilles de 1958-1959 d’après Eliane Vergnolle.

Les modillons de Saint-Benoît ont été observés, dessinés et photographiés suivant la même méthodologie que celle présentée pour les exemplaires de Saint-Martin de Tours. Il a ainsi été possible de discerner 5 moules distincts numérotés de 2-1 à 2-5 (Fig. 26).

  • Moule 2-1 (Fig. 27 et 28)

4 modillons se rattachent à ce modèle. Il s’agit des deux modillons complets découverts en 1923 (iso.1 et 2), de celui hypothétiquement rattaché à la fouille de 1957-1958 (iso.3) et d’un autre dont le lieu de découverte exact n’est pas connu (iso.4). D’après les mesures prises sur les modillons complets, ils possèdent une section carré de 6,8 cm de côté pour une longueur de 26 cm. La partie postérieure, laissée brute et destinée à être ancrée dans la maçonnerie, mesure 15,5 cm. La partie antérieure de 10 cm comprend une partie moulurée (joues et face avant en retrait) et deux décrochements en biseau taillés au couteau depuis la face inférieure. La mise en évidence de deux retraits de 5 mm environ chacun obtenus dès le moulage constitue une réelle originalité, les moulures de la partie antérieure sur ce type de modillon étant jusqu’alors strictement obtenues par la taille au couteau. Le moulage n’est pas d’une grande qualité et le travail plutôt grossier. Ainsi, les surfaces conservent parfois, bien visible, les strates des différents boudins d’argile pressés dans le moule. De même, les retouches au couteau ne sont pas systématiques et ne concernent dans tous les cas que certaines arêtes de la partie postérieure du modillon.

  • Moule 2-2 (Fig. 29)

Un seul exemplaire répond aux caractéristiques de ce moule d’une section carrée de 8 cm de côté (iso.5). Ce modillon a été brisé dans le sens de la longueur et ne subsiste que la partie antérieure. Elle porte des traces de découpe au couteau sur les joues, la face avant (deux ressauts de 5 mm) et inférieure (2 décrochements en biseau). Trois entailles au couteau de la corniche forment 4 bossettes ou perles régulières alignées. L’ensemble de ce modillon est recouvert de mortier ce qui semble traduire son remploi dans une maçonnerie.

  • Moule 2-3 (Fig. 29)

De ce modillon très fragmentaire ne subsiste qu’une partie de la section antérieure (iso.6). Elle permet toutefois d’envisager un module de l’ordre de 8 cm de coté comme le moule 2-2. Mis à part la face supérieure restée brute et en très mauvais état, les autres faces semblent avoir été retouchées au couteau. Ainsi, outre les deux ressauts habituels des joues et à minima un décrochement en biseau conservé sur la face inférieure, le travail au couteau a consisté à retailler en quart de cercle la face avant.

  • Moule 2-4 (Fig. 29 et 30)

A l’instar des deux exemplaires précédents, il ne subsiste qu’une petite partie de la section antérieure du modillon iso.7, par ailleurs en mauvais état avec des surfaces d’origines totalement disparues ne permettant pas de confirmer les traces de reprise au couteau. Il semble disposer d’une section carré de 8 cm de côté. On reconnait l’existence de joues en deux retraits successifs et de deux décrochements en biseau de la face inférieure. Le petit fragment antérieure du modillon iso 8 est probablement issu de ce même moule 2-4, avec une section au minimum de l’ordre 7,5 cm. Par ailleurs, les joues, la face avant et la face inférieure sont traitées au couteau. On retrouve les deux retraits successifs des joues et de la face avant, ainsi qu’au moins un décrochement en biseau de la face inférieure. Des traces de mortier sont visibles sur les faces indiquant comme pour l’iso.5 un probable remploi.

  • Moule 2-5 (Fig. 30 )

La partie antérieure de ce modillon (iso.9), quoique proche dans sa structure des autres modillons avec les deux ressauts des joues et les 2 entailles de la face inférieure, en diffère par une section quadrangulaire de 8,8 cm x 6 cm de large. En outre, on relève quelques adaptations : le ressaut intermédiaire des joues forme un triangle pointe vers le bas ; les entailles de la face inférieure espacées l’une de l’autre ménagent une surface laissée brute. L’ensemble de la composition des joues et des entailles paraît reposer sur un jeu de diagonales.

2.3- Influences et similitudes des modillons de Saint-Benoit-sur-Loire

A la différence des modillons de Saint-Martin de Tours, ceux à décrochements de Saint-Benoît ont une structure simple obtenue à partir du moulage d’un bloc parallélépipédique de section généralement carrée. A l’exception du moule 2-1 qui introduit la mouluration des joues et de la face avant permettant d’obtenir des modillons absolument identiques, c’est ordinairement au couteau qu’est façonnée la partie antérieure, que ce soit les joues avec leurs ressauts ou le profilage des décrochements en biseau de la face inférieure. Cette technique peu adaptée pour les courbes se traduit par une composition de la partie décorée à partir de plans horizontaux triangulaires, organisés sur les diagonales des joues. Si d’un modillon à l’autre le résultat est très proche, dans le détail ils sont tous différents, mêmes lorsqu’ils sont issus à l’origine d’un même moule, comme cela pourrait être le cas pour les iso.7 et 8.

L’influence des corniches antiques à moulure lisse et modillons en console, assez répandues en Gaule, est ici particulièrement visible (OLIVIER 1989 : 50-53). On peut également lui trouver une forte parenté avec les modillons indépendants gallo-romains (Haut-Empire) en pierre, du bassin de la Seine. Certains, à l’exemple de la villa du « Chemin aux Errants » à Val-de-Reuil (Eure) 9, de la basilique d’Harfleur (Seine-Maritime) 10 ou encore de la villa d’Aubevoye (Eure) 11, présentés par Erik Follain, possèdent des joues en retrait et un bandeau de couronnement, à l’identique des exemplaires en terre-cuite du haut Moyen Âge (FOLLAIN 2013). La grande différence avec ces derniers modillons concerne la taille des individus gallo-romains, de section un peu plus forte (10 à 20 cm) et pouvant atteindre 1 m de longueur.

Les modillons à entailles du haut Moyen Âge se concentrent autour de la région orléanaise, diffusés depuis les ateliers des potiers-tuiliers de Saran où ils ont été retrouvés en plusieurs exemplaires avec 1 redent (Fig. 31) ou 2 redents (Fig. 32), dans des contextes des VIIe, VIIIe et première moitié du IXe siècles (JESSET 2014). La découverte la plus excentrée de ce type de modillon provient pour l’instant des fouilles du château de Tours, où Barbara Watkinson mentionne la présence de 2 modillons à moulures dans des contextes de la fin du VIIIe-première moitié du IXe siècle (Fig. 33). Elle précise : « les modillons à moulure 6 et 7 furent découverts dans une fosse à déchets et dans les niveaux de destruction du mur M24 qui peuvent être attribués au plus tard au milieu du IXe siècle. On en déduit leur antériorité sans pouvoir la mesurer. Ils sont comparables aux modillons découverts autour de la basilique de Saint-Benoît sur Loire qui, en l’absence d’éléments chronologiques précis, furent datés du IXe siècle » (WATKINSON 1981 : 126).

3- Conclusion

Les deux séries de modillons indépendants du haut Moyen Âge attestées à la basilique Saint-Martin de Tours et l’église abbatiale Sainte-Marie de Saint-Benoît sur Loire, bien qu’ayant pour référence unique le modillon de la corniche corinthienne (GINOUVES 1992 : 124-125), répondent plus spécifiquement à deux influences antiques distinctes : Saint-Martin s’inscrit dans un large mouvement général de réinterprétation de la corniche à moulure ornée (Bordeaux, Nantes, Angers, Paris) ; Sainte-Marie subit une influence plus régionale (Saran, Orléans) tournée à la fois vers celle de la corniche à moulure lisse et modillons en console d’une part et les profils des modillons indépendants du val de Seine d’autre part. De ces modèles en pierre découlent des techniques de mise en forme et de façonnage distinctes applicables à l’argile : le moulage pour obtenir les tores et cannelures des modillons de Saint-Martin ; le moulage puis généralement la découpe au couteau pour obtenir les épannelages des exemplaires de Sainte-Marie.

Toutefois, sorti de ces constats on reste totalement dépourvu pour en saisir les motivations, et s’il est aisé d’invoquer la classique « différence culturelle » perçue entre la Touraine et l’Orléanais, la « tradition » (quelle soit « potière » ou « religieuse»), ces raisons restent peu satisfaisantes sous cette forme, faisant de l’Orléanais un cas à part à l’échelle nationale.

Au final de sérieuses difficultés subsistent pour replacer dans leur contexte ces éléments découverts anciennement : concernant la datation tout d’abord, il est en l’état de la documentation véritablement impossible de dater de façon fiable les modillons de Saint-Martin de Tours et il reste compliqué de confirmer la datation de la fin du IXe siècle d’une partie au moins des modillons de Sainte-Marie de Saint-Benoît. Leur mise en œuvre reste également obscure et on ignore si la découverte de plusieurs types de modillons sur un même site est le reflet de campagnes de restauration, celle d’un emploi sur des parties architecturales différentes voire d’un approvisionnement volontairement diversifié destiné à rythmer une corniche à l’image des modillons historiés romans.

Enfin, considérer l’utilisation du modillon dans la corniche de monuments tels que ceux abordés ici, nécessite également de s’interroger sur la place réservée à ces éléments et leur insertion dans le registre médian classique qui associe généralement métopes et soffites. En d’autres termes, quand est-il du traitement des espaces entre les modillons : Faut-il envisager l’emploi de simples briques ou des pièces spécifiques viennent jouer un rôle particulier ? De même on peut s’interroger sur la forme que pouvait prendre les registres supérieur et inférieur : Des briques moulurées venaient t’elles en couronnement comme envisagé par Théodore Vacquer pour Paris (PERINS 1985) et Marie-Christine Maufus pour Nantes (Fig. 34) ou faut-il supposer un simple cordon de briques ?

Les modillons de Saint-Martin et Sainte-Marie restent ici trop isolés et nous sommes bien en mal de restituer une quelconque architecture en l’absence d’autres éléments dans les collections.

1 Les 9 exemplaires sont regroupés dans les réserves du musée lapidaire de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, accessible sur demande.
2 Au musée des Beaux Arts de Tours est visible un exemplaire portant le numéro d’inventaire SM 1990-2-23, sorti initialement du musée Saint-Martin, situé sous l’actuelle basilique. Ce dernier recèle quant à lui de 20 autres exemplaires portant les numéros d’inventaire IP 72, IP 138 à 151, IP 155 à 159.
3 Les collections de la Société Archéologique de Touraine se trouvent actuellement dans les locaux du Conseil Départemental d’Indre et-Loire situés à Tours nord. Les 3 modillons portent le numéro d’inventaire HG 898-15-1, HG 993-15-1 et HG 993-15-4.
4 Dans l’inventaire des objets mérovingiens du musée rédigé en 1993, Charles Lelong retient finalement une possible provenance de Saint-Martin de Tours, sans s’étendre sur cette nouvelle attribution (LELONG 1993).
5 On précisera pour être exact que la position de Charles Lelong en 1961 était légèrement différente, puisqu’il précisait « quand à l’existence exclusive de l’atelier de Vertou, l’originalité, l’homogénéité et l’abondance des exemplaires tourangeaux permettent de la révoquer en doute et de supposer l’existence d’une fabrique locale, ou plus vraisemblablement d’ateliers ambulants » (LELONG 1961 : 58).
6 Cet exemplaire correspondant au numéro d’inventaire 3.1407.2.1 n’a pas été consulté. Il est déposé dans les réserves archéologique du laboratoire d’archéologie du territoire (LAT).
7 On peut citer comme exemple la corniche B73 de la chapelle de la « déesse aux amours » à Alésia (OLIVIER 1989),
8 Le numéro 10 affecté au lot de modillon a été reporté au feutre noir sur l’un des modillons complet (iso.2).
9 Type 1 : « Son profil en S est fortement bombé à l’arrière et sa retombée est moins importante. Sa principale caractéristique est de posséder une moulure de couronnement solidaire composée d’un réglet ou d’une baguette. Pour cette raison, la console proprement dite est en retrait des bords du bloc » (FOLLAIN 2013 : 105).
10 Type 4 : « Il est peu bombé à l’arrière et sa retombée est très marquée et nettement dominante. Un réglet constitue sa moulure de couronnement » (FOLLAIN 2013 : 105).
11 Type 5 : « Le modillon est parallélépipédique, souligné d’une mouluration (scotie et ovolo, à ce qu’il semble, malgré son mauvais état) et surmonté d’un réglet » (FOLLAIN 2013 : 105).

Bibliographie

AUBERT 1931
Aubert (M.) – Saint-Benoît-sur-Loire, Congrès Archéologique de France, XVIIIe session tenue à Orléans en 1930, Paris, 1931, p.659-656.
BANCHEREAU 1923
Banchereau (J.) – Rapport adressé à la commission des monuments historiques sur les fouilles effectuées dans l’église de Saint-Benoît sur Loire du 19 au 29 novembre 1923, Bulletin de la société archéologique et historique de l’Orléanais, T.XX, n°222, 1923, p.146-152.
BAUTIER 1969
Bautier (R.-H.) – Le monastère et les églises de Fleury-sur-Loire sous les abbatiats d’Abbon, de Gauzlin et d’Arnaud (988-1032), Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France, 9PeP série, T.IV, 1969, p.71-156.
BERLAND 1975
Berland (J.-M.) – Catalogue des objets exposés dans l’abbaye au cours de la semaine d’études médiévales, Etudes ligériennes d’histoire et d’archéologie médiévales, Mémoires et exposés présentés à la semaine d’études médiévales de Saint-Benoit sur Loire du 3 au 10 juillet 1969 et publiés sous la direction de R. Louis, Auxerre, 1975, p.413-417.
BOUVIER 2007
Bouvier (A.) – Terre cuite architecturales décoratives. Etude de la collection de Notre-Dame-de-la-Place (Bordeaux), Mémoire de Master Archéologie, sous la direction de I. Cartron, Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, UFR Histoire, 2007.
CHENESSEAU 1923
Chenesseau (G.) – Découverte de sépultures anciennes dans l’église de Saint-Benoît sur Loire, Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, 1923, p.39-46.
FOLLAIN
Follain (E.) – Corniches modillonnaires par assemblage : une spécificité de l’architecture gallo-romaine dans le bassin de la Seine, Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen 24-26 mai 2013, p.95-108.
FOSSARD 1978
Fossard (D.), Vieillard-Troiekouroff (M.) et Chatel (E.) – Recueil général des monuments sculptés en France pendant le Haut Moyen Âge, Tome 1, Paris et son Département, Mémoires de la section d’Archéologie, 1978.
GINOUVES 1992
Ginouvès (R.) Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, Tome II, Eléments constructifs : supports, couvertures, aménagements intérieurs, 1992.
JESSET 2014
Jesset (S.), Bouillon (J.) coll., Gredat (G.) coll. et Millet (S.) coll. – La production de terre cuite architecturale durant le haut Moyen Age à Saran (Loiret) : Entre tradition et modernité, SFECAG, Actes du Congrès de Chartres, 2014, p.177-196.
LELONG 1961
Lelong (C.) – Note sur les modillons céramiques préromans du Val de Loire, Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, T.33, 1961, p.57-60.
LELONG 1964
Lelong (C.) – Les modillons de terre cuite carolingiens du Val de Loire, Revue Archéologique du Centre de la France, n°11, 1964, p.244-261.
LELONG 1975
Lelong (C.) – Catalogue de l’exposition La Touraine à l’époque mérovingienne, Hôtel Goüin, Tours, 1975.
LELONG 1993
Lelong (C.) – Objets mérovingiens, Musée de la société archéologique de Touraine, Tours – hotel Goüin, Imprimerie départementale, 1993.
MAUFUS 1991
Maufus (M.-C.) – La terre cuite, Naissance des arts chrétien, Atlas des monuments paléochrétiens de la France, 1991, p.232-237.
OLIVIER 1989
Olivier (A.) – Corniches et couronnements gallo-romains à Alésia (Alise-Sainte(Reine, Côte d’Or), Gallia, n°46, 1989, p.43-69.
PERIN 1985
Périn (P.), Velay (P.), Renoux (L.) – Collections mérovingiennes, Paris, Musée du Carnavalet, catalogues d’art et d’histoire du musée Carnavalet, 2, 1985.
PLAT 1939
Plat (G.) – L’art de bâtir en France, des romains à l’an 1100, d’après les monuments anciens de la Touraine, de l’Anjou et du Vendômois, Paris, 1939.
VERGNOLLE 1984
Vergnolle (E.) – Inventaire du dépôt lapidaire de Saint-Benoît sur Loire (Loiret), Bulletin archéologique du C.T.H.S., nouv. sér., fasc. 17-18 A, 1984, p.39-114.
VIEILLARD-TROIEKOUROFF 1963
Vieillard-Troiekouroff (M.) – Les sculptures et objets préromans retrouvés dans les fouilles de 1860 et 1886 à Saint-Martin de Tours, Cahiers d’Archéologie fin de l’Antiquité et Moyen Âge, T.XIII, 1963, p.85-131.
WATKINSON 1981
Watkinson (B.) – Terres cuites architecturales du haut Moyen Âge à Tours (fouille du château), Recherches sur Tours, volume 1, 1981, p.115-129.