Ferdière Alain, Morin Jean-Michel – Utilisation opportuniste de la terre cuite en remplacement de la pierre en décor architectural : deux exemples à Boiscommun (Loiret) et Mer (Loir-et-Cher)

Depuis ses origines, le matériau terre cuite dans l’architecture peut être considéré comme un ersatz de la pierre, le matériau noble, en quelque sorte par défaut (ou par économie) : on en veut pour preuve la naissance de la toiture en proto-tegulae/imbrices, qui sont à l’origine, dans le monde grec et au moins dès le Ve siècle av. n. è. (CLÉMENT 2013 : 17 ; cf. FERDIÈRE 2012 : 56), en dalles de pierre, avant d’être en céramique.

Nous présentons ici deux exemples de cette pratique de la région de la Loire moyenne, qui la montre en œuvre à l’époque romaine dans les cités des Carnutes et des Sénons (confins occidentaux avec les précédents) (Fig. 1).

Fig. 1 – Carte de la Loire moyenne gallo-romaine, avec la localisation (étoiles) des sites concernés, ainsi que de l’atelier de tuilier de Vrigny (triangle) (DAO J.-M. Morin, CD 45).

Le site du sanctuaire de frontière de Boiscommun (anciennement Chemault) « Le Camp Carré / les Sommeries » (45)

Le site est connu de longue date mais récemment réétudié (J.-M. Morin) à la lumière de données nouvelles et d’un réexamen d’ensemble : les photographies aériennes (D. Jalmain, D. Chesnoy, F. Tardif, F. Besse…) puis des prospections géophysiques et au sol n’ont que récemment révélé l’importance et l’étendue du site (cf. MORIN et al. 2016) (Fig. 2 et 3).

Fig. 2 – Le sanctuaire du site de Boiscommun « le Champ Carré » ; photographie aérienne Fr. Besse de 2015 et plan d’interprétation (MORIN et al. 2016 : Fig. 33 et 40).

Fig. 3 – Le site cultuel de Boiscommun « le Champ Carré » : plan d’interprétation général (MORIN et al. 2016 : Fig. 38) ; plan général avec localisation de la prospection au sol 2015, des sondages de 1975 et de la découverte du chapiteau monumental (J.-M. Morin) ; vues du chapiteau (MORIN et al. 2016 : Fig. 3 ; selon Bull. de la Soc. Arch. et Hist. de l’Orléanais, 1898) ; vue du sondage 1975 (photo fonds de la Société archéologique et historique de Boiscommun).

Les éléments de terre cuite concernés ont été repérés lors d’un examen des collections de la Société archéologique et historique de Boiscommun durant l’hiver 2015-2016, et leur localisation exacte ne peut donc être précisée,  a priori des abords immédiats de l’enclos du sanctuaire principal, peut-être même plus précisément issus des sondages de J.-L. Prieur et D. Royer au début des années 1970 (ROYER 1971 ; PRIEUR 1974 ; 1975) : il s’agit de fragments, parfois imposants, de modillons en terre cuite (Fig. 4), actuellement en dépôt dans le local de l’association, où ils ont pu être examinés et étudiés. Il est à noter qu’une première campagne de prospections quadrillées réalisées à l’ouest de cet enclos (Fig. 5), n’a quant à elle pas encore livré de fragments susceptibles de correspondre à de telles pièces.

Fig. 4 – Les modillons de Boiscommun « le Champ Carré » : photos (selon MORIN et al. 2016 : Fig. 3) et dessins (A. Hamel, CG 45).

Fig. 5 – Prospections quadrillées sur sol nu de 2015, cartographie des TCA : en Nombre de Restes (à gauche) et pour les fragments de plus de 3×3 cm (à droite) (MORIN et al. 2016 : Fig. 59 c et b).

Ces modillons, plus ou moins fragmentés, sont au nombre de six, et montrent apparemment un seul module, de grande taille (L. 24/27 x l. 15/15,5 x h. 15,5/16), présentant deux types différents de mouluration de la partie antéro-inférieure ; et trois d’entre eux portent des traces de mortier sur les faces latérales ou postérieures. La pâte est grossière, très dégraissée en sable quartzeux, assez comparables aux pâtes des terres cuites architecturales locales plus classiques, telles que trouvés sur place, ou encore de celles produites par l’atelier relativement proche de Vrigny (cf. Fig. 1) (FERDIÈRE, GUILLEMARD et LANOS 2012), où l’on ne connaît cependant apparemment pas de telles productions au cours de sa phase d’activité (fin IIe – début IIIe s.). Les productions d’un autre atelier de TCA assez proche, à Montbouy (PROVOST 1988 : 147), ne sont quant à elles pas assez caractérisées pour pouvoir être invoquées ici.Il n’est pas possible de dater avec précision ces modillons en eux-mêmes, qui ont dû être mis en œuvre dans une phase du sanctuaire pour lequel les fouilles et sondages anciens (dont PRIEUR 1975) puis les prospections au sol récentes ont montré, avec l’ensemble du site une occupation sans doute continue de La Tène Finale au Ve s. Dans le mobilier issu des prospections récentes, la céramique du Haut-Empire apparaît en surreprésentation, sans doute effet de l’état relatif des connaissances céramologiques et de l’importante fragmentation des tessons, comme l’atteste aussi la proportion de céramique antique non déterminable (Fig. 6).

Fig. 6 – Prospections quadrillées sur sol nu de 2015, cartographie de de la céramique antique, pour la chronologie : par périodes (à gauche) et globalement en Nombre de Restes (à droite) (MORIN et al. 2016 : Fig. 53 et 52b).

Il reste probable qu’il faille attribuer ces modillons massifs à une corniche ornementale dite « modillonnaire » (exemple de Jublains : NAVEAU 1997 : Fig. 106) (Fig. 7) d’un édifice monumental de qualité, tel que le grand sanctuaire lui-même, l’édifice de spectacle, voire un édifice thermal encore inconnu mais quasi assurément présent (cf. éléments de TCA caractéristiques sur le site).

Fig. 7 – Exemple de corniche modillonnaire monumentale en pierre : exemple de Jublains (selon NAVEAU 1987 : Fig. 106).

Les comparaisons extérieures en Gaule apparaissent très rares, et l’on ne peut à ce jour citer que deux sites de la Mayenne (cité des Diablintes) :

  • Au moins trois importants fragments de modillons de modules de taille comparable à Jublains-Noviodunum même, le chef-lieu de cité (rens. A. Bocquet et M. Mortreau, que nous remercions), avec en outre leurs équivalents en pierre, provenant de plusieurs points du site : les trois éléments conservés (Fig. 8) (dont un retaillé en statuette sans doute de Matrone) ne sont malheureusement ni rattachables à un monument spécifique ni même à un contexte bien daté (hors stratigraphie ou remblais…) 3. S’y ajoute un exemplaire (perdu) provenant du théâtre, de dimensions apparemment beaucoup plus réduites et de mouluration différente, découvert au XIXe s., attribué à une « corniche circulaire » (cf. Fig. 8d) (BARBE 1865 : Atlas, Pl. VIII, n° 5 ; cf. pour le théâtre : NAVEAU 1997 : 91-92 ; rens. A. Bocquet, que je remercie ici). À noter ici, en revanche, un modillon complet et de module comparable, mais quant à lui en grès fin 4 (cf. Fig. 8b et c).

Fig. 8 – Modillons de Jublains : photos de l’exemplaire du « Champ du Presbytère » et exemplaire en grès (cliché Service Arch. du Département de la Mayenne) ; dessins de l’ensemble des éléments (DAO Service Arch. du Département de la Mayenne) ; et dessin de l’exemplaire du théâtre (selon BARBE 1865, Atlas : Pl. VIII, n° 5).

  • Un exemplaire quasi complet provenant du site de Courcité (53 ; cf. NAVEAU 1992 : 154 ; rens. A. Bocquet, que je remercie ici).

À noter enfin que ces modillons en terre cuite gallo-romains sont globalement de nettement plus grand module que leurs équivalents alto-médiévaux dont des exemples sont connus dans les productions des ateliers de Saran (JESSET 1014 ; et communication de S. Jesset à cette même Journée).

Mer « les Cohues » (41)

Le second cas choisi ici concerne non un monument public mais une belle villa de bord de plateau beauceron sur la Loire, à Mer « les Cohues » (41). Celle-ci n’est connue que par les prospections aériennes d’Henri Delétang (1982 : Fig. 1b) et Pierre Genty (1997 : Pl. p. 18, n° 11), complétées par les prospections au sol de Fabrice Moireau et son père dans les années 1975-1990 5. L’élément en question a été repéré dans les collections de F. Moireau lors d’un examen systématique effectué en 2016 pour l’« Atlas des fermes et villae gallo-romaines de Beauce ». En bordure de la ZAC du « Plateau de Mer », ce site fait aujourd’hui l’objet d’une protection (Fig. 9).

Fig. 9 – L’occupation du sol du plateau de Mer, selon les prospections aériennes, au sol et les fouilles préventives (extrait de Couvin 2018 : Fig. 252).

Fig. 10 – Photographies aériennes de la villa de Mer « les Cohues » : photo H. Delétang, 1976 (n° F1000037) et vue satellite Bing 1911 (photo-interprétation P. Nouvel, 2016).

Fig. 11 – Plans d’interprétation de la villa des Cohues : a) selon DELÉTANG 1982, Fig. 1b ; b) selon GENTY 1997 : n° 11.

La villa présente une partie résidentielle relativement développée, dans une cour privée, devant laquelle s’étend la partie d’exploitation, comportant notamment non moins de quatre granges (Fig. 10 et 11). Fabrice Moireau a bien voulu en imaginer avec moi quelques belles images à l’aquarelle (Fig. 12). Le mobilier recueilli en surface montre une occupation dès La Tène finale, durant toute la période romaine et encore particulièrement présente au Bas-Empire, mais sans trace d’occupation au Haut Moyen Âge. On y a en outre recueilli des éléments de tubulure d’hypocauste, de mortier hydraulique (balnéaire ?) et au moins un fragment de dalle de placage en calcaire gris, montrant un établissement d’un certain niveau.

Fig. 12 – Vue idéale de la villa des Cohues, aquarelle Fabrice Moireau, 2017.

L’élément concerné ici est un unique fragment de brique ou carreau à décor moulé (dit « estampé »). Le décor est en rosace dessinée par cercles sécants (Fig. 13), un motif relativement courant du décor architectural antique (cf. infra). Le motif est en effet assez différent des « briques estampées » (Fig. 14) connues par exemple dans la région nantaise au très Haut Moyen Âge (VIe-VIIe s.) (COSTA 1959 ; MAUFUS 1983 ; MONTEIL 2008 : Fig. 30-31 ; cf. OREFICI et NAULEAU 2017), ainsi qu’en Anjou (voir communic. cet après-midi d’A Rémy), ou plus près de nous à Lazenay (Cher) (BUHOT 1890 : (V) 213, Pl. II, n° 2-5 ; rens. S. Jesset, que je remercie ici), concernant en général des édifices cultuels (chrétiens) plus tardifs, du Haut Moyen Âge.

Fig. 13 – Le fragment de brique à décor estampé : photo F. Moireau ; et deux propositions de restitution du décor (dessin F. Moireau).

Fig. 14 – Éléments de comparaison de plaques en terre cuite à décor estampé : Lazenay (18) (d’après BUHOT 1890 : Pl. II), et région de Nantes (d’après MONTEIL 2008 : Fig. 30 et 31).

Nous n’avons pu trouver aucune réelle comparaison directe avec ce même motif, en terre cuite. Cependant, des éléments de terre cuite à décor moulé relativement comparables, sinon par leur motif, du moins par le type de décor – moulé à cru –, peuvent être cités, en quelques rares exemplaires, en l’état de nos connaissances :

  • Une découverte ancienne sur les thermes de l’agglomération-sanctuaire civique des Cénomans, à Allonnes (CORDONNIER 1939/46 : 6-7, n° 16, Fig. ; rens. V. Bernollin, gestionnaire du dépôt de fouille d’Allonnes (CAPRA), que je remercie ici) 6 concerne un décor moulé, bien qu’apparemment sur un tubulus et non une brique, comme semble le montre la cassure de « rebord » au verso du décor (Fig. 15) (on note des traces de mortier, surtout sur la face décorée) ; il s’agit ici d’un décor géométrique simple, de triangles, en relief.

Fig. 15 – Tubulure à décor moulé d’Allonnes (72) : dessin (selon CORDONNIER 1936/46 : Fig. p. 7) et photos recto et verso (ph. V. Bernollin, CAPRA).

  • Le deuxième exemple de comparaison, pour la villa de Tremblay-en-France « les 50 Arpents » (Seine-Saint-Denis), récemment fouillée en archéologie préventive (Fig. 16) (rens. Y. Blanchard, que je remercie ici : voir BLANCHARD 2017, 2 : 568-572, Fig. 8 et 11) n’est sans doute pas plus pertinent, dans la mesure où il s’agit aussi de plaques plus fines, dont les bords cassés semblent bien indiquer des pièces de type tubuli de parois de pièces chauffées par hypocauste (Fig. 17) ; mais le décor, ici en motifs de chevrons, est bien moulé et il ne semble donc pas s’agir de simples stries d’accroche pour enduit ou mortier, faites en général à la main ou au peigne… Cependant, des fragments d’enduits peints présentent ici au dos des empreintes d’accroche qui paraissent également faites au moule et non à la main ou au peigne (ibid°, 2 : 544, Fig. 21).

Fig. 16 – Plan de l’établissement rural de Tremblay-en-France (93) (selon BLANCHARD 2017 : Fig. 15).

Fig. 17 – Éléments de tubulures en terre cuite à décor moulé de l’établissement de Tremblay (photos Y. Blanchard, 2017, selon BLANCHARD 2017).

Ces deux exemples montrent donc, apparemment, non des briques mais des tubuli et la comparaison reste donc d’une pertinence relative.

  • Signalons enfin, par acquis de conscience et pour être exhaustif, plus près de nous, à Épieds-en-Beauce (Loiret) (Fig. 14), la découverte ancienne (1883 ?) d’une « plaque en terre cuite, avec rebord » décorée d’une « déesse couchée soufflant dans une trompette et tournant le dos à un autel » 7 : elle aurait été trouvée par un puisatier quelque part à Épieds et est indiquée comme « provenant d’un monument funéraire » (?) (collection Christian d’Aboville (en 1956) ; NOUEL 1956 ; NOUEL Rép., IV : 184 et photo ; cf. PROVOST 1988 : 131). Rien ne prouve en réalité que cette plaque soit antique, et l’on pourrait penser plutôt à un élément Renaissance… Ceci est notamment, clairement, très différent des décors de plaques dites « Campana », dont on connaît certes des ateliers en Narbonnaise (LAUBENHEIMER 1997) 8,

Fig. 18 – Élément de « brique » à décor moulé d’Épieds-en-Beauce (45), photo selon NOUEL Rép. IV : 184).

On pourrait en outre s’étonner de voir (au moins à Tremblay et Allonnes) de véritables décors moulés au lieu des habituelles stries à la main ou au peigne sur tubuli, en principe destinés ensuite, en œuvre, à être masqué par l’enduit. Mais ce serait oublier que beaucoup de technique de construction sont parfois pratiquées alors que destiné à ne pas être visibles, tels les joints tirés au fer du petit appareil sur des parements ensuite enterrés. Mais, sans doute surtout, on peut aussi supposer que, dans ce cas, les faces décorées de ces tubuli étaient laissées apparentes et dès lors peut-être simplement peintes, passées au lait de chaux : on citera l’exemple de tubuli fabriqués avec un engobe blanc à Lezoux (HOUDAYER 2017 : 67). Quant au décor de rosace de l’exemplaire de Mer, il est donc connu dans l’architecture « noble » en pierre, notamment en Orient 9, en encadrements de porte (piédroits et linteaux) (Fig. 19), notamment en Syrie (exemples en général tardifs) : bloc de Kafr Nasij (TATE 1992 : Fig. 109), linteaux de Kafr Shams (1 à décor gravé, 1 à décor en bas-relief) (ibid° : Fig. 74 et 110), et surtout un exemple non localisé (ibid° : 158, Fig. 225) ; ou encore de l’Antiochène (églises de villages, IVe-VIIe s.) : reliefs décoratifs de Beẖyō, Ruweiẖa ou Qal‘at at Tuffāḥ, linteaux de Bābuṭṭā et Bāqirḥā (NACCACHE 1992, I : Fig. 189 ; Fig. 284 ; II : Pl. LXVI, 4 ; CCLXXI, 1 et 2 ; CCCII, 1). Mais on le note aussi par exemple, plus près de nous, dans les bandeaux décoratifs de l’église wisigothique (VIIe s.) de Sainte-Marie de Quintanilla de las Viñas (Castille et León, Espagne) (cf. Fig. 19, en bas), apparemment inspirés de ces décors architecturaux byzantins… (rens. F. Moireau, que je remercie ici ; et notice Wikipedia, mise à jour avril 2017).

Fig. 19 – Exemples de comparaison de motifs architectural en pierre : 1- Syrie (photo selon TATE 1992 : Fig. 109), 2 à 6- églises d’Antiochène (photos selon NACCACHE 1992, I : Fig. 189 ; Fig. 284 ; II : Pl. LXVI, 4 ; CCLXXI, 1 et 2 ; CCCII, 1), 7- Sainte-Marie de Qintinillia de las Viñas (Espagne) (photo F. Moireau, 2016).

Pour la Gaule et plus près de nous, ce motif sur des éléments décoratifs en pierre destinés à être plaqué sur des parois est apparemment quasi inconnu en Gaule 10. Il est cependant assez comparable à celui de certaines plaques en schiste décorées connues notamment en Armorique (Fig. 20) (LANGOUET et QUESNEL 2000) ainsi qu’à Autun (L’œuvre… 1996), où les modules sont toutefois en général plus imposants et où aucun décor n’est tout à fait comparable : voir notamment le motif central des exemplaires armoricains de Bain-de-Bretagne (35) (LANGOUËT et QUESNEL 2000 : Fig. 10, n° 1) et de Carhaix (29) (ibid° : Fig. 10, n° 3 ; LABAUNE-JEAN et LE CLOIREC 2011 : Fig. 8, n° 2) 11. Et l’on peut sans doute évoquer le schéma de construction géométrique, assez comparable, en tracé préparatoire, relevé sur le chantier du sanctuaire d’Allonnes (BROUQUIER-REDDÉ et CORMIER 2011 : Fig. 10) (cf. Fig. 20, en bas).Si l’on en juge par les comparaisons stylistiques trouvées, tant en terre cuite qu’en pierre, il pourrait en tout cas s’agir ici d’un élément décoratif plutôt de l’Antiquité Tardive 12.

Fig. 20 – Plaques décoratives en schiste : Carhaix (29) et Bain-de-Bretagne (35) (selon : LABAUNE-JEAN et LE CLOIREC 2011 : Fig. 8, n° 2 ; LANGOUËT et QUESNEL 2000 : Fig. 10, n° 1) ; et tracés schématiques d’Allonnes (72) (selon : BROUQUIER-REDDÉ et CORMIER 2011 : Fig. 10).

Gondreville « le Cocluchon » (Loiret)

Enfin, l’occasion est donnée ici signaler un élément récemment repéré au cours de la préparation de la publication par Laurent Fournier du site fouillé en préventif sur l’A19 à Gondreville « le Cocluchon » (Loiret) (SCAON et FOURNIER à paraître), qui reste dans la problématique ici en question : une plaque en terre cuite décorée d’une tête humaine entre des palmettes, motif en général assez typique de la majorité des antéfixes trouvées en Gaule (CLÉMENT 2013 : 71-72). Le fragment provient du comblement non daté d’un fossé, en bordure d’un apparemment modeste établissement rural du Haut-Empire et dont manque sans doute la partie résidentielle, voire le cœur, pour une grande villa : le site (Fig. 21 et 22) comporte en effet un petit mausolée avec inscription funéraire, non loin du fossé en question. Cependant, ici, la plaque ne comporte pas au revers le départ d’une imbrex cuite avec l’antéfixe, mais des stries croisées d’accroche d’enduit ou mortier (Fig. 23) : notre hypothèse est d’y voir quand même une antéfixe – appartenant à la toiture d’un édifice non identifié – mais en quelque sorte « autonome » et non comme à l’habitude lié directement à une imbrex ; ces deux éléments auraient dans ce cas été collés au mortier en rive de toiture…Quant à notre propos ici, il faut en effet rappeler qu’à l’origine, dans l’architecture monumentale grecque (cf. CLÉMENT 2013 : 71 sqq.), les antéfixes sont sculptées en pierre, au même titre que les acrotères.

Fig. 21 – Plan d’ensemble du site de Gondreville « le Cocluchon » (45) et plan de détail de l’enclos fossoyé n° 8 (extrait de SCAON et FOURNIER à paraître).

Fig. 22 – Plan du secteur funéraire du site de Gondreville, avec le monument funéraire, et vue zénithale du monument funéraire (extrait de SCAON et FOURNIER à paraître).

Fig. 23 – Vue de la plaque de terre cuite décorée (possible antéfixe) de Gondreville « le Cocluchon » ; recto et verso (photo INRAP).

Conclusion

Pour les deux exemples principalement invoqués – modillons de Boiscommun et brique « estampée » de Mer –, on n’a donc pu mentionner que peu voire aucun exemple de comparaison vraiment pertinent…

Mais il s’agit à notre sens, dans les cas – rares – invoqués ici, de remplacer la bonne pierre de taille – défaillante localement, et/ou pour un moindre coût, surtout si des matériaux plus nobles doivent être importés – par des éléments en terre cuite commandés à l’occasion à des ateliers proches. Ajoutons que le matériau terre cuite est aussi plus léger et plus aisé à mettre en œuvre.

Il faut rappeler notre propos introductif, selon lequel, depuis ses origines, les terres cuites architecturales ont essentiellement eu ce rôle d’ersatz de la pierre noble, dès l’architecture grecque et l’« invention » des grandes tuiles, futures tegulae : on vient notamment de le rappeler au sujet des antéfixes…

Cette substitution de la terre cuite à la pierre dans l’architecture monumentale se constate en réalité à travers tout le monde romain : on peut citer par exemple le remarquable chapiteau corinthien de Tindari en Sicile (photos J. Seigne, que je remercie ici) (Fig. 24). Mais on peut aussi mentionner, plus près de nous, les éléments de terre cuite architecturaux décoratifs engobée de blanc des ateliers de Lezoux (63) (POUENAT 2014 ; cf. DÉCHELETTE 1904, I : 146, et Fig.), dont des colonnettes13 (cf. Fig. 24), sans oublier bien sûr les antéfixes déjà mentionnés…

Fig. 24 – exemples d’éléments de décor architectural en terre cuite : chapiteau corinthien et mufle de lion déversoir de Tindari (Sicile) (photos J. Seigne) ; et dauphin, colonnette et claustra engobés blanc des ateliers de Lezoux (63) (selon POUENAT 2014).

Bibliographie

BARBE 1865
Barbe H. – Jublains (Mayenne). Notes sur ses antiquités, époque gallo-romaine, pour servir à l’histoire et à la géographie de la ville et de la cité des Aulerques-Diablintes, Monoyer, Le Mans ; et Atlas, Derenne.
BLANCHARD 2017
Blanchard J. –Détermination des matériaux de construction antique (Annexe 17), in : J. Blanchard (dir.) – Île-de-France, Seine-Saint-Denis, Tremblay-en-France. Zac sud Charles de Gaulle (1ère tranche), secteur 4 Les Cinquante Arpents. Établissements ruraux gaulois et antiques, Rapport de fouilles, vol. 2, contribution des spécialistes, INRAP CIF : 563-574 (consultable au SRA ÎdF).
BROUQUIER-REDDÉ et CORMIER 2011
Brouquier-Reddé V. et Cormier S. – Le chantier de décoration et les déchets de pierre du sanctuaire de Mars Mullo à Allonnes (Sarthe), in : C. Balmelle, H. Éristov et Fl. Monier (dir.) – Décors et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Mosaïque, peinture, stucs, Actes du Colloque international (Université de Toulouse II-Le Mirail, 9-12 octobre 2008), Aquitania, Supplément 20, Bordeaux : 405-419.
BUHOT 1890
Buhot de Kersers A. – Histoire et statistiques monumentales du département du Cher, Bourges (8 vol.) ; rééd. AàZ Patrimoine, Sury-en-Vaux, 2014. : vol. V – Canton de Lury-sur-Arnon.
CARRU et TALLAH 2015
Carru D. et Tallah L. – Vaucluse. Avignon, Carpentras, Cavaillon. 84-4, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et Belles-Lettres, MSH, Paris (2013), 473 p.
CLÉMENT 2013
Clément B. – Les couvertures en terre cuite en Gaule du Centre-Est (IIe av. – IIIe apr. J.-C.), Monogr. Instrumentum, 46, M. Mergoil, Montagnac, 350 p.
CORDONNIER 1939/46
Cordonnier P. – Musée céramique de la Reine Bérangère. Catalogue des poteries gallo-romaines, Le Mans, 186 p.
COSTA 1959
Costa D. – Le décor architectonique à l’époque mérovingienne dans le pays nantais. Le décor de terre cuite, Bull. de la Soc. Arch. et Hist. de Nantes et de Loire-Atlantique,98 : 173-193.
COUVIN 2018
Couvin F. (dir.) – Deux établissements ruraux laténiens et gallo-romains du plateau de Petite Beauce : “Beaudisson” et “la Gueule” II à Mer (Loir et-Cher), 68e supplément à la Rev. Arch. du Centre de la France, FERACF, Tours.
DELÉTANG 1982
Delétang H. – Contribution de la photographie aérienne à l’étude typologique des villas gallo-romaines du sud de la Beauce, in : La Villa romaine dans les provinces du nord-ouest, Actes Coll. (Paris), Caesarodunum, XVII, Tours : 77-94, 6 Fig.
FERDIÈRE 2012
Ferdière A. – La production de terres cuites architecturales en Gaule et dans l’Occident romain, à la lumière de l’exemple de la Lyonnaise et des cités du nord-est de l’Aquitaine : un artisanat rural de caractère domanial ?, Revue Arch. du Centre de la France, 51, 2012, p. 17-187, en ligne : racf/revues.org
FERDIÈRE, GUILLEMARD et LANOS 2012
Ferdière A., Guillemard Th. et Lanos Ph. – Un atelier de potiers-tuiliers de la fin du Haut-Empire en Forêt d’Orléans : Vrigny « Châtillon », Loiret (fouilles 1969-1973), in : A. Ferdière (dir.) – Deux ateliers de potiers de la Loire moyenne au Haut-Empire : Vrigny (Loiret et Amboise (Indre-et-Loire), 40e Suppl. à la Rev. Arch. du Centre de la France, FERACF, Tours, : 9-143.
GÉBARA 2012
Gébara Ch. – Fréjus. 83/3, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 513 p.
GENTY 1997
Genty P. – Prospections aériennes dans les environs de Beaugency : 2 – Sites gallo-romains, Bull. de la Soc. Arch. et Hist. de Beaugengy, 10 : 15-22.
GOURY 1996
Goury J. – Un atelier gaulois de plaques Campana à Saint-Marcel-d’Ardèche, Ardèche Archéologie, 13 : 71-72.
HOUDAYER 2017
Houdayer M. – Apport à la connaissance des productions de céramique et de terre cuite archipecturale à Lezoux du Ier au IIIe siècle, Mém. de Master 2, Archéologie, Univ. François rabelais, Tours, 2 vol. : vol. I – Texte, 87 p. ; vol. II – (Planches et BD), 55 p. + tabl. BD non pag. (consultable à l’Univ.).
JESSET 2014
Jesset S. – La production de terre cuite architecturale durant le haut Moyen Âge à Saran (Loiret) : entre tradition et modernité, SFECAG, Actes du Congrès de Chartres (30 mai – 1er juin), Marseille : 177-196.
LABAUNE-JEAN et LE CLOIREC 2011
Labaune-Jean Fr. et Le Cloirec G. – L’environnement décoratif de la Bretagne romaine, in : Balmelle C., Éristov H. et Monier Fl. – Décors et architecture en Gaule entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Mosaïque, peinture, stucs, Actes du Colloque international (Université de Toulouse II-Le Mirail, 9-12 octobre 2008), Aquitania, Supplément 20, Bordeaux : 435-449.
LANGOUET et QUESNEL 2000
Langouet L. et Quesnel L. – Les plaques décorées en schiste de la Bretagne armoricaine sous l’Empire romain, Rev. Arch. de l’Ouest, 17 : 215-237.
LAUBENHEIMER 1997
Laubenheimer F. – Les plaques Campana gauloises, in : A. Muller (dir.) – Le moulage en terre cuite dans l’Antiquité. Création et production dérivée, fabrication et diffusion, Actes XVIIIe Coll. Cenre Arch., Lille III (Lille, 7-8 déc. 1995), coll. UL3, Trav. de rech., Presses Univ. du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq : 397-415.
LAUBENHEIMER, ODIOT et LECLÈRE 1989
Laubenheimer F., Odiot Th. et Leclère H. – Sous Auguste, un atelier de potier italianisant à Saint-Just (Ardèche), in : Mél. P. Lévêque, 2 – Anthopologie et société, Presses Univ. Besançon, Les Belles Lettres, Paris : 295-329.
L’Œuvre… 1996
L’Œuvre au noir. L’emploi du schiste à Augustodunum, (Catal. Expos.), Musée Rolin, Autun, 117 p.
MAUFUS 1983
Maufus M.-Ch. – Le décor architectural en terre cuite dans la région nantaise pendant l’Antiquité tardive, in : X. Barral i Altet (dir.) – Artistes, artisans et production artistique en Bretagne au Moyen Âge, Rennes : 173-177.
MONTEIL 2008
Monteil M. – Les édifices des premiers temps chrétiens (IVe-VIIe siècle de notre ère) à Nantes, in : Nantes religieuse, de l’Antiquité chrétienne à nos jours, Actes du colloque (Univ. de Nantes, 19-20 oct. 2006), Bull. de la Soc. Arch. et Hist. de Nantes et de Loire-Atlantique, 143, hors- série, Nantes : 15-60.
MORIN et al. 2016
Morin J.-M., Cribellier Ch., Laroche M. et Renault I. – Boiscommun Le Champ Carré, Les Sommeries. Prospection inventaire. Premiers éléments de réinterprétation du site antique, Rapport final d’opération, CG Loiret/SRA Centre, 103 p. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).
NACCACHE 1992
Naccache A. – Le décor des églises de villages d’Antiochène du IVe au VIIe siècle, Bibl. Arch. et Hist., Institut Français du Proche-Orient, CXLIV, Geuthner, Paris, 2 vol.
NAVEAU 1992
Naveau J. – La Mayenne. 53, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 176 p.
NAVEAU 1997
Naveau J. (dir.) – Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablinthes, Doc. Arch. de l’Ouest, 352 p.
NOUEL 1956
Nouel A. (abbé) – Une terre cuite gallo-romaine, Bull. de la Soc. Arch. et Hist. de l’Orléanais, 39 (juillet-oct.) : 12.
NOUEL Rép.
Nouel A. (abbé) – Répertoire de mes recherches, 14 cahiers ms., Archives Départ. du Loiret, cote 7J 1 à 14.
OREFICI et NAULEAU 2017
Orefici L. et Nauleau J.-F. – Terra incognita. Briques et tuiles, matière(s) à bâtir. Production et utilisation de la terre cuite depuis 2000 ans autour de Nantes, Catal. d’Expos., Le Chronographe/INRAP/Nantes Métropole, Nantes, 48 p.
POUENAT 2014
Pouenat P. – Éléments architecturaux à engobe blanc de Lezoux, in : Ph. Bet et B. Dousteyssier (dir.) – Éclats arvernes. Fragments archéologiques (Ier-Ve siècle apr. J.-C.), Presses Univ. Blaise Pascal, Clermont-Ferrand : 76-77, 1 Pl.
PRIEUR 1974
Prieur J.-L. – Sauvetage effectué en février 1974. Commune de Chemault. Lieu-dit : le Champ Carré, Soc. Arch. et Hist. de Boiscommun, 1 p., 3 plans (consultable au SRA Centre-Val-de-Loire).
PRIEUR 1975
Prieur J.-L. – Sauvetage à Chemault, « Le Champ Carré », Rev. Arch. du Nord du Loiret, 1 : 52-54.
PROVOST 1988
Provost M. – Le Loiret. 45, Carte Arch. de la Gaule, Acad. des Inscr. et B.-L., Paris, 249 p.
ROYER 1971
Royer D. – Rapport de prospection effectuée à Chemault au lieu-dit Le Champ Carré en date du 10 octobre 1971 ; Rapport sur les recherches effectuées sur le site gallo-romain dit du « Champ Carré », 3 p. dactylogr. (consultable au SRA Centre-Val de Loire).
SCAON et FOURNIER à paraître
Scaon C. et Fournier L. – L’occupation protohistorique et gallo-romaine du site de Corbeilles « Les Prés de Puiseaux », in : Les sites gallo-romains, série « Archéologie de l’autoroute A19 », Suppl. à la Rev. Arch. du Centre de la France, Tours.
TATE 1992
Tate G. – Les campagnes de la Syrie du Nord du IIe au VIIe siècles, t. I, Bibl. Arch. et Hist., Institut Français du Proche-Orient, CXXXIII, Geuthner, Paris.