Charlier Fabrice – Le site des Bries à Appoigny (Yonne) : ateliers de potiers et de tuiliers gallo-romains en bordure de la voie d’Agrippa

Une opération d’archéologie préventive (groupement Archeodunum et Paléotime) s’est déroulée sur la commune d’Appoigny, au hameau des Bries, préalablement à l’aménagement d’un parc d’activités par la Communauté de l’Auxerrois. L’emprise de fouille, d’une vingtaine d’hectares, se situe à 5‑6 km au nord d’Auxerre en bordure de l’A6 et de la RN6 (Fig. 1), soit à environ 900 m du lit de l’Yonne. Les différents sites découverts, une quinzaine, s’étendent chronologiquement du Paléolithique moyen à l’Antiquité tardive. Le secteur de fouille le plus au sud, le secteur 4, a livré une série d’ateliers céramiques gallo‑romains, au moins trois ateliers de potier et une tuilerie. L’analyse des structures et l’étude du mobilier est en cours. Les données présentées ci‑dessous correspondent essentiellement à notre état des connaissances au sortir de la fouille.

Fig. 1 : Plan général.

Les ateliers de potier (ateliers 4b, 4c et 4e)

Les ateliers de potier se distribuent selon une ligne nord-sud (Fig. 2).

Fig. 2 : Plan du secteur 4.

À l’atelier 4b, le plus au nord, peuvent être attribués un four, des fosses, des fossés et quelques trous de poteau. Le four est arasé sous le niveau de la sole (Fig. 3). La chambre de chauffe présente un plan sub‑rectangulaire. L’alandier n’est que légèrement moins large que la chambre de chauffe. Dans cette dernière, le dispositif de soutènement de la sole est entièrement conservé. Il est composé de sept supports latéraux régulièrement répartis et faisant corps aux parois de la chambre, trois par côté et un au fond, ainsi que d’une ligne de quatre supports indépendants placés dans l’axe longitudinale du four. L’ensemble des parties inférieures est construit en terre crue mise en place in situ. Les céramiques rejetées dans les fosses nous fournissent une bonne image de la production : essentiellement de la céramique dite « fine orangée », parmi laquelle beaucoup de gobelets à décor guilloché, qui permet de placer le fonctionnement de cet atelier sous Auguste‑Tibère.

Fig. 3 : Four de potier de l’atelier 4b.

Au centre du secteur ont été découverts deux fours de potier très arasés que nous regroupons sous l’appellation d’atelier 4c. L’un possède au moins trois alandiers branchées à une chambre de chauffe circulaire (Fig. 4). Il est probable que le four comportait à l’origine un quatrième alandier au nord, mais ce côté a été détruit ultérieurement lors de l’établissement de la tuilerie. La céramique à cuire était placée soit sur une sole portée par un massif circulaire central, soit directement au sommet de ce massif. Dans ce dernier cas, ce four se classerait dans la typologie des fours à un volume. Le second four est extrêmement arasé, mais on peut néanmoins identifier les fonds d’une chambre de chauffe circulaire, d’un alandier et d’une aire de service. Contrairement aux deux fours précédemment décrits, il est probable que sa chambre de chauffe était chemisée par une maçonnerie de TCA. Le dispositif de soutènement de la sole n’est pas connu. Faute de céramique découverte en contexte, la production de l’atelier 4c est inconnue. Le premier four, d’après ses caractéristiques, doit se placer entre Auguste et le courant du Ier siècle après J.‑C.

Fig. 4 : Four de potier de l’atelier 4c.

L’atelier 4e n’est connu, dans l’état des recherches, que par un seul four de plan circulaire (Fig. 5). Il est le mieux conservé de tous. Une partie de la sole est encore en place, composée de tegulae entières et de grands fragments de tubulures liés à l’argile, portée par deux murets transversaux. Ces murets en briques sont percés en leur centre au moyen d’un arc en tas‑de‑charge pour former le couloir central de la chambre de chauffe. D’après les quelques tessons découverts dans le comblement du four, celui-ci aurait servi à cuire de la céramique micacée, datable du IIe siècle après J.‑C.

Fig. 5 : Four de potier de l’atelier 4e.

Une partie au moins des matériaux de construction en terre cuite employés dans les maçonneries du four de potier de l’atelier 4e semblent avoir pour origine la tuilerie du site (matériaux récupérés ?).

La tuilerie (atelier 4d)

On peut aisément distinguer deux secteurs de travail différents au sein de la tuilerie (Fig. 2 et 6). À l’est, un secteur de préparation de la terre et de séchage des matériaux après moulage et à l’ouest un secteur de cuisson. Celui-ci compte deux fours de plan quadrangulaire (Fig. 6 : carrés rouges). Séparés par quelques mètres seulement, ils sont disposés de manière semblable (Fig. 7). Si le four oriental est plus petit, leur type est identique : four quadrangulaire à un seul alandier et avec un dispositif de soutènement de la sole composé d’une série de murets transversaux. Toutes les maçonneries, parois des alandiers et des chambres de chauffe, murets de soutènement de la sole et murs des laboratoires (au moins leur base), sont formées de TCA, matériaux entiers ou fragments. Ces matériaux ont fait l’objet d’une importante récupération durant l’Antiquité dans le four oriental contrairement au four occidental, d’où un état de conservation très inégal entre les deux structures de cuisson.

Fig. 6 : Structures de la tuilerie (atelier 4d).

À l’est, l’autre secteur de travail est matérialisé par une série de trous de poteau répartie sur une vaste surface quadrangulaire. On peut y voir l’emplacement d’une halle de séchage rectangulaire sur poteaux plantés (Fig. 6 : rectangle rose transparent). La nature des vestiges, la répartition des trous et l’analyse des plans devraient permettre de restituer les principales caractéristiques architecturales du bâtiment et de déterminer s’il y a eu une seule ou plusieurs constructions successives. Les deux extrémités de cet espace comportent chacune une fosse rectangulaire de faible profondeur dont le fond était constitué d’un plancher de bois (Fig. 6 : rectangles orange). Ces caractéristiques permettent de les interpréter comme des bassins de marchage de la terre.

Fig. 7 : Fours de tuilier de l’atelier 4d (photo : Pyxéos)

Enfin, à titre d’hypothèse, on pourrait considérer que l’espace vierge de toute structure au sud de la halle constituait un emplacement favorable pour une aire de séchage (grande aire plane et sablée) sur laquelle auraient été moulés les matériaux et où ces derniers auraient commencés à sécher.

À l’exception des maçonneries des fours eux‑mêmes, seule l’aire de service du four oriental a livré dans son comblement une grande quantité de TCA. La gamme des matériaux observés semble assez importante, des tuiles évidement (tegula et imbrex), des briques lisses de modules variés, des briques peignées et des tubulures de plusieurs types. Leur étude n’a pas encore commencé.

Cette tuilerie est datable du Haut-Empire. Elle est postérieure à l’atelier de potier 4c et probablement antérieure, sinon contemporaine, à l’atelier 4e.

Les ateliers du hameau des Bries étaient probablement desservis par au moins deux chemins (un en secteur 5 et un en secteur 4, Fig. 2), repérés par leurs fossés bordiers parallèles, qui débouchaient à 250 m plus à l’ouest sur une importante voie romaine d’orientation nord-sud. Cette voie est une portion du réseau d’Agrippa, la voie de l’Océan qui reliait Lyon à Boulogne‑sur‑Mer et, entre Auxerre et Sens, passait sur le territoire d’Appoigny à l’emplacement actuel de la RN6 (Fig. 1). La localisation de cette série d’ateliers s’explique naturellement par la présence de matières premières sur place (l’extraction de l’argile pourrait être à l’origine de certaines des grandes fosses présentes au centre du secteur 4), mais aussi par la proximité de cette voie qui assurait une liaison directe et facile avec la ville romaine d’Auxerre, Autessiodurum, qui devait constituer le principal débouché aux productions céramiques d’Appoigny.