Lacheze Cyril – Modes de pensée technique à l’époque moderne. Une étude à travers la production de terre cuite architecturale.

Cette étude s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat d’histoire des techniques effectuée à l’Université Paris 1 ; il s’agit donc d’un « travail en cours » qui s’attache davantage à la formalisation d’une méthodologie d’étude spécifique et transposable qu’aux résultats eux-mêmes. Cette spécialité historienne présente en effet la particularité de favoriser une approche de type « anthropologique » (selon l’acceptation anglo-saxonne du terme), à savoir définie avant tout par le sujet d’étude et non par le corpus ou la méthodologie employée pour l’étudier. Si les problématiques posées ici appellent le recours à des données issues en majorité de sources textuelles, l’apport de l’archéologie se doit donc d’être également pris en compte, de même que celui de toute discipline, appartenant ou non au champ des sciences humaines, susceptible d’apporter des informations sur la problématique traitée. Il faut toutefois considérer les particularités épistémologiques de l’histoire des techniques qui imposent, pour une étude en profondeur, le recours à un certain nombre de concepts spécifiques que nous développerons avant l’étude en elle-même.

Nous étudions plus précisément la question des « régimes de pensée opératoire » de la technique, définis par Anne-Françoise Garçon [Garçon 2012] et correspondant aux modalités de la conception de la technique par ses acteurs (cf. ci-dessous pour une discussion plus approfondie de ce concept). Pour une même production, le mode d’appréhension du process technique n’est en effet à l’évidence pas le même pour un artisan mettant en œuvre son savoir-faire de manière matérielle, en faisant appel à des connaissances et un imaginaire propres à son métier, un encyclopédiste du XVIIIe siècle cherchant à décrire en termes rationalisés la même technique, ou encore un ingénieur du XIXe siècle travaillant à optimiser la production par des moyens « scientifiques » et mathématisés. Pourtant, depuis l’apparition de penseurs réfléchissant sur la technique, dans l’Antiquité, ces différentes figures individuelles et conceptuelles peuvent se rencontrer dans les mêmes temps et lieux, interagir (dans une logique de collaboration ou d’opposition), et faire évoluer ainsi leur réalité propre. Notre problématique tient donc à ces modes d’interaction entre « régimes de pensée », lesquels sont plus souvent étudiés de manière individualisée et non comme formant un système dynamique. Il s’agit donc avant tout de travailler sur des contextes socio-culturels, situés dans le temps, l’espace (considéré en termes de « pays » ou « régions naturelles »), et la société.

Le cas particulier de la production de terre cuite architecturale française entre la fin du Moyen Âge et la décennie 1860 a été choisi pour cette étude car, relativement peu étudié même dans une optique d’histoire technique des techniques, il offre des sources tant textuelles que matérielles conséquentes, et le temps long nécessaire pour percevoir des évolutions imperceptibles à court terme. La borne chronologique inférieure correspond aux plus anciennes sources sur le sujet conservées en archives, et la borne supérieure à l’époque de la mécanisation massive de l’industrie de la terre cuite architecturale, présentant une rupture importante avec la relative homogénéité technique qui prévaut sur l’ensemble de la période considérée.

Comme présenté précédemment, le corpus de cette étude est ouvert, aussi bien de manière intradisciplinaire que pluridisciplinaire. Les sources textuelles sont toutefois les plus représentées, qu’il s’agisse de sources manuscrites ou imprimées. Les premières correspondent aux documents d’archive, et particulièrement à trois grandes catégories, à savoir, celles issues des archives nationales et départementales ; de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI), et de l’École des Mines de Paris. Autant que possible, la recherche des documents s’est effectuée par mot-clé et non par fonds comme il est généralement d’usage en histoire. En s’appuyant sur les inventaires informatisés, lorsqu’ils existent (ce qui n’est pas généralisé), sont sélectionnés les documents renvoyant des termes tels que « tuile », « tuilier » ou « tuilerie » (en prenant en compte les variantes orthographiques comme « tuille » ou « thuile » et en éliminant les faux positifs, typiquement « palais des Tuileries »), quel que soit le fonds dans lequel ils sont conservés. Cette méthode, qui dépend avant tout de l’existence et de la qualité des inventaires, nous a permis d’identifier environ 300 cotes d’intérêt aux Archives Nationales (toutes consultées) et quasiment 2000 dans les Archives départementales de l’ensemble du pays, dont nous avons effectivement dépouillé le tiers. La même méthodologie appliquée aux brevets numérisés en ligne de l’INPI (couvrant la période de la Révolution à 1855) a également généré plus de 500 réponses. Dans le cas des journaux de voyages des élèves ingénieurs de l’École des Mines, nous avons par contre eu recours à une consultation exhaustive du fonds, permettant d’identifier plus de 80 documents d’intérêt [Lacheze à paraître a].

Les documents conservés dans les archives nationales (AN) et départementales (AD) offrent de fait une importante diversité. Les archives des seigneuries laïques et ecclésiastiques (AD, séries B et H) sont bien connues pour leur intérêt concernant la gestion des installations affermées, comme démontré par la thèse d’Odette Chapelot [Chapelot O. 1975]. Les actes du pouvoir royal (AN, séries O et Y ou plus local (AD, séries A et L) fournissent également le cadre législatif, en particulier juridique, de ces productions. Plus intéressantes toutefois pour notre propos sont les archives réellement techniques, en particulier les dossiers des ministères liés à l’industrie (AN, série F12 à F14), ainsi que ceux des « installations classées », documents obligatoirement déposés à la préfecture à partir de 1810 pour tous travaux liés à des installations industrielles incommodes ou dangereuses, dont les tuileries faisaient partie (AD, série 5M). Les premiers regroupent particulièrement toutes les formes d’interaction entre les fabricants, en particulier les inventeurs de nouveaux procédés, et les différents services de l’État. Les seconds regroupent, pour chaque installation, une description des lieux avec un plan précis, une enquête de voisinage ainsi que l’avis de divers experts et commissions, source précieuse pour croiser les différents modes d’appréhension d’une même réalité technique. Citons également les fonds notariés (AN, série MC/ET ; AD, série E), renseignant les diverses formes de contrat, ainsi que les inventaires après décès des maisons et ateliers, généralement mal répertoriés malheureusement. Enfin, les « petits fonds » (AD, série J) regroupent tous les versements en provenance de personnes privées ou d’entreprises, qui n’entrent pas dans le cadre de classement habituel des archives. Ceux-ci sont des plus hétérogènes mais peuvent livrer également des documents intéressants : carnet listant les commandes d’une famille noble faisant réparer son château, correspondance d’un chef d’entreprise ou encore livre de compte d’un commerçant.

Les nombreux brevets de l’INPI permettent de réaliser une histoire de l’invention en contexte industriel, préliminaire à une étude de l’innovation : elle permet de mettre en évidence les phénomènes de concurrence, émaillés de procès pour contrefaçons et de dépôts de brevets à l’originalité douteuse. Enfin, les archives de l’École des Mines correspondent aux journaux de voyages que devaient réaliser les élèves ingénieurs dans le cadre de leur formation au XIXe siècle : ceux-ci visitaient un certain nombre d’établissements importants, établissant un compte-rendu critique des observations qu’ils y menaient. Si la grande majorité des installations correspondaient à de la métallurgie, il est tout de même possible de trouver un certain nombre de cas de visites d’entreprises liées à la terre cuite architecturale, en particulier celle d’Andenne, près de Namur en Belgique, qui approvisionnait en briques réfractaires les ateliers métallurgiques du bassin houiller de ce pays.

S’ajoutent à ces sources manuscrites plusieurs dizaines de sources imprimées. Celles-ci sont très rares jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les ouvrages de réduction en art comme ceux de Biringuccio [Biringuccio 1540] et d’Agricola [Agricola 1556] ne traitant que très accessoirement de terre cuite. À partir de la décennie 1750, les parutions de l’Encyclopédie [Diderot, d’Alembert 1751] puis de la Description des Arts et Métiers [Duhamel du Monceau 1776] et de l’Encyclopédie méthodique [Panckoucke 1782] se sont accompagnées d’une littérature technique de plus en plus abondante, constituée en grande partie de mémoires sur des techniques novatrices. Le XIXe siècle a vu enfin une démultiplication du nombre de ces sources imprimées. À ces ouvrages techniques comme les manuels Roret [Boyer 1826 ; Boyer 1842 ; Malepeyre 1864] est en particulier venue se greffer une presse technique regroupant les publications de diverses sociétés d’encouragement, publiant des articles plus ou moins clairement publicitaires et des comptes-rendus d’évaluation [Carville 1841 ; De Lambel 1841]. Ces publications techniques constituent également une source importante d’iconographie, la plus célèbre étant certainement les planches de l’Encyclopédie, les images d’autres natures restant au demeurant assez rares [Alexandre-Bidon 1996].

Mentionnons également l’existence de sources cartographiques, en particulier la carte de Cassini [Cassini, Cassini 1756] sur laquelle nous avons effectué un relevé exhaustif des installations techniques [Lacheze à paraître b] : les 2000 tuileries et briqueteries environ montrent des concentrations situées principalement en région toulousaine et en Alsace (fig.1 ; les rectangles représentent des zones d’environ 8×5 km, d’autant plus noircis qu’ils contiennent d’installations, le maximum étant de 7 pour le rectangle contenant Montauban), mais très peu en Picardie, région pourtant privilégiée quant à l’implantation des industries de la terre cuite. Ceci s’explique par l’emploi généralisé dans cette région des briqueteries « à la flamande », soit de fours temporaires en plein air, qui ne constituent pas des marqueurs importants dans le territoire et n’ont donc pas été pris en compte par les géomètres ayant relevé la carte, trahissant ainsi une vision de cette industrie selon son emprise physique dans un territoire et non son importance économique ou culturelle.

Nous considérons enfin les sources matérielles de deux natures : d’une part les fouilles archéologiques, malheureusement encore peu nombreuses sur la question de la production de terre cuite architecturale, à plus forte raison pour les périodes modernes et contemporaines, bien que ces lacunes commencent à être de mieux en mieux comblées [Galmiche 2014]. D’autre part, les fiches de l’Inventaire du patrimoine documentent un nombre important d’installations encore en élévation, datant pour la quasi-totalité du XIXe siècle, souvent difficiles d’accès et d’étude mais pouvant également apporter des informations. L’archéologie expérimentale serait enfin un secteur à prendre en considération, cependant les expérimentations conduites sur le sujet de la terre cuite architecturale, particulièrement à Guédelon, concernent seulement les prémisses de notre période chronologique.

Compte tenu des spécificités de l’histoire des techniques, notamment en ce qui concerne l’emploi d’un corpus très ouvert et la nature des activités étudiées, un certain nombre de concepts particuliers sont employés pour l’analyse ; ceux-ci ont pu recevoir des interprétation variées dans l’historiographie de la discipline, nous les employons ici tels qu’utilisés au sein de l’Équipe d’Histoire des techniques de l’Université Paris 1, et ainsi définis pour la plupart par Anne-Françoise Garçon. Le complexe technique, d’après une notion proposée par Bertrand Gille [Gille 1978] désigne l’ensemble des éléments directement nécessaires à la mise en œuvre d’un processus technique : matière première, outil, savoir-faire, énergie et transport. Il permet de disposer d’un cadre définissant l’ensemble des éléments à prendre en compte dans l’étude de la chaîne opératoire [Balfet 1991]. Celle-ci doit être envisagée à plusieurs niveaux, puisque les grandes lignes du process de production de terre cuite architecturale sont relativement invariantes quels que soient les contextes considérés dans notre cadre d’étude, les détails pouvant eux varier selon les « pays », les ateliers, voire les artisans travaillant dans l’atelier (ou même pour chaque pièce individuellement en poussant le raisonnement à l’extrême). L’évolution des objets et de leurs processus de production peuvent être envisagés en termes de filières et lignées techniques (à rapprocher des tendances et ensembles techniques de Leroi-Gourhan [Leroi-Gourhan 1943] : une filière correspond à l’emploi d’un même principe technique dans plusieurs situations clairement différentes, alors qu’une lignée désigne des objets ou processus découlant les uns des autres, à travers d’éventuelles modifications du process technique. Ainsi, les fours maçonnés permanents et les fours temporaires constituent deux filières techniques différentes pour obtenir un résultat final semblable. À l’inverse, les tuiles mécaniques du XIXe siècle peuvent être considérées comme appartenant à la même lignée technique que les tuiles de l’époque moderne, alors même que leur mode de fabrication est radicalement différent.

L’ensemble de ces concepts permet de définir des « ensembles » ou « systèmes techniques » [Gille 1978 ; Garçon 2004] locaux, formé [formés ?] de l’ensemble des complexes techniques en interaction ; cette approche systémique permet d’envisager l’ensemble des interactions entre tous les éléments constituant ce système [chacun de ces systèmes ?] : hommes, objets, mais également éléments culturels et actions ou flux de choses et d’informations [Von Bertalanffy 1968]. Afin d’appréhender les modes de pensées des individus faisant parti de ces systèmes, il est possible en premier lieu d’avoir recours à la notion de topique, modélisation de l’habitus [Mauss 1935] permettant de saisir l’environnement cognitif d’une technique à travers le regarde porté sur le procédé, l’usage, la nature et la qualité d’un objet ou d’une technique par un individu dans un contexte donné [Garçon 2012]. Enfin, nous retrouvons la notion de régime de pensée opératoire, désignant les principaux modes de relation à la technique. Le régime de la pratique correspond au savoir-faire de l’artisan, opératoire, de transmission orale et localisée dans l’atelier. Celui de la technique renvoie à une mise par écrit de la pratique, à travers une description raisonnée qui a principalement pour but d’instruire, et non d’apprendre à réaliser : il correspond aux traités techniques. Enfin, le régime de la technologie, très lié à la figure de l’ingénieur, fait référence à une démarche de conception globale de l’objet et de son usage, avec un usage important de la modélisation chiffrée, dans le but de réaliser une production entièrement pensée, prévue et contrôlée par avance.

Les premiers résultats semblent montrer une relative stabilité dans les grands principes des modes de pensée depuis le Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle, la variabilité se trouvant plus dans les modes d’expression que dans le fonds de la pensée technique. Nous nous proposons d’en donner quelques exemples illustratifs. Les infrastructures sont pensées, dans la grande majorité des contextes, dans une optique avant tout économique à court terme, à la fois par les seigneurs finançant et décidant les installations dans le cas de tuileries affermées, mais également par les artisans eux-mêmes lorsqu’ils sont en capacité de prise de décision à ce point de vue. On peut ainsi trouver des mentions de seigneurs embauchant le maçon le moins cher, semble-t-il sans prendre en compte sa maîtrise technique, pour la construction du four de la tuilerie seigneuriale, et ce dès le Moyen Âge [AD21 B996]. Même au XIXe siècle, de nombreux tuiliers plutôt rattachés à la filière technique des fours maçonnés construisaient occasionnellement des fours « à la flamande » pour répondre à un besoin ponctuel, souvent sans autorisation préfectorale, et notamment pour cuire les premières briques nécessaires à l’installation de leur manufacture en matériaux pérennes [AD95 7M113/1]. Enfin, les tuiliers pouvaient se fournir pour certains éléments auprès de personnes totalement étrangères à la fabrication de terre cuite architecturale, allant jusqu’à acheter des tuiles non cuites mais façonnées par des manouvriers souhaitant compléter leurs revenus [Chapelot J. 1983].

De manière similaire, les normes réglementées, souvent perçues comme caractéristiques d’un régime technologique, existent en réalité depuis l’époque médiévale : sans même évoquer les règlements municipaux remontant au milieu du XIIIe siècle en Italie du Nord [Parenti, Quirós Castillo 2000] ou l’ordonnance royale de 1477 en Angleterre [Blair, Ramsey 1991], le musée de Valenciennes conserve des gabarits de contrôle de toutes les dimensions des briques selon plusieurs normes, sur l’ensemble de la période moderne [Beaussart 1987]. Le recours très régulier aux appellations de « grand moule » et « petit moule » pour les tuiles à la même époque conforte également cette observation [AD75 D5B6 680]. Signalons enfin une mise en œuvre concrète de la technique dominée par les artisans et ouvriers jusque très avant dans le XIXe siècle, y compris dans un régime de pensée technique voire tendant vers la technologie. Ainsi, même Alexandre Brongniart, pourtant lui-même ingénieur et directeur de la Manufacture de Sèvres, est contraint dans son traité [Brongniart 1844], très fourni en résultats chiffrés d’expérimentations, d’admettre pour les points cruciaux de la chaîne opératoire (estimer précisément la température d’efficacité du four par exemple) la nécessité du recours au « praticien habile ».

Cette recherche devrait ainsi permettre d’apporter de nouvelles données sur la question de la production de terre cuite architecturale pour l’époque moderne et le XIXe siècle, généralement assez peu traitée si ce n’est pour les carreaux de faïence. Elle permettra également d’envisager plus précisément les modes de pensées techniques sous-tendant cet artisanat, question propre à l’histoire des techniques et beaucoup plus rarement abordée, quoique fondamentale pour la compréhension des raisons et modalités de mise en application concrète des techniques concernées. Enfin, elle devrait permettre de fournir un modèle d’étude potentiellement applicable à d’autres productions, plaçant ainsi la terre cuite architecturale en position d’étalon de comparaison pour appréhender d’autres domaines ayant leurs propres spécificités.

Sources manuscrites

AD21 B996 Chaussin et Laperrière. Certificat de Marie de Saint-Symphorien, attestant qu’après avoir fait publier à Dôle, à Auxonne, à Saint-Jean-de-Lône et ailleurs la construction du four à tuiles du duc à La Perrière, l’ouvrier qui s’engagea à ces travaux au rabais fut un maçon de Dôle qui le construisit pour dix francs, 1403.

AD75 D5B6 680 Livres de comptes des commerçants faillis. Vasseur, fabricant de tuiles, 1750-1762.

AD95 7M113/1 Établissements dangereux, insalubres et incommodes. Arnouville-lèz-Gonesse.

Sources imprimées

Agricola, Georgius, De re Metallica Libri XII. Quibus officia, instrumenta, machinæ, ac omnia denique ad Mettalicam spectantia, non modo luculentissime describuntur : sed & per effigies, suis locis infertas, adjunctis Latinis, Germanicisque appellationibus, ita ob oculos ponuntur, ut clarius tradi non possint, Bâle, Froben, 1556, 590 p.

Biringuccio, Vannoccio, De la pirotechnia : Libri X. doue ampiamente si tratta non solo di ogni sorte & diuersita di miniere, ma anchora quanto si ricerca intorno à la prattica di quelle cose di quel che si appartiene à l’arte de la fusione ouer gitto de metalli come d’ogni altra cosa simile à questa, Venise, C. Navò, 1540, 168 fol.

Boyer, M., Manuel du porcelainier, du faïencier et du potier de terre ; suivi de l’art de fabriquer les terres anglaises et de pipe, ainsi que les poêles, les pipes, les carreaux, les briques et les tuiles, Paris, Roret, 1827, 2 vol.

Boyer, M., Nouveau manuel complet du porcelainier, du faïencier, du potier de terre, du briquetier, du tuilier, contenant des notions pratiques sur la fabrication des porcelaines, faïences, pipes, poêles, briques, tuiles et carreaux, Paris, Roret, 1846, 2 vol.

Brongniart, Alexandre, Traité des arts céramiques ou des poteries considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, Paris, Béchet Jeune, 1844, 3 vol.

Carville, Charles-Louis-Joseph, « Machine à faire les briques », Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, t.40 n°439, janvier 1841, pp.29-30.

Cassini, César-François, Cassini, Jean-Dominique (dir.), Carte générale de la France, Paris, Académie des Sciences, 1756-1815, 181 fol.

De Lambel, « Rapport sur la briqueterie mécanique de M. Carville, établie à la ferme des Moulineaux, commune d’Issy, près Paris », Bulletin de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, t.40 n°443, mai 1841, pp.153-159.

Diderot, Denis, D’Alembert, Jean (dir.), Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Le Breton, 1751-1765, 17 vol.

Duhamel Du Monceau, Henri-Louis & alii, Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvées par Messieurs de l’Académie royale des sciences de Paris. Tome IV. L’art du tuilier & du briquetier, l’art de tirer des carrières la pierre d’ardoise, de la fendre de la tailler, l’art du couvreur, l’art du chaufournier, l’art de faire le papier, l’art du cartonnier, et l’art du cartier, Neuchâtel, Imprimerie de la Société Typographique, 1776, 658 p.

Malepeyre, François, Nouveau manuel complet du briquetier tuilier, fabricant de carreaux et de tuyaux de drainage, contenant les procédés de fabrication, la description d’un grand nombre de machines, fours et appareils usités dans ces industries, Paris, Roret, 1864, 2 vol.

Panckoucke, Charles-Joseph (dir.), Encyclopédie méthodique, Paris, Panckoucke, 1782-1832, 206 vol.

Bibliographie

Alexandre-Bidon, Danièle, Les hommes de l’argile. Les métiers de potier, tuilier, briquetier (Moyen Age – Temps Modernes) à travers les sources écrites et iconographiques, thèse de doctorat de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, direction Jean-Marie Pesez, 1996, 5 vol.

Balfet, Hélène (dir.), Observer l’action technique. Des chaînes opératoires, pour quoi faire ?, Paris, Éditions du CNRS, 1991, 191 p.

Beaussart, Philippe, Patrimoine archéologique du Valenciennois, Valenciennes, Musée de Valenciennes, 1987, 166 p.

Blair, John, Ramsey, Nigel (éds.), English Medieval Industries. Craftsmen, techniques, products, London, The Hambledon press, 1991, 446 p.

Chapelot, Jean, « Le droit d’accès à l’argile et à la pierre des tuiliers-chauniers d’Écoyeux (Charente-Maritime) aux XVe-XVIe siècles. L’apport des sources judiciaires », in Benoit, Paul, Braunstein, Philippe, Mines, carrières et métallurgie dans la France médiévale. Actes du colloque de Paris, 19, 20, 21 juin 1980, Paris, Éditions du CNRS, 1983, pp.117-168.

Chapelot, Odette, La construction sous les ducs de Bourgogne Valois : l’infrastructure (moyens de transport, matériaux de construction), thèse de 3e cycle de l’Université Paris 1, dir. Jacques Le Goff, 1975, 3 vol.

Galmiche, Thierry & alii, « Les tuileries médiévale et moderne du prieuré fontevriste du Charme à Grisolles (Aisne) », Revue archéologique de Picardie, 1/2, 2014, pp.209-243.

Garçon, Anne-Françoise, « Techniques : une histoire entre acteurs, idées et territoires… », in Belhoste, Jean-François & alii (dirs.), Autour de l’industrie : histoire et patrimoine. Mélanges offerts à Denis Woronoff, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, pp.519-546.

Garçon, Anne-Françoise, L’Imaginaire et la pensée technique. Une approche historique, XVIe-XXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2012, 286 p.

Gille, Bertrand (dir.), Histoire des techniques. Technique et civilisations. Technique et sciences, Paris, Gallimard, 1978, 1652 p.

Lacheze, Cyril, « Journaux de voyage des élèves ingénieurs de l’École des Mines, 1826-1869. Relevé détaillé exhaustif », à paraître dans e-Phaïstos.

Lacheze, Cyril, « Les installations techniques d’après la carte de Cassini : relevé exhaustif », à paraître dans e-Phaïstos.

Leroi-Gourhan, André, L’homme et la matière, Paris, Albin Michel, 1971 (1re éd. 1943), 348 p.

Mauss, Marcel, « Les techniques du corps », in Schlanger, Nathan (éd.), Marcel Mauss. Techniques, technologie et civilisation, Paris, Presses Universitaires de France, 2012 (1re éd. 1935), pp.365-394.

Parenti, Roberto, Quirós Castillo, Juan Antonio « La produzione dei mattoni della Toscana medievale (XII-XVI secolo). Un tentativo di sintesi », in Boucheron, Patrick, Broise, Henri, Thébert, Yvon (éds.), La brique antique et médiévale. Production et commercialisation d’un matériau. Actes du colloque international, Saint-Cloud, 16-18 novembre 1995, Rome, École française de Rome, 2000, pp.219-236.

Von Bertalanffy, Ludwig, General System Theory. Foundations, Development, Applications, New York, George Braziller, 1968, 289 p.