À propos des TCA : un peu d’épistémologie et d’historiographie

par Alain Ferdière1

En cette période d’ultra-spécialisation, les Terres Cuites Architecturales occupent une place assez particulière. Parmi les matériaux de construction, elles sont souvent méprisées et délaissées par les spécialistes de l’architecture et de la construction, au profit de la noble pierre et de l’encore plus noble marbre. Parmi les produits manufacturés en céramique (terre cuite), elle ne fait que rarement partie de études céramologiques de la part de cette discipline, bien représentée dans le paysage archéologique actuel, pour les périodes dites historiques.

L’archéologie est en effet aujourd’hui malade de cette ultra-spécialisation, qui l’éloigne de plus en plus du terrain, et notamment en archéologie préventive.

Ainsi se développe, de manière exponentielle, une multitude de spécialités toujours plus pointues, créant ainsi des niches professionnelles parfois discutables. En ce qui me concerne, j’espère donc de tous mes vœux que l’initiative que j’ai prise il y a un an et demi – de susciter la rencontre des archéologues s’intéressant aux TCA, et qui a abouti à la création de ce groupe et notamment à l’organisation de cette journée – n’aboutisse pas à la création d’une nouvelle énième niche de spécialité. Cette thématique doit être prise en main pas les archéologues en général, et ce de manière le plus largement diachronique possible, à travers l’ensemble des périodes et aires culturelles concernées, soit depuis l’Âge du Fer jusqu’aux Temps Modernes, voire contemporains… Il s’agit bien de fédérer des archéologues autour de cette thématique, et non d’inventer un domaine de spécialité de plus.

Il s’agit donc ici de ce que l’on dénomme en général « TCA », parfois avec dédain, parfois avec une excessive dévotion… Leur histoire court donc du monde hellénique2 à nos jours, sur plus de deux millénaires et demi : depuis les « terracottas » étrusques et hellénistiques et sans doute les chenets gaulois jusqu’à nos tuiles et briques mécaniques compressées contemporaines.

Très tôt, dès le XVIIIe siècle, historiens de l’Antiquité et archéologues s’y sont intéressés, même si souvent de manière sélective, pour les éléments les plus spectaculaires et dignes de l’histoire de l’art, tels que par exemple les plaques Campana. Et les recherches concernant la construction s’y sont aussi, par la force des choses, plus attachés dans les régions pauvres en bonne pierre de construction tel que Rome et le Latium, ou encore en Gaule, le Toulousain…

Mais ces travaux connaissent visiblement aujourd’hui, depuis quelques années, un regain, sur lequel surfent sans doute à la fois par exemple l’article que j’ai pu produire en 2012 et la mise en place du Groupe de Travail qui nous réunit aujourd’hui ici. Essayons d’analyser rapidement cette historiographie, en tout cas pour la période romaine en tout cas que je connais mieux, ainsi que les aspects méthodologiques concernant de telles études.

Sur des bases réellement scientifiques, les recherches de la fin du XIXe s. et des trois premiers quarts du XXe, se sont essentiellement attachés à la brique à Rome (en particulier avec les travaux scandinaves) et donc aux estampilles. Ces dernières ont aussi été assez tôt étudiées quant à celles correspondant aux légions, en Germanie et ailleurs. D’assez nombreux travaux ont aussi porté sur les questions de métrique de ces terres cuites.

Mais, toujours pour cette période, et même sans doute aussi le Haut Moyen Âge, il a fallu attendre tard et les dernières décennies du XXe s. pour que les spécialistes de l’architecture et de la construction (en tout cas en Gaule et dans les provinces occidentales de l’Empire romain) s’investissent vraiment dans ce matériau, auparavant exclu des travaux portant de manière privilégiée sur les matériaux de construction plus nobles.

La bibliographie récente montre que depuis peu d’années un intérêt nouveau est porté à ces terres cuites architecturales, notamment de couverture, en Gaule, en particulier pour la période romaine et le Haut Moyen Âge.

Ceci est de très bonne augure et justifie la création de ce Groupe souhaités par plusieurs : le démarrage rapide des travaux autour de ce groupe, avec déjà plusieurs réunions de travail, montre que l’attente était et est importante.

Un tour d’horizon historiographique rapide montre qu’hormis leur mention dans des recueils d’antiquités pour les pièces les plus remarquables, les TCA apparaissent régulièrement dans la littérature spécialisée au moins depuis le début du XIXe s.

  • Les « terracottas » (terres cuites architecturales décoratives), dont les « plaques Campana » : Campana 1851/52, Van Buren 1926, Thallon-Hill et Shaw King 1929, Robinson 1933, puis par ex. Winter 1974…

  • Un grand domaine, anciennement investi, concerne la construction en brique à Rome et Latium et les estampilles qui leurs sont associées : par ex. Descemet 1880, Dressel 1886, Gregorutti 1886, Albertini 1925, Guey 1936, Bloch 1936/38 sqq. ; puis les travaux des Scandinaves (Helen 1975), dont Finlande (Steinby, de 1973 à 2005), américains, déjà avant (Pfeiffer et al. 1905), néerlandais (Van Essen 1965) ; plus récemment, les travaux de l’EFR (F. Chausson) ou de la British School at Rome (thèse publiée Graham 2002).

  • Ces travaux se sont assez vite étendus à toute l’aire italienne et au-delà : à des dates diverses, Italie du Nord (Righini dans les années 1970/90, Zaccharia dans les années 1980/2000, par ex. : 1993, Matijašićà partir années 1980, par ex. : 1983), Pannonie (Szilágyi, dès 1933), Grèce (Billot, à partir de 1976, pour les terracottas), ainsi que la Gaule, pour les estampilles : par ex. Mowat 1883 (sur Mirebeau), Zangemeister (sur la région de Bonn, dont 1879), Schuermans (1867, Belgique actuelle), Biévelet (1952, Bavay), et par ex. la maîtrise de Luppens (2007) ou, pour la Narbonnaise, le travail « de fourmi » de G. Fédière3 depuis années 1980…

  • Ces recherches sur les estampilles portent aussi assez tôt sur le domaine militaire : Hamy 1904/07 pour Classis Britannica (cf. Vaillant 1884/88) ; elles sont actuellement tout particulièrement développées pour les provinces romaines d’Europe centrale (cf. Gudea (à partir années 1980), Hanel, puis J. Dolata et al. (thèse 2000 ; biblio à partir de 1996).

  • En revanche, les TCA ne sont en général qu’évoquées dans les grands manuels et ouvrages généraux sur l’Antiquité et l’architecture : Darembert, Saglio et Pottier 1877/1919, Jullian 1920/26, Grenier 1934, Rostovtseff 1926 ; cf. Adam 1984.

  • Des travaux généraux, de synthèses paraissent : par ex. Hofmann 1975 : et notamment assez tôt en GB : Mac Whirr 1977, Brodribb 1987, Warry 2006 ; voir par ex. aussi le travail de Bouet 1999 sur les TCA de thermes.

  • Pour la France, récemment, il faut noter d’abord les travaux de F. Le Ny (cf. DAF 1988, thèse 1992), puis par ex. ceux de Ch. Rico (depuis sa Maîtrise en 1980 jusqu’au début des années 2000).

  • Mais assez tôt, on commence à étudier des ateliers importants : par ex. à Höchst près Franfort (Wolf 1893), Speicher (Loeschke 1931), à Holdeurn (Holwerda et Braat 1946), Aquincum/Budapest (Kuzsinski 1932) ; en général plus tard en France : à Tressé (Le Ny 1993) Sallèles-d’Aude (Laubenheimer 1990), à Aspiran (Mauné et Carrato 2012) à Dambach (Kuhnle et al. 2005) ; ou en Belgique à Hermalle-sous-Huy4 ; à noter l’atelier de Savins (77)5, non publié ; ou encore des fours de tuiliers : par ex. Vautrin 1804, près de Nancy, Del Marmol 1851/52 près de Namur ; Fillon 1864 pour le Poitou… Cest ateliers sont en général inventoriés dans les divers inventaires d’ateliers céramiques. Ces travaux sont particulièrement développées dans certaines régions comme le Limousin, le Quercy (Pauc 1982), la Narbonnaise (cf. trav. récents, cités, St. Mauné et al. sur Languedoc), le Cotentin (cf. Jeanne et al. 2014), le Rouergue, l’Artois…

  • Modules et métrologie sont étudiés : Harley 1974 ; Goulpeau 1988 ; Feugère 2000 ; Durand 2012…

  • Dans les années 1980 apparaissent les travaux d’archéométrie, portant tant sur les analyses que sur la datation (thermoluminescence et archéomagnétisme) : en France, d’abord à Rennes à partir des années 1980 (M. Goulpeau, Ph. Lanos…6), puis Bordeaux (S. Blain, A. Bouvier, P. Guilbert…7) ; en Allemagne aussi : Mucha, Bartel et al.8 à partir années 2000…

  • Il faut noter aujourd’hui le développement des recherches concernant l’histoire économique, qui prennent en compte ces productions : trav. de M. Andreau9, J.-J. Aubert10, D. Manacorda11, J.-P. Morel12

  • Les dernières années sont marquées par un regain certain d’intérêt, sur lequel pourra allègrement surfer notre Groupe, avec, entre autres, la thèse de F. Charlier en 2011, l’ouvrage B. Clément en 2013, ou les travaux de T. Clerbaut sur Belgique/Gaule du Nord, en cours13, ainsi bien sûr que ceux d’A. Coutelas sur SO, F. Charlier, déjà cité, sur CE, P. Nauleau (cf. 2013) sur CO, L. Jeanne et L. Paez-Rezende (cités) pour la Basse-Normandie, F. Delencre et R. Bontrond sur CE et NE France14

  • Même s’il y a encore peu de travaux encore sur les TCA au Haut Moyen Âge, longtemps délaissé, il faut par exemple noter les recherches de S. Jesset autour de Saran 15, parmi d’autres.

Pour le Moyen Âge central et final, les travaux porteront plutôt ensuite – sauf récemment – sur les carreaux vernissés (cf. chronique tenue à jour à ce sujet par P. Garrigou-Grandchamp (s. d.)).

Je terminerai donc en énumérant les thématiques de recherches qui me paraissent porteuses en la matière, en ce qui me concerne bien sûr surtout autour de la période romaine, même si je considère que la TCA, comme beaucoup d’autres sujets, a tout intérêt à être étudiée de manière collective la plus diachronique possible, sur le temps long.

Ces thématiques montrent d’ailleurs bien, pour revenir à mon propos initial, que ce ne peut être l’affaire de « spécialistes » pointus cantonnés au matériau terre cuite et aux typologies « philathélistes » sans but, mais celle de toute une communauté d’archéologues/historiens, travaillant en équipe, de manière pluridisciplinaires et collective.

  • Questions de l’ordre de l’histoire de l’architecture, de chronologie de ces TCA : apparition des toitures « à la romaine » en Gaule, évolution, remplacement progressif au Moyen Âge par la tuile plate ou autre, selon les régions, et dates de ces mutations, ainsi bien sûr qu’autres TCA ;

  • Questions de l’ordre de l’histoire des techniques, avec la production de TCA et structures concernées (fours, aires de séchage, etc.)

  • Questions de l’ordre de l’histoire économique, concernant la production et surtout la diffusion de ces produits, avec l’étude des pâtes (mise en place d’un tessonnier, micro- et macroscopie pétrographique, analyses physico-chimiques…) ;

  • Questions de l’ordre de l’histoire sociale – qui me tient sans doute particulièrement à cœur (cf. mon article de 2012) –, concernant le statut des protagonistes, producteurs, artisans autonomes ou dépendants et des propriétaires des ateliers maîtres de ces production (à mon avis, essentiellement le grand domaine à la période romaine (cf. encore récemment Saint-Bézard à Aspiran, St. Mauné, op. cit.).

• Notes :

1 Professeur honoraire d’Archéologie, Laboratoire Archéologie et Territoires, UMR CITERES, Tours ; ferdiere@club-internet.fr ; on trouvera dans Ferdière 2012 un aperçu historiographique sur les principaux aspects évoqués ici.

2 Si l’on exclut, comme il se doit, les matériaux en terre crue (adobe, etc.).

3 Essentiellement sur la Narbonnaise ; par ex. Fédière 1980.

4 Voir Frébutte et Gustin 2006 ; monographie à venir.

5 Voir : Marcoult 1999.

6 Par ex., Goulpeau et al. 1982.

7 Par ex., Blain 2011 ; Guilbert et al. 2012.

8 Par ex., Mucha, Bartel et Dolata 2002.

9 Par ex., Andreau 1999.

10 Par ex., Aubert 1993.

11 Par ex., Manacorda 1993.

12 Par ex., Morel 1985.

13 Cf. Clerbaut 2012.

14 Voir par ex. Delencre 2010 ; Bontrond 2013.

15 Par ex., Jesset 2014.

• Bibilographie :

Adam 1984 : Adam J.-P. – La construction romaine. Matériaux et tech- niques, Grands Manuels Picard, Paris, 367 p. ; rééd., 1989.

Albertini 1925 : Albertini E. – Nouvelle lecture d’une marque sur brique, Bull. Arch. du Comité des Trav. Hist. : 216-218.

Andreau 1999 : Andreau J. – Intérêts non agricoles des chevaliers romains (IIe siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.), in : L’ordre équestre. Histoire d’une aristicratie (IIe siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.), coll. Éc. Franç. d’Athènes et de Rome, 257, Rome : 271-290.

Aubert 1993 : Aubert J.-J. – Workshop managers, in : W. V. Harris (dir.) – Inscribed Economy. Production and Distribution in the Ro- man Empire in the light of “ instrumentum domesticum ”, Proc. Confer. Amer. Acad. of Rome (1992), Journ. of Roman Arch., Suppl. 6 : 171-181.

Biévelet 1952 : Biévelet H. (chanoine) – Note sur les marques de briquetiers gallo-romains communes à Bavai et au Namurois, in : Études d’histoire et d’archéologie dédiées à F. Courtoy (Public. extraord. De la Soc. Arch. de Namur, 1), Archaologia Belgica, 171 : 83-94 (= rééd. in : Biévelet H., Études bavaisiennes, Mél. offerts au Chanoine Biévelet, Presses Univ. de Lille, Villeneuve-d’Ascq, 1976, III : 309-318).

Billot 1976 : Billot M.-F. – Terres cuites architecturales du Musée Épigraphique, Arch. Deltion [grec], 31 : 87-135.

Blain 2011 : Blain S. – Les terres cuites architecturales des églises du Haut Moyen Age dans le nord-ouest de la France et le sud-est de l’Angleterre, BAR Internat. Ser. 2189, Oxford.

Bloch 1936/38 : Bloch H. – I bolli laterizi e la storia edilizia romana. Contri- buti all’archeologie e alla storia romana, Bull. Communale d. Arch. Rom., LXIV (1936) : 141-225 ; LXV (1937) : 831- 887 ; LXVI (1938) : 61-221 ; rééd., 1 vol., Rome, 1938/39, 353 p. ; rééd. Rome, 1947 et 1968.

Bouet 1999 : Bouet A. – Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise, Scripta Antiqua, 1, Ausonius/Les Belles-Lettres, Bordeaux/Paris, 207 p.

Bontrond 2013 : Bontrond R. – Étude typo-chronologique des terres cuites architecturales antiques de Châteaubleau (Seine-et-Marne) et de ses environs, Rev. Arch. du Centre de la France, 52 : 233-331 (en ligne : www.racf.revues.org).

Brodribb 1987 : Brodribb G. – Roman brick and tile, Alan Sutton, Stroud, Gloucester, XI + 164 p.

Campana 1851/52 : Campana G. P. – Antiche opere in plastica discoperte, raccolte e dichiarate da G. Pietro Campana (Museo Campana), Rome.

Charlier 2011 : Charlier F. – Technologie des tuiliers gallo-romains (Gaules et Germanies). Analyse comparative et régressive des structures de production des matériaux de construction en terre cuite de l’époque contemporaine à l’Antiquité, Thèse de doctorat d’Histoire ancienne, Université de Franche-Comté, Besançon, 3 vol., 856 p., inédite (consultable à l’Univ.).

Clément 2013 : Clément B. – Les couvertures en terre cuite en Gaule du Centre-Est (IIe av. – IIIe apr. J.-C.), Monogr. Instrumentum, 46, M. Mergoil, Montagnac, 350 p.

Clerbaut 2012 : Clerbaut T. – Töpferöfen im Norden des Römischen Reiches, neue Erkenntnisse une einige Belgische Fallstudien, in : Keramiktag Darmstadt, Univ. de Gand, 1 brochure, 25 p.

Coutelas 2012 : Coutelas A. – Les méthodes de travail pour l’étude des terres cuites architecturales retrouvées à Cassinomagus (Chassenon, Charente). SFÉCAG, Actes du congrès de Poitiers, Marseille : 711-717.

Darembert, Saglio et Pottier 1877-1919 : Darembert C., Saglio E. et Pottier E. (dir.) – Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, d’après les textes et les monuments, contenant l’explication des termes qui se rapportent aux mœurs, aux institutions, aux faits, etc., Hachette, Paris 10 vol. (tables au t. 6) ; rééd Akademische Druck, Graz, 1969).

Delencre 2010 : Delencre F. – Ressources naturelles et romanisation en Bourgogne : étude de la diffusion des nouveaux matérieux de construction chez les peuples gaulois (Éduens et Lingons, 2e s. av. J.-C. – 2e s. ap. J.-C.), Mém. de Master 2 d’Archéosciences et Géoenvir., Univ. de Bourgogne, Dijon, 78 p. (consultable à l’Univ.).

Descemet 1880 : Descemet Ch. – Inscriptions doliaires latines. Marques de briques relatives à une partie de la gens Domitia, Biblioth. Éc. Franç. d’Ath. et de Rome, 15, E. Thorin, Paris, 224 p.

Del Marmol 1851/52 : Del Marmol – Four d’un tuilier romain à Temploux, Ann. Soc. Arch. de Namur, 2 : 412-415.

Dolata 2000 : Dolata J. – Römische Ziegelstempel aus Mainz und dem nördlichen Obergermanien. Archäologische und archäometrische Untersuchungen zu chronologischem und baugeschichtlichem Quellenmaterial, Inauguraldissertation zur Erlangung des Grades Doktor der Philosophie, Diss. Univ. Frankfurt, (thèse inédite) (consultable à l’Univ.).

Dressel 1886 : Dressel H. – Untersuchungen über die Ziegelstempel der Gens Domitia, Berlin.

Fédière 1980 : Fédière G. – Marques sur tuiles et sur briques d’époque romaine en Roussillon, in : Ruscino, I, 7e Suppl. à la Rev. Arch. de Narbonnaise : 327-335.

Ferdière 2012 : Ferdière A. – La production de terres cuites architecturales en Gaule et dans l’Occident romain, à la lumière de l’exemple de la Lyonnaise et des cités du nord-est de l’Aquitaine : un artisanat rural de caractère domanial ?, Revue Arch. du Centre de la France, 51 : 17-187 ; en ligne : racf/revues.org

Feugère 2000 : Feugère M. – La longueur des tegulae : un indice chronologique ?, Instrumentum, 11 (juin) : 24-25.

Fillon 1864 : Fillon B. – L’Art de la terre chez les Poitevins, suivi d’une étude sur l’ancienneté de la fabrication du verre en Poitou.

Frébutte et Gustin 2006 : Frébutte Ch. et Gustin M. – Engis / Hermalle-sous-Huy : fouille de prévention dans la zone d’activité économique, Chron. de l’Arch. Wallone, 13 : 159-161.

Garrigou-Grandchamp s. d. : Garrigou-Grandchamp P. – Bibliographie des carreaux de pavement médiévaux en terre cuite, XIIe-XVe siècles, en ligne : http://www.societes-savantes-toulouse.aso.fr/samf/grmaison/themrech/ carro021.htm

Goulpeau 1988 : Goulpeau L. – Introduction à une étude métrologique des briques et tuiles gallo-romaines. Rev. Arch. de l’Ouest, 6 : 97-107.

Goulpeau et al. 1982 : Goulpeau L., Langouët L., Bardel J.-P. et Bucur I. – Possibilités de l’archéomagnétisme dans l’étude d’un four de tuilier, Rev. d’Archéométrie, 6 : 13-25.

Graham 2002 : Graham S. – Ex Figlinis : The Complex Dynamics of the Roman Brick Industry in the Tiber Valley during the 1st to the 3rd Centuries AD, Thèse PhD, Univ. de Reading (consultable à l’Univ.) ; publié : Ex Figlinis. The Network Dynamics of the Tiber Valley Brick Industry in the Hinterland of Rome, BAR Internat. Ser. 1486, Oxford, 2006, 156 p.

Gregorutti 1886 : Gregorutti C. – La figulina imperiale Pansiana di Aquileia ed i prodotti fittili dell’Istria, Atti e mem. Soc. Istriana, 2 : 219-253.

Grenier 1958 : Grenier A. – Manuel d’archéologie gallo-romaine, 3e partie – L’architecture, I – L’urbanisme, les monuments. Capitole, Forum, Temple, Basilique, Picard, Paris, 560 + XI p.

Gudea 1970 : Gudea N. – [Une brique estampillée du IVe siècle ap. J.-C. de Svinita, dép. de Mehedinti] [en roumain], Acta Musei Napocensis, VII : 555-559.

Guey 1936 : Guey J. – Devrait-on dire : le Panthéon de Septime Sévère ? À propos des estampilles sur briques recueillies dans ce monument notamment en 1930 ou en 1931 et depuis, Mél. de l’Éc. Franç. de Rome, LI : 198-249.

Guilbert et al. 2012 : Guibert P., Bailiff I.K., Baylé M., Blain S., Bouvier A., Büttner S., Chauvin A., Dufresne Ph., Gueli A., Lanos Ph., Martini M., Prigent D., Sapin C., Sibilia E., Stella G., Troja O. – The use of dating methods for the study of building materials and constructions: state of the art and current challenges, in : R. Carvais, A. Guillerme, V. Nègre, J. Sakarovitch (dir.) – Nuts and Bolts of Construction History, Proceedings of the 4th International Congress on Construction History (Paris, 3-7 juillet 2012), vol. 2, Picard, Paris : 469-480.

Hamy 1904/07 : Hamy E. T. – Les sigles figulins de la flotte de Bretagne, Bull. Soc. Acad. de l’Arr. de Boulogne-sur-Mer, VII : 530- 562.

Hanel 1997 : Hanel N. – Sonderkeramik in der Militarziegelei, Kölner Jahrb., 30 : 317-320.

Harley 1974 : Harley L. S. – A typology of brick: with numerical coding of brick characteristics, Journ. of British Arch. Association, 3rd Series, 37 : 63-87.

Helen 1975 : Helen T. – The Organization of Roman Brick Production in the First and Second Centuries A.D., An Interpretation of Roman Brick Stamps, Ann. Acad. Scient. Fennicae, Disser- tationes Humanarum Litterarum, 5, Helsinki.

Hofmann 1975 : Hofmann B. – Les matériaux de construction antiques en terre cuite, in : Céramique en Gaule romaine, Les Dossiers de l’Arch., 9 : 111-120.

Holwerda et Braat 1946 : Holwerda J. H. et Braazt W. C. – De Holdeurn bij Berg en Dal. Centrum van Pannenbakkerij en Aardewerkindustrie in dem Romeinschen Tijd, Oudheikundige Mededeelingen Nieuwe Recks Suppl. XXVI, Leiden.

Jeanne et al. 2014 : Jeanne L., Paez-Rezende L., Bocquet-Liénard A., Duclos C. et Savary X. et Coutard S. – La production de terres cuites architecturales à l’époque romaine dans le nord du territoires de Unelles (50 – Manche) – Les ateliers du Pas-du-Vivray à Teurthéville-Bocage et du Douetty à Brillevast, Rev. Arch. de l’Ouest (2014) : 315-368.

Jesset 2014 : Jesset S. – La production de terre cuite architecturale durant le haut Moyen Âge à Saran (Loiret) : entre tradition et modernité, SFECAG, Actes du Congrès de Chartres (30 mai – 1er juin), Marseille : 177-196.

Jullian 1920/26 : Jullian C. – Histoire de la Gaule, Hachette, Paris ; rééd. 1993, 2 vol., 1271 p. et 889 p.

Kuhnle et al. 2005 : Kuhnle G., Fort B, Daudoux J. et Cicutta H. – Dambach-la-Ville-Welmstein (Bas-Rhin) : un centre de production rural de céramiques et de tuiles (milieu du Ier siècle av. J.-C. – fin du IIe siècle ap. J.-C.), in : SFECAG, Actes du Coll. de Blois, Marseille : 403-426.

Kuzsinski 1932 : Kuzsinsky B. – A gazgyari romai fazekkastelep Aquincum- ban [en hongrois]. Das grosse römische Töpferviertel in Aquincum bei Budapest (Auszug), Budapest Régiségei, 11, Budapest, 423 p.

Laubenheimer 1990 : Laubenheimer F. – Sallèles d’Aude. Un complexe de potier gallo-romain : le quartier artisanal, DAF, 26, MSH, Paris, 160 p.

Le Ny 1988 : Le Ny F. – Les fours de tuiliers gallo-romains. Méthodolo- gie. Étude technologique, typologique et statistique. Chro- nologie. DAF, 12, Paris, 142 p.

Le Ny 1993 : Le Ny F. – Un atelier gallo-romain de productions céramiques à Tressé (Ille-et-Vilaine). Centre Régional d’Archéo- logie d’Alet, Saint-Malo, 183 p.

Loeschke 1931 : Loeschke S. – Die römische Ziegelöfen im Gemeindewald von Speicher, Trierer Zeitschrift, 6 : 1-7.

Luppens 2007 : Luppens L. – La tuile romaine, de la cave au grenier. Étude des terres cuites architecturales gallo-romaines dans le sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Essai de chronologie, Mémoire de Master en Histoire de l’Art et Archéologie, Université Libre de Bruxelles (inédit, consultable à l’Univ.).

Mac Whirr 1979 : Mac Whirr A. (dir.) – Roman Brick and Tile. Studies in manu- facture, Distribution and Use in the Western Empire, BAR Internat. Ser., 68, Oxford, 411 p.

Manacorda 1993 : Manacorda D. – Appunti sulla bollatura in età romana, in : W. V. Harris (dir.), The inscribed Economy. Production and Distribution in the light of instrumentum domesticum, Journ. of Roman Studies, Suppl. Ser. 6, Ann Arbor : 37-54.

Marcoult 1999 : Marcoult F. – L’atelier de tuiliers de Savins, in : F. Thuillier, Les ateliers céramiques gallo-romains en milieu rural dans le nord de la Gaule : étude de cas, in : POLFER 1999 : 86-93.

Matijašić 1983 : Matijašić R. – Cronografia dei bolli laterizi della Figulina Pansiana nelle regioni adriatiche, Mél. de l’Éc. Franç. de Rome, Antiquité, 95 : 961-995.

Mauné et Carrato 2012 : Mauné S. et Carrato C. – Le complexe domanial et artisanal de Saint-Bézard à Aspiran (Hérault) au début du Ier s. ap. J.-C. Fondation et genèse, Rev. Arch. de Narbonnaise, 45 : 21-38.

Morel 1985 : Morel J.-P. – La manufacture, moyen d’enrichissement dans l’Italie romaine, in : Ph. Leveau (dir.), L’origine des richesse dépensées dans les villes, Actes Coll. (Aix-en-Prov., 11-12 mai 1984), Publ. Univ. Prov., Aix-en-Prov. : 87-111.

Mowat 1883 : Mowat R. – Les inscriptions et les tuiles légionaires de Mirebeau, Comptes Rendus de l’Acad. des Inscr. et Belles- Lettres, XI : 317-329.

Mucha, Bartel et Dolata 2002 : Mucha H.-J., Bartel H.-G. et Dolata J. – Exploring Roman Brick and Tile by Cluster Analysis with Validation of Results, in : W. Gaul et G. Ritter (dir.), Classification, Automation, and New Media. Studies in Classification, Data Analysis, and Knowledge Organization, Proceedings of the 24th Annual Conference of the Gesellschaft für Klassifikation, University of Passau (15-17 mars 2000), Berlin/Heidelberg/ New York : 471-478.

Nauleau 2013 : Nauleau J.-F. – L’étude des matériaux de construction en terre cuite gallo-romains en Pays de la Loire – Premier bilan, Rev. Arch. de l’Ouest, 30 : 223-259.

Pfeiffer, van Buren et Armstrong 1905 : Pfeiffer G. J., van Buren A. W. et Armstrong H. H. – Stamps on bricks and tiles from the Aurelian wall at Rome, Suppl. Papers of American School of Classical Studies at Rome, I, 86 p.

Rico 1986 : Rico Ch. – Estampilles sur briques et tuiles romaines dans les départements de la Haute-Garonne et du Tarn, Mém. de Maîtrise, Univ. De Toulouse-Le Mirail.

Righini 1970 : Righini V. – Lineamenti di storia economica della Gal- lia Cisalpina : la produttività fittile in età repubblicana, Bruxelles.

Robinson 1933 : Robinson D.M. – The Terra-cottas of Olynthus found in 1931, Excavations at Olynthus, Part VII, Johns Hopkins Press, Baltimore.

Rostovtzeff 1926 : Rostovtseff M.I. – The Social and Economic History of the Roman Empire, Oxford ; 2e éd. (P.M.Fraser), 2 vol., Oxford, 1957 ; trad. franç.(éd. J.Andreau) – Histoire économique et sociale de l’Empire romain, coll. “ Bouquins ”, R. Laffont, Paris, 1988, 780 p.

Schuermans 1867 : Schuermans M.-H. – Sigles figulins (époque romaine), Ann. Acad. d’Arch. de Belgique, XXIII, 2e série, 3, Anvers, 292 p.

Steinby 1973/74 : Steinby E. M. – La cronologia delle « figlinae » doliari urbane dalla fine dell’età repubblicana fino all’inizio del III sec. D.C., Boll. d. Comm. Arch. Comunale di Roma, 84 (1976) : 7-131. (= La cronologia delle figlinae doliari urbane, dalle fine dell’età republicana fino al’inizio del III sec., Rome).

Szilágyi 1933 : Szilágyi J. – Inscriptiones tegularum pannonicarum, Budapest.

Thallon-Hill et Shaw King 1929 : Thallon-Hill I. et Shaw King L. – Decorated Architectural Terracottas, Corinth, IV, I, Amer. School of Class. Studies at Athens, Cambridge (Mass.), XII + 120 p.

Vaillant 1884/88 : Vaillant V. J. – Classis Britannica, Classis Samarica, Cohors I Morinorum. Recherches d’épigraphie et de numismatique, Bull. de la Comm. des Antiquités Départ. du Pas-de-Calais, VI, 5 : 307-390.

Van Buren 1926 : Van Buren E. D. – Greek Fictile revetments in the Archaic Period, John Murray, Londres, XX + 208 p. (rééd., Washington McGrath Publishing Company, 1973).

Van Essen 1965 : Van Essen C. C. – Inventory of Brick Stamps, in : M. J. Vermaseren et C. C. Van Essen – The Excavations in the Mithraeum of the Church of Santa Prisca in Rome, Leiden : 243-337.

Vautrin 1804  : Vautrin M. – Recherches sur une poterie et des briques an- tiques trouvées près de Saint-Nicolas, Précis analyt. de la Soc. des Sc., Lett. et Arts de Nancy, III : 9-10.

Warry 2006 : Warry P. – Tegulae. Manufacture, typology and use in Ro- man Britain, BAR, Brit. Ser. 417, Oxford, 167 p.

Winter 1974 : Winter N.A. – Terracotta Representations of Human Head used as Architectural Decoration in the Archaic Period, Thèse Ph. D., Univ. of Michigan (reprod. Ann Arbor, 1978).

Wolf 1893 : Wolf G. – Die römischen Ziegeleien von Nied bei Höchst a. M. und hire Stempel, Archiv f. Frankfurts Geschchte und Kunst, IV : 213-249.

Zaccaria 1993 : Zaccaria C. – Laterizi di età romana nell’area nordadriatica, Atti d. Gionata di studio (Udine, 5 déc. 1987), Catal. e Monogr. Arch. d. Civici Mus. di Udine, 3, L’Erma, Rome, 258 p.

Zangemeister 1879 : Zangemeister K. – Ziegelinschriften aus Mariaweiler und Bonn, Jahrbücher des Vereins von Alterthumsfreunden im Rheinlande, LXVII : 73-77 et Pl. VI.