Un type rare d’antéfixe ?

Lors de la fouille préventive (A19) du site gallo-romain de Gondreville « le Cocluchon » (Loiret), un fossé comblé au Haut-Empire a fourni un élément de terre cuite décoratif, sans qu’on puisse savoir de quel édifice proche pourrait venir cet élément (possiblement, un petit mausolée proche). Il présente au droit une tête entre des palmettes, motif parmi les plus courant pour les antéfixes en Gaule.

Cependant, le dos de la plaque ne présente – comme à l’habitude – pas l’amorce (au moins) d’une imbrex collée avant cuisson et en principe d’une seule pièce avec l’antéfixe : ce côté est en revanche strié de lignes croisées, telles des stries faites couramment sur les tubuli pour l’adhérence du mortier d’enduit. Ici, ces stries s’interrompent cependant (en haut à droite) sans couvrir la totalité de la plaque et sont ainsi essentiellement présentes au recto de la partie inférieure et du centre du décor (la tête).

 

 

 

 

 

 

 

Selon ces observations, mon hypothèse serait qu’il s’agit bien d’un antéfixe, mais d’un type particulier, non jointif à l’origine, à la fabrication, d’une imbrex, mais fabriqué sous forme de plaque moulée au recto et striée au verso avant cuisson, et destiné, pour sa mise en place en œuvre, à être collé au mortier sur l’extrémité d’une imbrex, en rive de toiture.

Ma question au « Réseau TCA » est donc : quelqu’un connaît-il des exemplaires d’antéfixes de ce type original (« à coller »), présentant donc dès lors au dos de telles stries d’accroche ? Et ce si possible pour la Gaule du Nord ou du moins les Trois Gaules, dont Lyonnaise centrale…

Alain Ferdière, 22/08/17

une TCA hémisphérique

Bonjour à tous,

Voici un objet hémisphérique posant des problèmes d’identification :

– objet (deux exemplaires) de forme sphérique irrégulière, non tourné, grossièrement façonné, avec base légèrement rétrécie et évasée ; empreinte carré sous le « pied »

– les deux exemplaires sont incomplets, l’un est très dégradé, l’autre conserve un profil entier

– dimensions : diamètre, 17 cm ; hauteur, 6 cm (le 2e exemplaire semble atteindre 20 cm de diamètre)

– leur identification n’est pas aisée : j’ai du mal à y voir des accessoires de couverture, mais plutôt des bouchons ou scellements (jarre ? conduite ?)

– site : site castral d’Ambres (81), bâtiment d’habitation des XIIe-XIIIe s. (fouille B. Garros, HADES)

– contexte : couverture effondrée (et triée) d’un bâtiment (de la basse cour ?) occupé durant les XIIe-XIIIe s. ; les deux TCA n’étaient donc pas forcément en place sur la toiture, mais peuvent provenir d’autres contextes du bâtiment (occupation, élévations etc.)

– pour information : la collection a été constituée en suivant les recommandations du protocole d’échantillonnage du Réseau TCA

Merci d’avance pour vos avis et points de vue

Sylvain Aumard

Ratés de cuisson ?

Pour débuter cette nouvelle année, je vous transmets les questions d’un collègue concernant l’identification d’une éventuelle production de TCA antique sur le site de l’atelier de potiers de Lizines (77) :

rebuts-tca-lizines-copie

  • s’agit-il bien de rebuts de cuisson ou bien le type de déformations observé peut-il simplement être dû à une réutilisation dans la structure d’un four ?
  • s’il s’agit bien de rebuts, le type de déformations peut-il caractériser une cuisson dans un type de four plutôt que dans un autre ? En clair, un accident de cuisson dans un four circulaire produirait-il les mêmes déformations que dans un four quadrangulaire ?

Merci d’avance de vos éclairages sur ce sujet.

Régis Bontrond

Tubulures et contexte architectural

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai une question concernant les techniques de construction romaine à vous soumettre. Savez-vous s’il est possible de rencontrer, en contexte de villa ou de domus, dans des pièces sur hypocauste, des cloisons chauffées par tubulures, ou si ce dispositif plus complet de chauffage est strictement limité aux pièces tièdes et chaudes des édifices thermaux (thermes à part entière ou équipement de villa) ?

Evidemment cette question soulève le problème de l’identification de ces cloisons chauffées lorsque seules les tubulures sont découvertes. La distinction entre celles de grosse section disposées aux angles de la pièce dans le cas d’une pièce chauffée simple (s’apparentant alors à des boisseaux de cheminée) et celles de petite section couvrant tous les murs dans le cas de cloisons chauffées intégrales n’est pas toujours simple si le nombre de restes est faible.

Je suis tenté de penser que les véritables cloisons chauffées sont limitées aux seuls contextes thermaux mais est-ce vrai ?

Merci à vous,

J.-F. Nauleau

Carreau glaçuré polychrome

Bonjour à tous,

Je cherche des informations sur une TCA découverte il y a quelques jours.

Il s’agit d’un fragment de 70 x 65 mm, épais de 17 mm. Les dimensions d’origine sont inconnues (seule l’extrémité droite est réellement une tranche biseautée, tout le reste est fracturé).

Il vient d’être découvert dans le couvent des Cordeliers de Savenay en Loire-Atlantique dans un contexte chrono imprécis, entre le XVe et le XVIIIe siècle.

Il est façonné dans une argile blanche très fine qui signe une importation.

La surface est glaçurée (coulures sur la tranche), avec différentes couleurs : noir, bleu, jaune, vert, blanc. Un léger relief isole systématiquement les différentes couleurs.

Il semble exclu qu’il puisse s’agir d’un carreau de sol : les carreaux faïencés connus régionalement sont assez différents et le relief de surface ne colle pas avec cet usage. Je pense plutôt à un usage en placage vertical ornemental, mais de quel type ? : aucune idée.

Avant toute recherche documentaire fastidieuse, et connaissant mal ces matériaux, je me tourne vers le réseau pour obtenir des infos qui ne manqueront pas, j’en suis certain !

Merci par avance,

Jean-François Nauleau

 

carreau polychrome_detour