Briques pour colonne

Bonjour à tous,

Dans la région des Pays de la Loire, les briques gallo-romaines pour colonne sont assez abondantes. Jusqu’à présent seules des briques demi ou quart-de-rond avaient été signalées. Nouveauté au catalogue, des briques tiers-de-rond (cf photos), découvertes sur un site vendéen (La Mothe-Achard) en situation de remploi. Le diamètre de la colonne est d’environ 300 mm (sans l’enduit).

Quelqu’un a t-il déjà rencontré ce type de matériaux ?

(Pour info, sur le même site sont trouvées des briques demi et quart-de-rond. Les diamètres vont de 300 à 450 mm sans corrélation directe entre classes de diamètre et types de briques, donc difficile de savoir pourquoi on opte pour du demi, du tiers ou du quart. Si quelqu’un a une idée…).

Bonne fin de semaine,

J.-F. Nauleau

 

Copie de DSCN1531DSCN1528


10 réflexions au sujet de « Briques pour colonne »

  1. Bonjour,
    si vous cherchez toujours des exemples de 1/3 de rond, vous pouvez en trouver un dans la publication de F. Mayet et C. Tavares Da Silva sur l’atelier d’amphores d’Abul au Portugal (2002, p.129 et fig.87, n°376).

    Cordialement
    B. Favennec

  2. Bonjour,

    un très important article (sans tiers de rond mais avec des stats et développements techniques sur les briques à colonnes dont des tailles au marteau coupant (« martellina », très italique…) et des briques crculaires non découpées selon le centre du cercle) :
    Shepherd 2006 : SHEPHERD (E. J.) – Laterizi da copertura e da costruzione, Rassegna di Archeologia, 22B, 2006, p. 165-200.

    Téléchargeable sur Academia.Edu si ma mémoire est bonne, sinon j’ai le pdf.

    ACH

    • Bonjour,

      Merci pour vos éclairages. Je ne me suis pas penché sérieusement sur les problèmes de métrologie jusqu’à présent. J’avais fait un petit bilan des briques-colonne dans la région des Pays de la Loire en 2010 (publié en 2013 dans la RAO), mais avec un lot encore limité. Il est en train de s’étoffer donc je pense refaire le travail dans les prochaines années.
      Pour info, les briques-colonne que l’on rencontre ne sont jamais découpées mais toujours moulées. Ce qui change un peu le regard qu’on doit porter. Quant aux épaisseurs, elles sont très variables et il n’y a pas de corrélation avec le diamètre par exemple. Mais je suis intéressé par une étude métrologique vraiment rationnelle avec des outils mathématiques.
      Merci pour l’article de Sheperd, il semble il y avoir des choses très intéressantes.

      Concernant l’article de 2012 sur les meules, évidemment il peut être diffusé et utilisé, c’est bien le but.

      (J’ai essayé de vous l’envoyer sur votre messagerie mais sans succès. Dites-moi si vous avez un autre tuyau…)
      J’ajoute l’article de la RAO 2013 sur les TCA gallo-romaines en Pays de la Loire (à ne pas diffuser, car c’est une version de correction ; je n’ai pas mieux pour l’instant).

      Bien cordialement,

      • Bonjour,

        merci d’avoir répondu et pour votre disponibilité. Je pense que la recoupe de brique est plutôt italique voire latiale mais je ne suis pas assez savant en brique romaine pour l’affirmer.

        Vous avez raison d’être plutôt précis sur le vocabulaire : si j’ai parlé de « découpage » c’est dans mon esprit un découpage théorique (géométrie de la partition). C’est en effet le moule qui est partitionné.
        Pour les épaisseurs je ne serai pas aussi pessimiste : pas de corrélation directe certes mais une proportionnalité je crois que si. C’est là qu’il ne faut plus raisonner en cm mais en modules (ou pics) métrologiques. Je m’explique : une longueur de 47,25 cm sur une brique et une autre de 42,75 sont en réalité la même chose; il s’agit d’une brique d’un module (ou norme si on ne considère qu’une longueur et non 2 ou 3 dimensions associées) de 1 pied 1/4. Il faudrait donc voir les épaisseurs sous cet angle, mais il est vrai que s’agissant d’un paramètre dont l’expression linéaire est courte l’art est difficile car un écart de 1 mm peut signifier beaucoup et en même temps est inférieur à notre précision de mesurage… Donc je ne me précipiterai pas sur l’étude métrologique des épaisseurs.
        En revanche elles peuvent servir à définir des modules lorsqu’elles s’associent à des couples de L x l différents. Dans ce cas d’ailleurs une fois trouvée la norme métrologique (genre 1pied 1/4 + 1/2 digitus) qui régit les Longueurs on peut parfois interpréter métrologiquement les Epaisseurs (si elles sont assez homogènes). Je crois me rappeler que c’est le cas sur les briques des Thermes de Chassenon de A. Coutelas.

        Il n’est pas aisé de trouver des collaborations mathématiques avec des archéologues travaillant qui plus est sur des matériaux non nobles comme les TCA et avec des séries très limitées, bien inférieures aux miliers de mesures auxquelles les statisticiens sont habitués (nous les déconcertons). Toutefois je développe actuellement des contacts positifs avec un groupe de mathématiciens, avec l’espoir que cela se concrétise. Il s’agit principalement pour nous de détecter si des séries de mesures sont homogènes, d’étudier les régularités en leur sein afin de définir le pied régulateur, les fractions du pied utilisées pour définir les normes et modules, enfin de contribuer à appréhender quelques aspects de la mathématique antique (géométrie pratique, systèmes de partition, système de numération …). Tout cela nécessite des outils mathématiques qui existent, je ne crois pas que cela soit compliqué au plan mathématique mais il « suffit » de trouver 1 ou 2 matheux que cela brancherait suffisamment. Je vous tiendrai au courant si ma démarche aboutit, elle vise à développer un programme de recherche en métrologie antique.

        Concernant votre article dans la RAO 2013 il est en vente avec annonce d’une mise à disposition numérique gratuite sur Revues.org en « décembre 2015″… Je peux attendre début Janvier car j’ai ma métrologie étrusque pour m’occuper pendant les fêtes.

        Je vous remercie pour l’envoi de votre contribution sur les meules. Mais je ne l’ai en effet pas reçue, il convient cependant de me la router via un serveur de gros fichiers (www.grosfichiers.com ou Wetransfer) car nous avons depuis un mois des pb d’intensité du signal (travaux du tram à 100 m dans le quartier là où se trouve le relai…).

        Au plaisir,

        ACH
        http://www.orviamm.com

        • PS: dans le § sur la métrologie des Epaisseurs et Longueurs j’ai oublié de préciser une chose (le pied) : 47,25 cm et 42,75 sont en effet la même chose (module de longueur de 1 pied 1/2 ((et non 1/4..!)) pour des briques dont le pied générateur est différent : 31,5 cm dans un cas et 28,5 dans l’autre (exemples tout théoriques).

        • Merci pour ces infos, tout cela ouvre d’intéressantes perspectives.
          Je voudrais juste apporter quelques éléments de réflexion au sujet de l’aspect « études métrologiques ».
          Il ne faut pas oublier la question, très importante, du retrait de l’argile au séchage et dans une moindre mesure à la cuisson : celui-ci peut être important (jusqu’à 12/15 %). Certes, on peut imaginer qu’il était pris en compte dans le gabarit des moules. Mais la question se complique, si on tient compte de l’hétérogénéité des gisements argileux au sein d’un même atelier, de la proportion exacte d’eau dans les préparations argileuses et pour finir de la position des matériaux dans le four. J’ai eu l’occasion de procéder à quelques expérimentations sur ce sujet et j’ai pu constater l’importance de tous ces facteurs sur l’intensité du retrait.
          Tout ceci ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire d’étude métrologique, bien au contraire, mais qu’il faut garder à l’esprit ces facteurs qui vont influer assez largement sur les résultats.

          Bien cordialement.

          • Bien entendu. Mais cela ne doit pas empêcher l’approche métrologique. Mon impression est un peu que le retrait c’est un truc d’archéologue.

            On peut s’attendre en effet à ce que les tuiliers aient maîtrisé le produit fini qu’ils visaient : s’ils voulaient faire du 28 et du 42 ils devaient s’arranger pour l’obtenir et donc contrôler le mieux possible la variabilité due au séchage, à la cuisson, à la disposition dans le four. L’hypothèse est ainsi celle d’une anticipation de leur part, alors d’ailleurs qu’ils devaient très bien connaître leurs pâtes et leurs conduites de feu. Mais il nous faut établir à partir de nos populations archéologiques si cela se vérifie ou non.

            Pour les lots que j’ai pu étudier, le constat est celui non pas d’une grande dispersion (avec des valeurs systématiquement distribuées en gaussiennes autour du pic central) mais celui de pics francs avec une chute rapide autour de la valeur centrale. On excède rarement une norme réalisée à 1 Digitus par excès ou par défaut (2 DGT d’écart au standard est énorme et c’est rare). Et je suspecte que les TCA aient été plutôt calculées au demi- ou quart de digitus (ce qui fait 1 ou 1/2 cm).
            Une forte détermination métrologique semble donc se vérifier sur les lots de TCA cuites. Cela signifierait que les tuiliers antiques anticipaient en effet leur retrait pour confectionner les moules (« Titus, attention à ce moule : tu me fais bien du 1 pied et demi plus 2 digiti pour qu’on ait de la bonne tuile à 1 et demi. Cave formam, Titus, cave formam, Herculis figulano ! »).
            A ce sujet les productions de Saran, de claire tradition antique, posent d’intéressantes questions sur les moules et une analyse des pâtes en fonction des modules serait fort intéressante (peut-être S. Jesset y pense ou même que c’est en cours).

            ACH

            PS: les puristes pardonneront mon latin de…cuisson

  3. Ajout 1 : la mesure de l’épaisseur n’est pas très parlante, mais elle peut aider à départir des groupes de modules

    Ajout 2 : comme on le voit sur les (belles) photos ci-dessus une partition en quarts est aisée à pratiquer à partir d’un cercle. Mais celle par tiers est aussi très praticable, (surtout une fois un marquage sur le bord du moule réalisé car au geste c’est moins évident : bcp de gens n’arrivent pas facilement à partager une tarte ou une pizza en 3 à l’oeil…). Pour le tiers c’est d’autant plus réalisable si les degrés sont en système 12 ou 20 (ex. 360°) plutôt qu’en système décimal (100 à 400 grades). En effet 1/3 c’est alors 120° ou 2 fois 60°, 60° étant un angle « naturel » correspondant au triangle équilatéral (ou isocèle à 2 angles latéraux de 60°) ou un angle de 90° augmenté d’un…tiers de 90°. Tout cela est cependant moins intuitif que de partager en 2 puis en 2. Il serait intéressant de quantifier sur un échantillon un peu étoffé (au moins 150 ou mieux 300 TCA) la proportion des demis, des quarts de rond et des tiers. Cela donnerait une idée des pratiques dominantes et notamment de la place réelle du tiers, peut-être moins marginale qu’il peut y paraître à l’impression, ou bien marginale mais particulière à une aire voire à un atelier ?

    ACH
    http://www.orviamm.com

  4. Bonjour,

    La métrologie appliquée aux productions manufacturières indique que romains et gallo-romains pratiquaient le plus souvent des partitions en 1/4 et 1/2 sinon 1/3, cette dernière m’apparaissant d’expérience plus rare (mais très faisable sur la base d’une mesure en pouces, c’est à dire en 12è : 1/3 = 4 pouces, ou multiples de).

    Cela dit, il conviendrait de voir si cette partition en tiers n’est pas plutôt due à l’application d’une norme (de longueur radiale ou latérale, de poids ou de circonférence) : si vous disposez de tables de mesures (Diam/Longueur des côtés) je pourrai examiner cela et vous passer les résultats (sans garantie d’apporter la solution…). A partir de 15 mesures on peut faire des choses (si c’est homogène), 25 ou 36 c’est mieux et 50 c’est top…

    amicalement,
    ACH

    PS: il se trouve qu’une étudiante italienne en thèse à Pise m’a demandé hier si je pouvais lui trouver votre contribution 2012 sur « le matériel de mouture » dans le PCR Habitat HMA du N-W de la France : l’auriez-vous en PDF? (naturellement avec engagement du destinataire à ne pas publier votre travail et à un « strict usage du copiste »)

Laisser un commentaire